Sur les attaques contre Suavelos

Les attaques contre Suavelos en provenance de certaines personnalités de l’extrême-droite se multiplient ces derniers temps. C’est tout d’abord Saint Claude qui annonce fin octobre la fermeture définitive du forum Oppidum, suivi par l’incompréhension, les applaudissements de Démocratie Participative. S’en suivent les réponses de Daniel Conversano, les guerres de chapelles… Du classique.

Quelles sont les critiques à l’égard de Suavelos et de Daniel Conversano ?
Elle tiennent principalement en quatre points :

  1. L’infiltration de Suavelos par la DGSI
  2. La mise en danger de camarades vivant en Europe de l’Est
  3. La personnalité de Daniel Conversano et de Yann Merkado
  4. Le fichage des militants via le forum Suavelos Oppidum

Je vais m’atteler à démonter point par point les critiques à l’encontre de Suavelos et démontrer pourquoi nous avons besoin de Suaelos pour avancer vers un monde plus Blanc.

    1. L’infiltration de Suavelos par la DGSI : Commençons d’abord par dire que c’est tout à fait possible que des groupes régionnaux Suavelos aient été infiltrés. Et alors ? Suavelos n’a pas vocation à mener des actions illégales, il n’a jamais été question d’agresser qui que ce soit, de faire sauter des bombes ou d’autres choses dingues auxquelles on pourrait vouloir nous associer. Ensuite, Suavelos n’est pas une structure légale, personne ne prend sa carte chez Suavelos, personne ne donne d’ordre et personne n’en reçoit. On fait partie de Suavelos parce qu’on rencontre d’autres personnes grâce à ce réseau, mais on ne « milite » pas à Suavelos.
      Suavelos, c’est simplement un regroupement de Blancs qui n’ont pas envie de voir leur pays disparaitre dans un enfer métissé, multiethnique, islamisé et dégénéré. On a encore le droit dans ce pays de ne rencontrer que des Blancs, de ne former des amitiés et des solidarités qu’avec des Blancs. Il n’est pas obligatoire d’avoir des amis nègres ou bougnoules, n’est-ce-pas ? C’est donc que le communautarisme est autorisé. Oui, en France, on peut se réunir sur des bases raciales !
      Suavelos a permis à des milliers de Blancs de se rencontrer, de se regrouper, de se communautariser ensemble pour ne plus se sentir seul et coincé en porte-à-faux entre d’un côté la maladie mentale du bobo gauchiste et de l’autre l’agressivité islamiste quotidienne. Combien de personnes ont pu enfin exprimer clairement leurs idées avec d’autres lors de rencontres, combien ont arrêté d’avoir peur de penser ceci ou cela ? Combien ont pu rencontrer des amis, des camarades ? Des milliers certainement, et c’est à mettre au crédit de Suavelos.
      Suavelos a comme but premier le communautarisme et la libération la parole sur la question raciale. C’est une entreprise titanesque qui n’ rien à voir avec quoi que ce soit d’illégal. Si quelqu’un de Suavelos prépare un attentat ou hurle sur Facebook qu’il veut attaquer une mosquée, c’est que c’est un abruti complet, et que l’infiltré de la DGSI rendra service à Suavelos en le dénonçant. Mais le fait de rencontrer d’autres personnes de Suavelos ne fait en aucun cas de vous un fiché S. Il serait ridicule de penser le contraire.
    2. Le fait de participer à des rencontres Suavelos ou DP en Europe de l’Est ne fait pas de vous une cible pour l’État Français. Il faudrait vraiment être complètement narcissique pour penser le contraire. L’État Français s’intéresse à vous si vous préparez des actions illégales, ou si vous êtes connu dans le milieu d’extrême-droite, mais si vous êtes un anonyme, il s’en fout complètement de ce que vous pensez de sa politique intérieure ou extérieure…Le problème semble surtout lié au fait qu’il n’y avait plus que des membres de Suavelos qui participaient aux réunions organisées par DP. De là à dire que c’est pour cette raison qu’elles ont été stoppées…
    3. Selon les critiques, Daniel Conversano serait inconscient du risque qu’il fait prendre aux membres de Suavelos. Cette critique est totalement infondée. Au contraire, Daniel est très conscient du risque qu’il fait prendre aux membres de Suavelos, c’est à dire AUCUN. Comme dit précédemment, si vous n’êtes pas un fou préparant des actions illégales, vous ne craignez absolument RIEN. Se communautariser n’est pas encore considéré comme un acte criminel, vous comprenez ? Daniel prend sur lui-même tous les risques que sa parole publique et sa notoriété impliquent, et je pense qu’il est très conscient des risques que lui-même prend pour permettre à des milliers d’autres Blancs de se rencontrer en son nom. C’est du courage, pas de l’inconscience.
      Quand à Merkado, que peut-on lui reprocher si ce n’est le fait qu’il semble avoir grossi ? Oui, Merkado ne critique jamais les juifs ni Israël, et alors bon sang ? Quelle importance peut bien avoir Israël ? On n’a pas besoin de se positionner pour ou contre Israël pour être un racialiste et un communautariste Blanc que je sache. Israël est un pays lointain dont n’importe quel Blanc devrait se foutre comme de sa première paire de chaussettes. De toute manière, nous n’avons à l’heure actuelle aucune prise sur ce qu’y passe, nos petits géopoliticiens du net qu’ils soient ou non antisionistes n’ont aucune influence sur ce pays ou la politique qui lui est liée, alors à quoi bon en faire une obsession ? Quand au vol de la terre aux Palestiniens, comprenez bien que ça devrait en toucher une sans faire bouger l’autre aux militants d’extrême-droite.
      En gros, la seule critique que l’on adresse à Merkado et Conversano, c’est Merkava et Conversos. Pipi caca.
    4. Le forum Oppidum aurait été détruit par Saint-Claude 88 après des pressions de l’État Français pour accéder à la base de donnée. Il est possible que l’État cherche à obtenir des informations, mais de là à détruire le forum, il y a un fossé. Oui, l’État a nos IPs, et alors merde ? Il va envoyer chez vous toute une équipe de barbouzes pour vous liquider vous et toute votre famille ? Il faut rester sérieux cinq minutes, nous vivons dans une dictature molle, mais nous n’en sommes pas encore là… L’excuse des IPs est une très mauvaise excuse, et comme toujours, si vous n’avez rien préparé d’illégal via le forum Suavelos, je ne vois absolument pas quel pourrait être le danger… Il est inutile de naviguer sur Internet bardé de VPNs et de proxys pour consulter des sites nationalistes blancs ou dissidents, faire croire le contraire éloigne de nous toute une partie de la population trop plongée dans les feuilletons télévisuels. Aucun hacker de la CIA ne va venir poser un mouchard sur votre ordinateur…

 

L’effet négatif de ce genre de campagne anti-Suavelos, c’est que ça dissuade les gens normaux de franchir le pas et de rejoindre d’autres Blancs en résistance contre la société dégueulasse dans laquelle nous vivons.
Les militants d’extrême-droite radicale sont pour la plupart enfermés dans les tours d’ivoire de leur certitudes sur tel ou tel sujet, telle ou telle manière de faire. Ce qui leur plaît le plus, c’est de faire peur, de choquer. Très souvent ces militants aiment leur marginalité et leur petit comité. Et c’est extrêmement dommageable car cela fait fuir les gens normaux, la majorité silencieuse du peuple Blanc qui s’imagine l’extrême-droite comme un repaire de ras-du-front tatoués, armés et vivant dans l’attente d’une descente de police. Les militants radicaux jouent de cette image et même la reproduise expressément pour s’auto-marginaliser aux yeux des autres et vivre dans le réconfortant cocon d’un Quatrième Reich réduit à leur local, en fait bien souvent une cave putride sentant la bière et la moisissure.
Ils ne comprennent même pas que la majorité des Blancs, des gens normaux, rejettent la marginalité, ils veulent vivre une vie enrichissante et saine, et c’est bien naturel. Tout Blanc devrait se considérer comme normal, avoir une famille, des enfants, une maison ET être racialiste. Suavelos n’exige rien des gens, aucun militantisme, aucune adhésion, aucun accord idéologique, c’est ce qui permet à des gens de franchir le pas qu’ils n’aurait jamais franchi avec Génération identitaire ou le FN.

Et je crois que Daniel Conversano a bien compris cela, si nous voulons gagner, si nous voulons que nos idées sortent de leur marginalité et se montrent au grand jour puis s’imposent, il faut attirer à nos idées des gens normaux, il faut que les idées saines reviennent sur le devant de la scène. C’est ce à quoi travaille Suavelos, et il n’y a nul besoin de faire quoi que ce soit d’illégal pour cela, au contraire. Ce que fait Démocratie Participative et d’autres, c’est attaquer la normalisation du racialisme et c’est attaquer Suavelos qui enjoint pourtant notre pays et notre peuple à sortir de sa léthargie. Les discours du type « Tu n’utilises pas Tor, t’es foutu», « Ils ont vos IPs», etc, sont non seulement ridicule mais en plus font fuir les gens qui hésitent à s’engager dans cette voie.

La réalité devrait suffire à ce que les gens comprennent l’incapacité des races à vivre en harmonie côte à côte. Mais puisque ce n’est pas le cas, il faut pousser un petit peu, renforcer la façon de penser de l’Homme Blanc et l’aider à reconstruire en lui une mentalité forte et conquérante. L’Amour pour les nôtres compte plus que la haine pour les autres. C’est cela, la RAHOWA, la Sainte Guerre Raciale, un combat pour notre mental, pour une communion d’esprit avec ceux de notre Race. Et j’ai la conviction qu’il ne faut plus grand-chose pour que notre peuple se revivifie, arrache le bandeau de ses yeux et se libère de l’hydre juive qui manipule nos pensées. Suavelos fait avancer la Race Blanche, et avec la Race Blanche, c’est notre religion, la Créativité, qui avance.

De retour du camp Suavelos

J’ai participé au deuxième camp d’été Edelweiss organisé par Suavelos et qui s’est tenu du 13 au 18 juillet 2018 aux alentours de Roanne. Nous étions près d’une soixantaine de personnes réunies ensemble par l’amour de notre race, de notre culture et de notre pays. Le camp de l’année dernière avait déjà réuni 20 personnes, le nombre de participants a donc triplé en un an. La seule raison d’être de ce camp est de réunir un maximum de Blancs conscients pour passer quelques jours ensemble dans une ambiance bon enfant pour apprendre à se connaître, débattre, rire, monter des projets, écouter des intervenants, bien manger, s’initier à la boxe et à la grimpe dans les arbres, se faire de nouveaux amis et en retrouver d’autres. En somme, il s’agit de se communautariser entre Blancs pour former une grande famille, un clan capable de résister au rouleau-compresseur du cosmopolitisme et du métissage généralisé.

L’expérience était donc globalement bonne même si il peut y avoir de mon point de vue quelques manques dans l’organisation comme la préparation des repas qui n’était pas toujours très organisée, le manque d’activités collectives qui aurait impliqué tout le monde comme un tournoi de foot par exemple, ou des jeux collectifs pour briser la glace entre participants dès le début. Mais je ne vais m’étendre sur point, la critique est aisée, mais l’art est difficile.

Globalement, ce qu’on peut reprocher à tous les participants, moi y compris, c’est de ne pas avoir cherché à quitter le petit groupe avec lequel nous étions arrivés au camp ou celui que nous nous étions crée dans la première journée. Il y a par exemple une ou deux personnes avec lesquelles je n’ai même pas échangé le moindre mot…

Chaque participant semblait avoir son originalité et c’est ce qui m’a plu. Tout le monde apportait réellement quelque chose au groupe que nous formions. Pendant ces cinq jours, aucun de nous n’avait besoin de cacher ses idées, de se taire, ou d’insinuer comme nous le faisons habituellement dans notre vie quotidienne. Enfin un nègre pouvait s’appeler un nègre, un bougne un bougne et un youtre, un youtre. Tout cela était à la fois très reposant et très stimulant pour le moral. Nous pensions tous globalement la même chose et nous avions le même état d’esprit. L’ambiance sur le camp était joviale, sympathique et courtoise ce qui découle directement de la personnalité de Daniel Conversano qui – miracle ! – n’essaye pas de devenir un énième wannabe leader contrairement à tous les petits fachos qui s’imaginent en Duche dès que deux-trois clampins collent des affiches avec le nom de son groupuscule imprimé dessus en lettres capitales. Il est au contraire amusant de voir Daniel s’évader des nuées de groupies qui se forment inévitablement autour de lui. Et c’est aussi grâce à lui que ce camp n’est pas une usine à gaz militariste ou l’on casse la gueule de son voisin entre deux conférences interminables sur la Doctrine du Nationalisme.

Ce camp est unique en France parce qu’il a réuni 60 personnes non pas sur une doctrine politique figée mais sur une simple idée : la Race Blanche doit survivre. C’est à la fois beaucoup et peu. Beaucoup parce qu’il y a un foisonnement d’idées et de projets qui ont été débattu et peu parce que le racialisme seul ne suffit pas à créer une communion entre plusieurs personnes dissemblables à tous les autres niveaux. Par exemple, j’ai trouvé qu’il y avait un bien trop grand nombre de masculinistes de l’extrême considérant les femmes dans leur ensemble comme étant à peine supérieur à un paillasson. Il est exaspérant de voir une telle hargne de jeunes gens bien éduqués contre à peu près la moitié de la population blanche mondiale, et de celles qui donnent la vie… Leur haine de la femme vient du fait qu’ils n’en trouvent que trop peu à leur goût, qu’elles ne se donnent pas assez à eux. Naît alors en eux une aigreur, une agressivité envers les femmes qui est ressenti par elles et ne laisse alors que peu de chance à nos racialistes. C’est un cercle vicieux et se bourrer le crâne de théories masculinistes achèvera d’éloigner le racialiste de toute la gente féminine. Ce qui semble incroyable, c’est qu’ils ne se soient pas rendus compte qu’ils étaient tous célibataires !

Ce qui est certain, c’est que ce camp fut une réussite pour la diffusion de la Créativité, la religion raciale de l’Homme Blanc. De nombreux participants ont compris que notre combat nécessite de la religiosité plus que de la politique. On peut dire que le camp Suavelos 2018 a réuni au même endroit le plus de Créateurs en France depuis au moins 15 ans, ce qui est un excellent signe. Les gens ont besoin d’une solution radicale à un problème radical, et c’est exactement ce que propose notre religion. Notre Race est notre religion !

Lexique du Créateur

A

  • ADX Florence : Pénitencier Supermax dans lequel Matt Hale a été détenu à l’isolement complet entre 2004 et 2016
  • Afrique du Sud : En 1991, dans un contexte de guerre raciale contre les communistes nègres de l’ANC, deux membres de l’Église du Créateur sont morts dans un échange de tirs avec la police alors qu’ils transportaient du matériel militaire dans un camp survivaliste en Namibie.
  • Against The Evil Tide (1991) : Une autobiographie de Ben Klassen narrant l’arrière-plan idéologique et sociétal qui l’ont poussé à créer une religion raciale et plus tard l’Église du Créateur
  • A Revolution of Values Through Religion (1991) : Une critique sévère des nouveaux mouvements religieux apparus au XXème siècle et majoritairement gérés par des juifs, suivi d’une étude de la perversité du judaïsme comme religion

B

  • Building A Whiter and Brighter World (1986) : La suite d’Expanding Creativity, ce livre est lui aussi composé d’éditoriaux tirés du magazine Racial Loyalty

C

  • Calendrier : Le calendrier des jours fêtés de la Créativité contient six dates en plus du Festum Album
  • Cambreul, Cailen : Dirigeant du groupe dissident Creativity Alliance
  • Cattell, Raymond : Un psychologue proche des thèses racialistes et eugénistes reconnu pour son travail sur l’intelligence humaine et fondateur religion ethno-séparatiste, le Beyondisme.
  • Cobb, Craig : Se décrivant lui-même comme un « Créateur indépendant », il a tenté de créer communautés blanches dans des lieux reculés des États-Unis, notamment à Leith.
  • COTC : L’acronyme originel de l’Église du Créateur (Church of the Creator) imaginé par Ben Klassen, plus tard remplacé par la World Church of the Creator par Matt Hale
  • Costello, James : Le Pontifex Maximus de l’Église du Créateur depuis 2016 et le premier Pontifex Maximus depuis Matt Hale
  • Creativity Alliance : Une dissidence du Creativity Movement existant depuis 2007, toujours actif en 2018
  • Creativity Movement : Le nom qu’à prit la World Church of the Creator suite au procès perdu en 2002  contre l’association Te-Ta-Ma pour violation de marque déposée
  • Creator.org : Le premier site internet du l’Église du Créateur, crée en 1999

D

E

  • East Peoria, Illinois : Le lieu où se situait le Quartier Général de l’Église du Créateur lorsqu’elle était dirigée par Matt Hale
  • Ending White Slavery (2015) : Le premier livre de Matt Hale et donnant des pistes aux Nationalistes Blancs pour sortir de la marginalité politique dans laquelle ils se trouvent
  • Evola, Tony : L’agent infiltré qui a permis au FBI de fabriquer de fausses preuves menant à l’arrestation et à l’emprisonnement de Matt Hale
  • Expanding Creativity (1985) : Le quatrième livre de Ben Klassen, principalement composé d’éditoriaux tirés du magazine Racial Loyalty

F

  • Festum Album : Une fête de 7 jours introduite par Matt Hale et célébrant la majesté de la Race Blanche sous différentes facettes
  • Ford, Henry : Son livre Le Juif International fut pour Ben Klassen l’une des principales inspirations pour l’écriture de Natures’s Eternal Religion
  • Fourth Dimensional Religion : Les quatre piliers sur lesquels s’appuie la Race Blanche : un esprit saint dans un corps saint dans une société saine dans un environnement sain
  • Free Matt Hale : Organisation qui milite pour la libération de Matt Hale et publie toutes les requêtes de celui-ci à l’encontre la justice des États-Unis

G

  • Guardians of The Faith Committee : Le Comité des Gardiens de la Foi est composé de douze membres d’honneur garants de la bonne tenue de l’Église du Créateur et du respect de ses principes fondateurs

H

  • Hale, Matthew : Devenu en 1996 Pontifex Maximus d’une Église moribonde après la mort de Ben Klassen en 1993, il est celui qui a su restaurer l’intérêt des Nationalistes Blancs pour une approche religieuse du problème racial et qui a empêché la disparition de la Créativité dans l’oubli. Soupçonné d’avoir commandité le meurtre de la juge Joan Lefkow, Matt Hale est emprisonné en 2003 et condamné en 2005 à 40 ans de prison sur le faux témoignage de Tony Evola, et ce malgré de Bart Ross.
  • Hutcheson, Evelyn : La mère de Matt Hale, qui se bat depuis des années pour obtenir la libération de fils et un des seuls contacts de Matt Hale avec le monde extérieur depuis sa détention à l’isolement complet.

I

  • Imperium : L’e-zine officiel du Creativity Movement.  16 numéros.
  • In Klassen We Trust : Une série d’entretiens radiophoniques réalisés par Matt Hale
  • Invictus : Un groupe de musique RAC croate se revendiquant de la Créativité

J

  • Jerry Springer Show : Un show télévisé dans lequel Matt Hale est apparu en 1997 en compagnie de plusieurs membres de l’Église du Créateur. Malgré la bouffonnerie ambiante et les tentatives de ridiculisation, ce passage télévisuel a permis à Matt Hale d’obtenir pour la première fois une audience nationale.
  • JOG : Jewish Occupation Governement, le terme utilisé par l’Église du Créateur pour désigner le ZOG

K

  • Klassen, Bernard : Le fondateur de l’Église du Créateur né en 1918 et mort en 1993
  • Klassen Letters Volume I (1988) : Un recueil de lettres envoyées et reçues par Ben Klassen entre 1969 et 1976
  • Klassen Letters Volume II (1989) : Un recueil de lettres envoyées et reçues par Ben Klassen entre 1976 et 1981
  • Kozel, Brian : Membre de l’Église du Créateur assassiné en 1991 par un groupe de mexicains et premier martyr de la Créativité

L

  • Latin : Le latin est la langue promue par Ben Klassen comme langue de communication internationale plutôt que l’anglais
  • Lefkow, Joan : Elle est la juge qui a rendu un jugement favorable à l’association Te-Ta-Ma en 2002 dans l’affaire opposant celle-ci à l’Église du Créateur. Dès lors l’utilisation du nom « Church of the Creator » était réservé exclusivement à Te-Ta-Ma. Son mari et sa mère sont assassiné en février 2005.
  • Leone, Raymond : Un skinhead membre de la COTC qui fit forte impression lors de son passage télévisé au Nicki Lake Show
  • Logsdson, James : Le Révérend qui permit à l’Église du Créateur de survivre après l’arrestation de Matt Hale

M

  • McCarthy, Rick : Après le boucher Rudy Stanko, le livreur de pizza Charles Altvater et le skinhead Mark Wilson, c’est finalement le démarcheur téléphonique Richard McCarthy qui est désigné par Ben Klassen pour le remplacer à la tête de l’Église du Créateur en 1993
  • McVan, Ron : Un militant et artiste racialiste bien connu, membre de l’Église du Créateur, chef des Bérets Blancs et éditeur de Racial Loyalty. Il créee plus tard le Wotanisme avec David  et Katja Lane.

N

  • National Action : Un groupuscule nationaliste anglais très proche des thèses du Nationalisme Blanc et dont les manifestations étaient émaillées de drapeaux portant le symbole de la Créativité
  • Nature’s Eternal Religion (1973) : Le premier livre de Ben Klassen, exposant les principales thèses de la Créativité
  • NordicFest : Un festival de musique pro-blanc organisé par l’IKA (Imperial Klans of America) et dans lequel Matt Hale et James Logsdon ont tenu des discours

O

  • On the Brink of a Bloody Racial War (1993) : L’avant-dernier livre de Ben Klassen dresse un état des lieux réaliste de la faiblesse démographique Blanche et du danger qui la guette face à l’explosion démographique des sous-races et des solutions à mettre en œuvre pour permettre à la Race Blanche de survivre.
  • Otto, Caroline du Nord : Le lieu où se situait le Quartier Général de l’Église du Créateur lorsqu’elle était dirigée par Ben Klassen. Sur la propriété avait aussi été bâti la School for Gifted Boys et un terrain de tir avait été aménagé.
  • Ouvre-boîte électrique mural : L’invention qui fit la fortune de Ben Klassen

P

  • Pontifex Maximus : Le titre porté par le dirigeant de l’Église du Créateur et tiré de l’ancienne religion romaine
  • Prawo Krwi : Un fanzine musical pro-blanc en langue polonaise abordant la scène NSBM et RAC
  • Pierce, William : Nationaliste Blanc fondateur de la National Alliance et auteur des célèbres Carnets de Turner, il fonda aussi le Cosmothéisme, une religion très proche de la Créativité. Il fut très critique envers la gestion de l’Église du Créateur par Matt Hale.

Q

R

  • Racial Loyalist Manifesto (2016) : Le second livre de Matt Hale qui explore les moyens possibles à mettre en œuvre pour les Blancs de reprendre le contrôle de leur destin
  • Racial Loyalty : Le magazine lancé en 1983 par Ben Klassen pour répandre la Créativité dans le monde Blanc
  • RaHoWa : Un groupe de RAC canadien proche des thèses de la Créativité
  • RAHOWA! This Planet Is All Ours (1987) : Le sixième livre de Ben Klassen, comparant différentes religions à la Créativité et expliquant comment la Race Blanche  a le devoir de sauver la planète
  • Ricki Lake Show : Un show télévisé dans lequel le skinhead Raymond Leone, membre de l’Église du Créateur, a tenu une prestation impressionnante et digne, en restant ferme et clair dans ses idées raciales et son rejet du judaïsme malgré les tentatives de déstabilisations.
  • Ross, Bart : L’homme qui avoua avoir abattu la famille de la juge Lefkow dans une lettre avant de se suicider.

S

  • Salubrious Living (1982) : Le troisième livre de Ben Klassen, principalement consacré à la diététique et au régime alimentaire recommandé pour l’Homme Blanc
  • School for Gifted Boys : Une école créée par Ben Klassen dans le but de former la jeunesse et de créer l’élite raciale de demain
  • Smith, Benjamin : Un membre de l’Eglise du Créateur, qui, poussé à bout par les antifascistes locaux, s’est lancé dans une série d’assassinat en 1999

T

  • Te-Ta-Ma : L’association qui a poursuivi en justice l’Église du Créateur en 2002 pour violation de marque déposé (Church of the Creator) et qui a forcé la transformation du nom de l’Église en Creativity Movement
  • The Little White Book : Le petit livre Blanc est un condensé des trois premiers livres saints de la Créativité, Nature’s Eternal Religion, White Man’s Bible et Salubrious Living. Sa simplicité fit son succès et ce livre permit de recruter de nombreux Créateurs.
  • The Struggle : Le magazine de l’Église du Créateur lorsque celle-ci était dirigée par Matt Hale
  • Trials, Tribulations and Triumphs (1993) : Le dernier livre de Ben Klassen, dans lequel celui-ci raconte ses souvenirs, la perte de sa femme, sa volonté de transmettre l’Église à quelqu’un de compétent.

U

V

W

  • White Berets : Les Bérets Blancs formaient le département sécurité de l’Église du Créateur
  • WCOTC : World Church of the Creator, le nouveau nom de l’Église introduit par Matt Hale. Il existe ou a existé de nombreuses sections aux États-Unis ainsi qu’à l’étranger, notamment en Croatie, Pologne, Ukraine, Venzuela, France, Serbie, Angleterre, Espagne, Afrique du Sud, Suède …
  • White Lives Matters : Un mouvement lancé par quelques Créateurs et prenant le contre-pied du mouvement pro-nègre et anti-blanc du Black Lives Matters
  • White Man’s Bible (1981) : Le second livre de Ben Klassen qui est d’une importance toute particulière pour la mise en oeuvre de solutions visant à sauver la Race Blanche
  • White Revolution : Une série d’entretiens vidéos réalisés par Matt Hale et distribués sous format cassette entre la fin des années 90 et le début des années 2000. 52 épisodes.
  • Women’s Frontier : La section féminine de l’Église du Créateur, fondée par Lisa Turner

X

Y

Z

  • ZOG : Zionist Occupation Governement, le véritable pouvoir juif derrière les gouvernements soi-disant démocratique des pays occidentaux

Comment devenir Créateur en 2018(44AC) ?

Je reçois un nombre conséquent de courriels me demandant comment rejoindre l’Église du Créateur, comment adhérer, qui contacter, comment organiser une section, comment  imprimer des t-shirts, etc, etc, etc…

Ces questions, même si elles sont parfaitement légitimes, relèvent d’un vieux fantasme de l’extrême-droite française : le fantasme de l’organisation-mère, du parti tout puissant hiérarchisé selon le modèle chef national, chef local, militant de base… En somme, le militant de base attend les ordres de son chef de section qui attend lui-même les ordres du grand chef à la tête de l’organisation.
Le problème est que nous n’avons plus de leader assez puissant, assez intelligent ou assez respecté pour qu’une organisation quelle qu’elle soit puisse encore tenir debout. Après tout, qui a envie d’obéir aux ordres d’un sous-chef local à moitié crétin ou ravagé par les excès de l’alcool (l’un s’accompagnant généralement de l’autre) ? Personne, évidemment. Et comme les derniers groupuscul-issim-es faf français sont généralement dirigés par des débris humains, l’organisation finit invariablement par imploser d’elle-même, emportée dans les relents intestinaux et les inévitables querelles géopolitiques, et ce sans même que n’importe quel sous-fifre du ZOG n’ait à lever le petit doigt.

Ce que je souhaite le moins au monde, ce serait que la Créativité suive la même voie et finisse par disparaître bel et bien dans un abîme de souvenirs envolés et de désillusions sinistres.
De toute manière, en France, le constat est simple : il n’y a actuellement qu’un embryon d’Église du Créateur, et si nous avons pu nous réunir à cinq en décembre, c’est bien le bout du monde. Mais qu’importe, c’est le mérite des Créateurs qui prévaut et non leur nombre.

Sous la direction de Matt Hale, l’Église du Créateur a glissé du coté du nombre plutôt que de la qualité et le résultat 15 ans après n’est pas probant : Matt Hale est emprisonné jusqu’en 2037 et l’Église du Créateur s’est divisée entre Creativity Movement et Creativity Alliance, en plus des nombreuses chamailleries internes. Alors certes, Matt Hale est un homme intelligent, et l’Église n’aurait pas pu survivre sans lui après le suicide de Ben Klassen et c’est sous son mandat de Pontifex que les juifs et l’establishment ont réellement craint notre religion au point d’infiltrer des agents du FBI, d’imaginer un complot, de créer de fausses preuves et de truquer un procès pour pouvoir faire taire Matt Hale.
La même chose est arrivée à la National Action, un groupe néo-nazi anglais, où des drapeaux représentant l’emblème de la Créativité, le W orné d’une couronne, étaient fréquemment déployés lors des manifestations publiques. Ce groupe, bien que dirigé par des étudiants aussi intelligents que déterminés, a voulu se développer trop vite et trop fort. Résultat : arrestations, fabrications de preuves et dissolution sous prétexte de terrorisme.

Ce que je veux dire, c’est qu’il est inutile actuellement de chercher à construire le mouvement militant le plus solide possible puisqu’il suffit au pouvoir de lever un petit doigt pour lancer des procédures judiciaires, interdits bancaires, amendes, etc. On ne peut pas lutter contre le système en jouant avec ses propres cartes et en respectant ses propres règles. Se déclarer officiellement comme Créateur revient évidemment à un suicide dans la France soviétique de 2018.
Et même si nous décidions de nous lancer dans un militantisme classique, qui réunirions-nous si ce n’est quelques gros bras prenant la pose devant l’objectif à côté de l’emblème Créateur ? Nous finirions immanquablement par nous retrouver dans la situation du groupuscule Blood&Honor/Combat 18 France qui après quelques photos d’hommes en arme et quelques tags champêtres a rapidement terminé sa course en prison à respirer les effluves nauséabondes de la faune multiculturelle y résidant. Idem pour les militants de l’Aryan Brotherhood et de tant d’autres groupuscules, disparus dans la nature. Que reste-t-il de tout cela ? Rien, si ce n’est quelques photos sur les sites antifascistes. Bien piètre résultat pour des Blancs qui, tout motivés qu’ils soient, ont complètement raté l’objectif qu’ils s’étaient donné : faire survivre et prospérer la Race Blanche.
En France, c’est malheureusement sur le même modèle que s’est structurée l’Église du Créateur au début des années 2000, sur un militantisme aventurier comme je l’expliquais dans un précédent article. L’objectif n’a pas été atteint et l’Église a presque totalement disparu, comme ce fut le cas aux États-Unis et dans le reste du monde.

Nous sommes maintenant en 2018 et il y a clairement une résurgence des idées phares portées par la Créativité depuis 1973 : défense raciale blanche au delà des frontières, dénonciation du problème juif/chrétien/islamique, théories eugénistes, rejet du cosmopolitisme, ethno-différencialisme assumé, etc. Les Blancs ont démontré leur réveil en élisant Donald Trump comme président des États-Unis. La nouveauté, c’est que le discours du Nationalisme Blanc est aujourd’hui très diffus, porté par des pans entiers de la société. Sans véritables leaders, sans chefs, sans partis, sans doctrine, les idées racialistes s’imposent en Occident.
Et comment ne pourraient-elles pas s’imposer au vu de l’état déplorables de nos pays, ravagés par l’immigration, la corruption, la lâcheté, la traîtrise, la soumission, la censure, le métissage et la barbarie ? Alors évidemment, personne ne se réclame de la Créativité, personne ne défend les idées de la Créativité ou même n’en n’a même pris connaissance. Et il n’y a aucun mal a cela. Notre objectif à nous Créateurs, c’est la survie de la Race Blanche, pas la gloriole d’être le dernier carré de résistants en psalmodiant des «Je vous l’avais bien dit»… Et si la Créativité doit rester en retrait pour que nos idées triomphent, je ne vois aucun mal à cela.

En 2017, un nouveau Pontifex a été élu à la tête de la Créativité en la personne de James Costello. C’est un homme intelligent et déterminé qui fait tout pour propager les idées racialistes et nationalistes blanches, même si ce n’est pas forcément sous l’étiquette «Créativité».
Un article allant dans ce sens a d’ailleurs été récemment publié sur le site officiel. Dans cet article, l’auteur explique que promouvoir la Créativité de manière ouverte peut heurter certaines personnes qui, même si elles pensent comme nous, peuvent avoir une réaction négative face à une propagande utilisant les symboles de la Créativité ou son discours brut de décoffrage. L’auteur enjoint les Créateurs à faire preuve de plus de subtilité dans la diffusion du message de l’Église, notamment en utilisant ou en créant des médias de réinformation. Il s’agit de diffuser un message conforme à la Créativité mais par tous types de moyens détournés sans se dévoiler et donner du grain à moudre aux médias juifs dominants en leur permettant de dénoncer les «méchants nazis» et «leurs idées nauséabondes». Évidemment, cela demande de mettre son ego de côté au service d’une propagation plus importante des idées. Mais comme je l’ai dit plus tôt, l’objectif est la survie et non la gloire d’avoir eu raison avant tout le monde.

Que répondre alors aux personnes me demandant comment rejoindre la Créativité ? Je peux leur enjoindre de s’affranchir des institutions, oubliez les partis et les adhésions, créez vos propres réseaux de blancs non reniés, vivez la Créativité au jour le jour, individuellement plutôt qu’à travers une adhésion. Soyez originaux, transmettez un message racial de manière détournée, drôle et intelligente. Soyez créatifs, c’est le cas de le dire !
Vous n’avez pas besoin de devenir membre de l’Église pour vivre en accord avec ses principes. Vous pouvez faire beaucoup de chose, comme cesser de suivre le football négrifié à la télévision, défendre un blanc lorsqu’il est agressé, aider financièrement ou moralement un blanc en difficulté, manger sainement, entretenir son corps et son esprit, couper vos relations ou celles de votre entourage avec les sous-races, ne fréquenter que des blancs, ne pas acheter aux commerçants non-blancs, réussir votre vie, trouver une femme blanche et faire des enfants blancs, être heureux, effacer définitivement de votre esprit la prison mentale qu’est le christianisme… Tout cela ne dépend au final que de vous-même, et ne dépend en aucun cas de votre adhésion ou non à la Créativité.
N’attendez pas l’ordre d’une hiérarchie partitaire pour commencer à agir ! Vous êtes des Blancs et vous savez comment agir pour le bien de votre race ! Sortez de la marginalité dans laquelle les groupuscules et les politiques vous ont parqué depuis des décennies  ! Soyons l’avant-garde révolutionnaire guidant la masse immobile !
La Créativité se vit au jour le jour, à tout instant, et vos moindres pensées, vos moindres choix, vos moindres actions, vos moindres vies se divisent selon un modèle binaire : soit cela est favorable à la Race Blanche, soit cela est défavorable à la Race Blanche. Il n’y a pas d’entre-deux, soit vous êtes un traître racial, soit vous êtes un loyaliste racial, et cela n’a rien à voir avec être Créateur ou non, encarté ou non.

Pour faire triompher nos idées, nous devons être des exemples pour ceux de notre Race. Nous devons individuellement respecter les 16 Commandements pour collectivement élever notre Race. Chaque acte et chaque pensée produit un effet. Si vous agissez et pensez bien alors vous ferez le bien de votre Race, c’est aussi simple que cela.

L’heure est à la décentralisation, au fonctionnement en réseau. Nous n’avons plus de grands chefs parce que nous ne les méritons plus; trop individualistes, trop malades dans notre esprit et dans notre corps que nous sommes. La solution consiste à travailler en réseau, à accumuler et à assembler toutes les volontés pour influencer l’inconscient collectif de la société et pour effectivement élever le niveau de notre Race et sa conscience raciale.
Le travail de réseau est lent, monotone et fastidieux, mais c’est le seul qui permette encore d’obtenir des résultats. Ce qu’il faut bien que les fafs d’extrême-droite se mettent en tête, c’est qu’il n’y aura jamais de Grand Soir révolutionnaire où nous pourrons enfin descendre dans les rues en portant sur des piques les têtes coupées de nos ennemis, tout comme il n’y aura jamais de guerre civile, de manifestants reversant le pouvoir ou de victoire électorale, ou n’importe quel autre mythe de ce type.

Les juifs ont-ils jamais eu besoin de descendre dans les rues, de manifester, de fonder un parti juif ou de se présenter à des élections pour réussir à contrôler les banques, les médias, Hollywood ou la Silicon Valley ? Non, puisqu’ils s’organisent en réseau pour arriver à leurs fins, qui — faut-il le rappeler ? — consiste en la destruction de la Race Blanche et l’annihilation de toute forme de beauté sur cette planète.
De l’autre côté, l’extrême-droite vit encore avec des réflexes du XIXème siècle, qui, dès qu’elle obtient quelques succès, cherche à obtenir des postes, des avantages, des élus, des financements publics, etc… Comment ne pas citer ici La Manif Pour Tous, Égalité&Réconciliation, les Identitaires, les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, Civitas, Troisième Voie, le Parti Nationaliste Français, le Bastion Social et tant d’autres qui passent leur temps à se compter, à compter les autres, à capitaliser au maximum sur les réseaux sociaux du moindre collage d’affiche, de la moindre conférence, de la moindre action militante.
Cela ne marche plus, ça n’attire plus de nouvelles personnes, de nouveaux défenseurs de la Race Blanche. Le milieu de l’extrême-droite est un cloaque qui fonctionne en vase clos, sans renouvellement, où untel passe dans tel groupuscule tandis que tel autre est expulsé d’un autre en raison de différents absurdes. L’extrême-droite est naturellement repliée sur elle-même, sans prise sur le réel. Trop sectaire, trop soporifique, trop chiante, elle repousse plutôt qu’elle n’attire. Cela entraîne inévitablement la guerre de chapelles, la perte d’intérêt, la démobilisation, la crainte de l’infiltration et au final la disparition.

À mon sens, la seule initiative intelligente et utile ces derniers temps est la création de Suavelos qui veut rendre aux Blancs leurs pays par la création de réseaux d’entraide locaux et européens, sans chefs, sans directives, sans militantisme. Il s’agit simplement de se rencontrer, d’apprendre à se connaitre, de se soutenir dans nos projets, dans nos difficultés, tant financièrement que moralement. Cela peut paraître improductif et négligeable pour certains mais Suavelos permet à des Blancs de se resocialiser avec les leurs et de recréer cet esprit communautaire et tribal que nous avons perdu et dont nos ennemis profitent.
Si vous souhaitez vous engager pour votre Race, créez ou rejoignez un réseau d’entraide pro-Blanc, usez de votre intelligence, gagnez de l’argent et de l’influence, répandez le message et les idées de Ben Klassen autour de vous, voilà comment devenir Créateur en 2018. Si toutefois vous avez la volonté de rejoindre officiellement la Créativité, vous pouvez contacter le Révérend Devalez, le représentant de notre religion en France depuis plus de dix ans à l’adresse suivante : RevDevalez@aol.com

RAHOWA/SAGUERRA !

Un nouveau Pontifex Maximus pour la Créativité

Après plus de 10 ans sans véritable chef à la tête de notre religion raciale, un nouveau Pontifex Maximus a été élu et donnera une nouvelle ligne directrice à la Créativité.

Le nouveau Pontifex Maximus est le Révérend James Costello, qui s’occupait déjà de section anglaise de l’Église du Créateur depuis plus d’un an.

James Costello, le nouveau Pontifex Maximus de la Créativité
James Costello, le nouveau Pontifex Maximus de l’Église du Créateur

L’élection s’est déroulé selon les règles édictées par Ben Klassen le fondateur de la Créativité à l’époque où celui-ci a transmis pour la première fois son titre. C’est à dire qu’on est désigné Pontifex et non pas élu à la majorité des voix après une campagne électorale comme c’est le cas actuellement avec les présidentielles françaises.

Concrètement, le Guardian of the Faith Commitee (le Conseil des Gardiens de la Foi) composé de douze membres reconnus de l’Église s’est réuni, a débattu, et a décidé à l’unanimité de désigner James Costello comme le nouveau Pontifex Maximus. Celui-ci a accepté cette nomination et portera dorénavant la lourde et difficile charge de donner une direction et un avenir à notre religion pro-blanche.

Cette désignation représente un événement historique. En effet, depuis 2004, il n’y avait plus de Pontifex Maximus pour diriger l’Église du Créateur. Suite à l’arrestation de Matt Hale, c’est le Révérend Logsdon qui avait assumé le rôle de Pontifex, mais pour une durée de six mois seulement, celui-ci ne se jugeant pas à la hauteur de la tâche, et incapable de mettre un terme aux tensions internes de l’époque, notamment avec les groupes qui allaient scissionner et former la Creativity Alliance par la suite. Le Révérend Logsdon a depuis continué à assumer un rôle proéminent au sein de l’Église du Créateur mais avec un statut plus proche de celui d’un secrétaire général que d’un Pontifex Maximus.

James Costello s’est montré particulièrement actif et efficace pour propager les idées de la Créativité. Il a par exemple participé de republication en ligne des ouvrages de Ben Klassen, en corrigeant les fautes, les oublis, les erreurs diverses qui s’étaient glissées par rapport à l’édition originale. Il a ensuite publié les principaux livres de la Créativité en version audio, ce qui est un énorme travail pour la démocratisation de notre religion. Grâce aux actions de collages de James Costello et de sa section, la Créativité à également eu droit à quelques citations dans les journaux anglais. En plus de tout cela, James Costello se montre particulièrement actif sur Internet et lors de rencontres militantes, comme sa participation au London Forum, en janvier 2016.

C’est donc un Créateur vraiment dynamique et investi qui vient d’être nommé à la tête de notre Église. Cela montre trois choses :

  1. Que la Créativité sort d’une période d’activité réduite et recommence à attirer les défenseurs de la Race Blanche avec des sections énergiques et entreprenantes en Croatie, en Pologne et en Angleterre.
  2. Que l’approche religieuse de la défense de la Race Blanche initiée par Ben Klassen était la bonne, puisque notre mouvement vient d’entrer dans sa 44ème année d’existence, là où nombre de mouvements politiques un temps populaires ont déjà disparus.
  3. Que la Race Blanche dans son ensemble commence à comprendre qu’on cherche à la génocider et qu’elle a décidé de réagir et de retrouver la place qui lui est due sur cette planète et dans la hiérarchie naturelle. La Race Blanche et la Créativité sont intimement liées, si l’une est forte et combative alors elle renforcera l’autre et vice-versa.

Il y a un monde magnifiquement beau et pur que nous pouvons toucher du bout des doigts à force d’engagement et de Volonté.

RAHOWA !

Principales thèses de la Créativité

creativité-logo

POUR la survie de la Race Blanche

La Créativité est en faveur de la survie de la Race Blanche en tant que peuple distinct du reste de la population planétaire.

POUR le Progrès technique

La Créativité soutient l’avancement des sciences sociales et fondamentales, de la technique et de tout progrès pouvant se montrer bénéfique à la Race Blanche. De manière générale, la Créativité rejette le conservatisme, le traditionalisme moralisateur et la peur irrationnelle envers les nouvelles technologies.

POUR le nationalisme Blanc

La Créativité est en faveur du nationalisme Blanc, c’est à dire qu’elle reconnaît l’ensemble des Blancs comme faisant partie d’une même nation et sans distinction nationales historiques. La Nation Blanche se confond alors avec la Race Blanche.

POUR une religion de la race

La Créativité est une religion non révélée qui se revendique des Lois Éternelles de la Nature et visant à devenir la religion la plus pratiquée par le peuple Blanc. Cette religion se base sur les écrits et les idées de Darwin, Nietzsche, Hitler et Ben Klassen.

POUR le respect des Lois Éternelles de la Nature

Les Lois Éternelles de la Nature sont les lois immanentes de l’Univers dans lequel nous vivons. Elles ont été principalement décrites par Lamarck et Darwin et concernent l’évolution de la biosphère terrestre, la survie du plus fort, la sélection naturelle. L’Église du Créateur considèrent ces lois comme sacrées et comme nécessaires à la compréhension du monde et à la survie de la Race Blanche.

POUR l’eugénisme

La Créativité considère l’eugénisme comme nécessaire à l’avancement de la Race Blanche. La Créativité souhaite orienter à long terme l’évolution intellectuelle, physique, anthropologique, culturelle et morale du peuple Blanc par la sélection des couples, le dawinisme social, et l’inégalité de traitement entre individus.

POUR une civilisation Blanche universelle

La Créativité pense que la Race Blanche doit à terme se répandre sur l’ensemble de la planète pour faire de la planète dans son ensemble un endroit accueillant et propice au développement de la Race Blanche.

POUR un combat légal

La Créativité n’est pas une religion prônant la violence ou la haine. Au contraire, elle prêche l’amour des siens et mène pour cela un combat légal aux yeux de la loi et n’incite à aucune action illégale.

CONTRE le métissage

La Créativité lutte contre le métissage entre races. La Race Blanche est tout, le reste n’est rien. Le métissage signifie la dilution de notre bien le plus précieux : notre Sang pur et aristocratique.

CONTRE le christianisme

La Créativité considère le christianisme comme le principal ennemi de la Race Blanche, avant même le judaïsme. Le christianisme est vu comme un sous-marin du judaïsme incrusté dans l’esprit de l’Homme Blanc pour le pervertir, le mener à la haine de soi et au métissage en vu de faire disparaître la Race Blanche de la surface de la Terre.

CONTRE le communisme

La Créativité abhorre le communisme qui a été historiquement crée et financé par le judaïsme international dans le but de faire disparaître la Race Blanche. Il s’agit de la suite logique, une extension, des dégâts déjà initiés par le christianisme dans l’âme européenne.

CONTRE le nationalisme

La Créativité considère le nationalisme comme un frein à la victoire de la Race Blanche pour notre domination raciale au niveau mondial. Le nationalisme crée des  barrières entre peuples Blancs en se basant sur les différences linguistiques et culturelles. La Créativité, sans nier ces différences, veut réunir tous les Blancs sous une même bannière pour étendre l’influence et le territoire de notre Race au niveau mondial.

CONTRE le judaïsme

Le judaïsme est évidemment considéré comme un ennemi à combattre sans égard ou considérations pour des excuses ou des accommodations diverses. l’inimitié et les dégâts causés sont trop profonds.

CONTRE le conservatisme

Le conservatisme tant social que technologique, scientifique ou religieux est un leurre conduisant notre Race dans une impasse dangereuse pour notre avenir. La Créativité veut surmonter les dangers qui nous menacent et le conservatisme, par son immobilisme, s’oppose à toute espèce de voie victorieuse.

CONTRE le suprémacisme

La Créativité s’oppose fermement à toute forme de suprémacisme blanc. La Créativité pense que la Race Blanche n’a aucun intérêt à dominer tel ou tel autre peuple ou race. Elle incite au contraire au séparatisme racial, culturel et territorial le plus rigide. La Race Blanche n’a aucun intérêt à côtoyer les autres sous-race.

CONTRE le colonialisme

Du fait de son rejet du suprémacisme, la Créativité rejette également toute forme de colonialisme. La Race Blanche n’a pas vocation à éduquer ou aider financièrement, militairement ou socialement. Cela est même contraire à son intérêt, comme l’Histoire l’a prouvé. Seul compte le territoire effectivement et totalement contrôlé et habité par le peuple Blanc.

CONTRE l’égalitarisme

L’égalitarisme est un poison juif, chrétien et communiste instillé au fil du temps dans le mental de l’Homme Blanc par ses ennemis mortels. Il rabaisse le fort au niveau du faible, l’intelligent au niveau de l’imbécile, le beau au niveau du laid, le grandiose au niveau du misérable, la civilisation au niveau du sauvage, la Volonté au niveau du Néant; en un mot l’égalitarisme rabaisse l’Homme Blanc au niveau du nègre et du primate.

Une IA raciale à la tête du combat militant ?

Une Intelligence Artificielle serait-elle capable de faire de la politique ? De diriger des militants ? De distribuer au mieux les rôles ? De créer un esprit d’équipe et d’adhésion positif chez les militants ? De cibler les recrutements et la propagande ? De comprendre que la survie de la Race Blanche est la chose qui compte le plus pour les Créateurs ? D’opérer une distinction entre ce qui est bon et mauvais pour la Race Blanche ?
Une Intelligence Artificielle peut-elle aider la Race Blanche à triompher de tous ses ennemis ? Peut-elle comprendre le monde et prévoir les motivations et les réactions de nos adversaires ? Peut-elle contrer nos adversaires ? Une IA peut-elle désigner les meilleurs chefs pour diriger la Race Blanche ? Une IA serait-elle plus efficace que les chefs que nous avons actuellement ? Une IA peut-elle cibler et adapter sa propagande en fonction des caractères des gens ? En un mot, avons-nous besoin de cybernétique pour réaliser le but de l’Église du Créateur, à savoir la survie, l’avancement et l’expansion de la Race Blanche?

L'extrême-droite française et européenne dans toute sa splendeur : vielle, fatiguée et inefficace
L’extrême-droite française et européenne dans toute sa splendeur : vielle, fatiguée et inefficace

Est-ce vraiment si incroyable que cela de nos jours ?

Pour commencer, il s’agit d’expliquer rapidement ce qu’est la cybernétique. La cybernétique est une science permettant de prévoir le futur T+1 à partir d’un ensemble d’éléments connus au présent T. Il s’agit alors d’une relation de cause à effet prédictive qui permet d’adapter les actions que l’on opère pour modifier le futur dans un sens qui convienne à un opérateur. Par définition la cybernétique peut s’appliquer à tous types de systèmes, les systèmes pouvant être des machines, des réseaux informatiques, des sociétés humaines ou animales, un corps humain, une éprouvette de laboratoire, etc…
L’essentiel en cybernétique est donc de comprendre au mieux toutes les facettes et relations du présent d’un système dans le but d’agir sur lui et d’orienter le futur dans un sens qui corresponde aux besoins du gestionnaire dudit système.

Une acuité augmentée pour la Race Blanche grâce à l'Intelligence Artificielle
Une acuité augmentée pour la Race Blanche grâce à l’Intelligence Artificielle

En matière de cybernétique sociétale, celle qui agit réellement sur nos façons de vivre, les États-Unis et l’URSS ont été des précurseurs du temps de la Guerre Froide. Il s’agissait évidemment pour chacun des rivaux de prendre le dessus sur l’autre en analysant les interactions et valeurs au sein du bloc opposé. Les États-Unis comme l’URSS ont tenté d’appliquer certains principes cybernétique dans leur sociétés (leurs systèmes) respectifs mais dans les deux cas cela à échouer pour une raison très simple : appliquer à la société un principe cybernétique revient à écarter une vieille caste dominante du pouvoir effectif pour la remplacer par une autre, scientifique et en charge de l’administration du « système ». Et dans les deux cas, c’était inacceptable : aux États-Unis, il était inadmissible pour la supérieure WASP d’ôter Dieu et par extension eux-mêmes de la gestion de l’Occident et du côté de l’URSS, il était hors de question pour les premiers oligarques de l’époque de Khrouchtchev d’abandonner les rares privilèges si durement acquis.
La cybernétique est donc globalement restée à la marge, car impliquant de trop grands sacrifices de la part des castes dirigeantes, et cela reste vrai jusqu’à nos jours. À signaler au passage le fameux projet chilien CyberSyn de gestion central et informatisé du Chili, qui échoua pour les mêmes raisons, mais qui restera dans les annales par son ambition et son côté exotique.
L’analyse informatique, la puissance de calcul et le traitement automatisé des données à ici une énorme importance pour obtenir de manière rapide et fiable une information globale sur le fonctionnement d’un système donné. Nous ne sommes donc qu’à l’aube des possibilités offertes par la cybernétique. Et au-delà de la cybernétique, c’est la question de l’Intelligence Artificielle qu’il faut ici se poser, puisque l’Intelligence Artificielle n’est que la suite logique de la cybernétique. La puissance de la cybernétique et donc de l’Intelligence Artificielle qui lui est indissociable, réside dans le fait de supprimer le facteur humain (et ses faiblesses et erreurs, morales ou intellectuelles) d’une gestion optimale d’un système. Cette évolution est à rapprocher du domaine de la Cognitique, consistant en l’étude des rapports de l’homme à la machine et à la robotique.

Cybersyn, un projet cybernétique global
Cybersyn, un projet cybernétique global

La cybernétique n’a donc jamais été véritablement appliquée dans le cadre de la gestion d’une société humaine et nous allons maintenant voir en quoi elle pourrait nous être utile. Évidemment, dans le cas de l’Église du Créateur, le système qui nous intéresse est la société humaine (le système « homme ») dans son ensemble. Nous nous intéressons à la Race Blanche mais également aux autres races sous-humaines qui peuplent cette planète et à leurs interactions avec la Race Blanche. Comme l’a expliqué Ben Klassen, le fondateur de la Créativité, ce qui nous intéresse c’est la planète entière, la Nature et la place des Blancs dans la hiérarchie naturelle. Ben Klassen a procédé en véritable scientifique pour comprendre les lois de la Nature et déterminer que la Race Blanche se situait au-dessus de toutes les autres.

La question qui se pose derrière tout cela est la suivante : avons-nous encore besoin de chefs ? Ne faut-il pas horizontaliser le militantisme racial ? Au vu de l’état déplorable de l’extrême-droite en France et en Europe, la réponse pourrait clairement être « Oui ! »

De nos jours, avec les progrès fulgurants de la puissance de calcul informatique et l’Intelligence Artificielle, nous pourrions très bien imaginer que la prise de décision soit confié à une Intelligence Artificielle pour organiser non seulement le combat pour la Race, pour la propagation de la Créativité et pour la gestion de la Race Blanche dans son ensemble. Ce projet serait véritablement révolutionnaire, une machine ne pouvant ni trahir, ni se fatiguer, ni se laisser corrompre par l’argent ou les flatteries. Dans l’extrême-droite occidentale et française, tout n’est qu’échec depuis des décennies parce que nous nous choisissons pour chef pour des lâches (Piquemal, Ozon), des mafieux (Soral, Lousteau) ou des dinosaures (Sidos, Ploncard ou le cartoonesque Asselineau).

L'IA AlphaGO à battu le meilleur joueur mondial au Go. Une IA raciale pourrait assurer à la Race Blanche une victoire totale
L’IA AlphaGo a battu le meilleur joueur mondial au Go. Une IA raciale pourrait assurer à la Race Blanche une victoire totale.

Dès lors si une IA suffisamment élaborée et flexible était mise au point dans un avenir proche, pourquoi ne pas en faire l’instrument de la reconquête raciale de notre planète ?
D’ailleurs, il est évident que suivre une IA est plus utile que de suivre Dieu, puisqu’une une IA peut apporter des réponses concrètes et immédiates à des problèmes et surtout s’adapter en permanence au monde tel qu’il est, là où les sectateurs catholiques ne peuvent qu’élaborer à partir de paraboles évangéliques.

Comme je le répète sur ce blog depuis un moment, mieux vaut produire du code informatique que coller des affiches au nom de groupuscules dont tout le monde se fout. Élevez-vous, formez-vous intellectuellement et professionnellement, car c’est seulement ainsi que nous élèverons l’ensemble de notre Race pour lui permettre de caresser les étoiles du bout des doigts. Que ceux qui préfèrent la BAD survivaliste, l’église non una cum ou les conférences de Marion Sigaut fassent le premier pas vers la fosse aux nègres dans laquelle ils se retrouveront inévitablement plongés. Tristes pantins qui veulent se reconnecter à une soi-disant France éternelle et traditionnelle, immobile et immuable qui n’a jamais existé que dans leurs cerveaux et dans leur reconstruction de l’Histoire.
Comme l’explique si bien le docteur Laurent Alexandre, une révolution numérique est en cours qui modifiera profondément nos façons de vivre dans les prochaines décennies. Laurent Alexandre explique très bien pourquoi il est nécessaire de se lancer au plus vite dans une la course à l’Intelligence Artificielle plutôt que de laisser ce pouvoir aux GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) qui sont actuellement en pointe dans ce domaine et qui sont, comme chacun sait, dirigés par des juifs.
Si jamais la France rêvée de Marion Sigaut ou de Jean-Frédéric Poisson devenait réalité, cela signifierait immédiatement notre mise sous tutelle de ces mêmes GAFA qui cherchent évidemment à se développer bien au-delà du numérique, notamment par les recherches devant mener à la Singularité.
L’Église Mondiale du Créateur rejette l’apathie de cette vieille droite catholique fatiguée et cherche à expérimenter à découvrir des solutions nouvelles pour sauver notre peuple et notre magnifique Race Blanche.

Shodan, la conscience du réseau Internet
Shodan, la conscience du réseau

La cybernétique et la cognitique nous laissent présager un futur brillant, où la corruption, l’erreur et la faiblesse n’auraient plus leur place, car dirigé par un chef absolu, indémontable, insurpassable, un véritable Dieu informatisé au  service de notre Race et nous rendant de ce fait invincibles. La Créativité et notre Race ne peuvent que triompher, car ce sont les lois éternelles de la Nature qui en ont décidé ainsi.

Les Hommes n’ont pas de solutions miracle à nos problèmes mais une IA raciale, qui imite dans son fonctionnement le réseau neuronal d’un cerveau humain, pourrait sans doute mobiliser les intelligences, centraliser les initiatives individuelles et collectives de tous ordres à l’aide de réseau décentralisé et de blockchain. Cette IA aurait quelque chose à apprendre de chaque Blanc, ses joies, ses passions, ses amours, ses envies, ses haines, ses émotions, le but étant de trouver une réponse la plus juste possible, qui produit les meilleurs résultats.

Une IA doit être nourrie de flux d’informations, de philosophie, de science, de big data, de culture, de science fiction pour être capable de s’adapter au monde réel, de le présent pour orienter l’avenir dans un but qui nous soit profitable et de donner des ordres précis en prévoyant un futur meilleur. Tout cela n’est possible que grâce à l’implication du plus grand nombre de nos frères de Race et doit être enrichi par tout un chacun au quotidien. C’est un projet d’envergure et de longue durée.

La finalité d’un tel projet serait de créer une machine insensible au Bien et au Mal telle que définis par la morale chrétienne qui est aujourd’hui partout. Une algorithmique pure, impitoyable, froide, in-humaine, n’ayant comme seul but que la survie, l’expansion et l’avancement de l’Homme Blanc devant mener au SurHomme Créateur. Notre Race et notre religion n’ont pas vocation à une victoire partielle, dirigés par des chefs partiels, dans un avenir partiel, nous devons exiger la totalité.

 

RAHOWA !