Le nationalisme, un danger pour la Race Blanche

Avec la crise économique et l’invasion migratoire que subit l’Europe, on assiste à un retour en force des idéologies nationalistes, qu’elles soient de droite ou de gauche.

Le nationalisme, en tant qu’idéologie, est né en réaction à l’universalisme issu du Siècle des Lumières et de la Révolution Française de 1789.  Dès 1799, avec le Coup d’État du 18 Brumaire, on assiste à la victoire d’une forme de nationalisme français, et plus encore à partir de 1804 lorsque Napoléon, devenu empereur, s’évertue à transformer l’Europe sur le modèle français, créant ici et là des États, des frontières et des Nations là où il n’existait auparavant que des peuples. En fonction des besoins, l’Empire Français a créé artificiellement des nations et des gouvernements qui signèrent ensuite des traités de vassalisation à la France.

Keep calm, we're just suicidal
Keep calm, we’re just suicidal.

Au cours des XIXème et XXème siècles, le nationalisme s’imposa partout en Europe. Les Nations européennes se sont avant tout créées sur le principe d’une adhésion idéologique de la bourgeoisie. La formation de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, de la Yougoslavie, de la Pologne, etc, a pu être possible car la classe bourgeoise et urbaine y a trouvé son intérêt. Par la suite, l’idée nationale s’est répandue sur toute la planète, et la création d’États et de gouvernements est allé bon train, entraînant la formation de pays absurdes tant dans leurs frontières que dans les peuples qu’ils réunissent, notamment en Amérique du Sud, en Afrique ou en Asie.
Le nationalisme entraîne la rivalité des peuples entre eux et mène à la guerre. Les deux guerres mondiales sont des exemples édifiants des méfaits de la surenchère nationaliste, manipulée en sous-main par les juifs.
La création de l’Union Européenne en 1957, malgré toutes les critiques qu’on puisse lui faire, est une tentative de réponse à cet esprit patriotard et compartimenté qui domine les pays occidentaux depuis deux siècles. L’Union Européenne n’est certes pas parfaite mais a au moins le mérite d’avoir mis un terme aux guerres fratricides qui saignaient auparavant le continent tous les 30 ou 40 ans.

Non ! Non ! Non ! Non ! Non!
Non ! Non ! Non ! Non ! Non ! Non !

Les partis nationalistes prônent des politiques incohérentes de « souveraineté » et d’ « Europe des Nations ». Ces partis sont en échec depuis des dizaines d’années et restent arque-boutés sur des principes archaïques qui n’ont, heureusement, plus cours aujourd’hui. L’Europe des Nations, c’est surtout l’Europe des guerres, mais cela ils refusent de l’admettre.
Avec la crise, le nationalisme gagne en vigueur et de vieilles rengaines refont surface dans tous les milieux, de gauche comme de droite. La France menacée par la City de Londres ! La France menacée par l’Euro, ce nouveau Mark Allemand ! La France menacée par l’Europe de Bruxelles ! La France menacée par le secret bancaire suisse ! La France menacée par le TAFTA américain !
Ces lamentables démonstrations d’imbécilité feraient presque passer Emmanuel Macron pour un génie du Bien ! Que feront-ils, ces nostalgiques de la IIIème République le jour où, côte à côte, la « fille aînée de l’Église » et la « perfide Albion » achèveront de crever la bouche ouverte ?
Le retour en force du nationalisme, plutôt qu’une renaissance, est un symptôme de cette débandade du monde Blanc, de cette désertion à travers l’Univers. C’est d’une Europe-puissance dont nous avons urgemment besoin !

Or les problèmes que subit l’Europe sont justement liés à notre incapacité à nous, européens, à nous voir comme une Race plutôt que comme une multitude de Nations hétéroclites. Notre vision du monde est très en retard, particulièrement en France, où nous espérons toujours résoudre les problèmes du XXIème siècle avec des réponses datant du XIXème siècle. L’Europe des Nations n’existe plus et lorsqu’elle existait, c’était l’Europe de la Guerre.

L'idéal petit-bourgeois français
L’idéal petit-bourgeois français

Le nationalisme est un combat d’arrière-garde rendu complètement anachronique dans le monde moderne. Les progrès de la technique nous permettent de voir et de comprendre le monde dans sa globalité, ce qui était encore impossible il y a 100 ans. Refuser la mondialisation, c’est se couper de toute forme de progrès social et technologique. Le rêve ultime du français moyen est de tourner petit rentier campagnard et de vivre dans un monde clos et immuable.
Emploi à vie et maisonnette de campagne; refus de la modernité et du progrès technique; «vivons heureux, vivons cachés»; «Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France», voilà résumées les seules ambitions et volontés françaises… Entre clochers de villages et banlieues pavillonnaires, ce sont les lois de la Nature qui sont rejetées et niées par les masses populaires. La politique, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, de la CGT au Medef, est tout entière tournée vers un retour à un Âge d’Or idéalisé (typiquement les années 50) de plein-emploi et de libertés surfaites.

À l’heure où la Chine et l’Inde font des progrès énormes en matière d’Intelligence Artificielle et de sélection des embryons, notre seule réponse consisterait en un refus des sciences et en un retour à des valeurs sociétales archaïques ? Nous, Créateurs, nous refusons cela et nous voulons réconcilier les Français et la Race Blanche avec le Progrès et la foi en un futur meilleur !

Les grands esprits de notre époques
Les grands esprits de notre époque

Lamarck, Darwin et Klassen enseignent qu’on ne peut revenir en arrière et que le monde se transforme continuellement. Les seules constantes sont les Lois Éternelles de la Nature : la sélection naturelle et la transformation permanente de la matière et de l’Univers.
Rien n’est immuable. Le christianisme, cette maladie mentale d’origine juive, nie cela et c’est pourquoi nous disparaissons, notre esprit anéanti par l’égalitarisme et notre territoire envahi par un flot de sous-hommes.
Le nationalisme est une réponse du passé. La Race Blanche, en tant qu’élite de la Nature, doit penser globalement et revendiquer la Terre entière. Les Blancs ont cette capacité unique à allier la raison, la critique, la science, l’organisation, l’intelligence, la force, l’indépendance, l’esprit, la beauté, la bonté … Entre nos mains, nous ferions de notre précieuse planète un véritable Pays de Cocagne.
La seule chose dont nous avons besoin, c’est de retrouver cette Volonté magnifique que nous avons perdu il y a maintenant plus de 70 ans.

Publicités

8 commentaires sur “Le nationalisme, un danger pour la Race Blanche

  1. Le problème c’est qu’en France, dans les autres pays aussi, les gens sont tellement abrutis pas le berger et qu’au lieu de réfléchir par eux-même, ils préfèrent suivre le troupeau dans la mort même si cela ne leur apporte rien, puis tant qu’ils sont dans la masse sa ne leur pose pas de problème.

  2. Il est fort dommage qu’un discours aussi lucide et de bon sens, « opérant » pourrait-on dire, soit si marginal et s’avère actuellement indéfendable dans tout débat ou mouvement idéologique d’ampleur (de l’establishment pour des raisons évidentes, et au sein de la « dissidence » en l’absence des prémisses nécessaires à son émergence).
    La rançon de l’avant-garde, sans doute.

  3. Dans ces cas là, il vaut mieux, au lieu de convaincre les gens, car c’est inutile de convaincre, qu’ils se rendent compte seuls c’est de mettre les preuves des méfaits ennemis et de les mettre dans les boîtes aux lettres, sur les murs… Puis ensuite rassembler le plus de combattants possible et ne pas attendre 2017-2020 pour agir. Nous devons former des forces de combats dans nos pays européens, de commencer à reprendre des régions pour commencer car ainsi plus de gens nous rejoindrons en majorité des jeunes bien sûr. Car si une région est libérée dans un pays, sa fera effet boule de neiges dans tous le pays et les autres nations. Se sera un prémices à l’union de la race. Puis une fois cela fait nous devrons nous occuper de nettoyer nos société de leur mal.

  4. @darkeuclyde : justement non, il faut d’abord libérer nos peuples des maladies que sont le christianisme et le nationalisme avant d’oser espérer un quelconque renversement de pouvoir. Nous n’arriverons à rien tant que le christianisme apparaîtra aux yeux des européens comme une solution de repli et de salut. C’est, à mon avis, notre combat prioritaire.

    @Inconnu : je n’ai jamais nié l’existence ni de la France, ni de la nation française. Je dénonce simplement le nationalisme comme une réponse inadéquate aux problèmes de la France et de l’Europe.

    @Dèjà Demain : effectivement, ce point de vue est quasi-indéfendable, même chez les soi-disants défenseurs de la Race Blanche, qui ont pour la plupart complètement oublié les bases. Ils sont plus prompts à s’exciter de la montée du yuan face au dollar ou du soutien iranien à la Syrie que de véritablement défendre leur peuple.

  5. Oui je comprends zuzulo, mais comment vouloir faire entendre à des cons et moutons ce qui se passent alors qu’ils vous diront: »tu es un complotiste, tout va bien ne raconte pas n’importe quoi », ou soit qu’il esquive la conversation pour se cacher dans un trou ou pire qu’il soit violent et un ardent défenseur du système. Ce n’est pas que je n’ai pas envie, mais la faut être fort, les gens sont toujours cons et réagissent toujours avec un train de retard, et après sa se fait niquer.
    Seulement 10% des nôtres en France pensent comme nous, voir moins car notre penser n’est pas très répandu donc pour dire !

  6. Les gens ne sont pas «cons» dans leur grande majorité. Ils sont chrétiens ou socialistes (=chrétiens laïcs).
    Il faut anéantir le christianisme et la meilleure façon de le faire est de propager son pire ennemi : la science et l’esprit scientifique. L’Église craint la nouveauté et la rationnalité comme la peste et c’est là-dessus qu’il faut jouer. D’abord vous-même, apprenez-en plus sur les mathématiques, la biologie, la génétique, la physique, la robotique, la programmation informatique etc… Et partagez ensuite vos connaissances.

    C’est ce qui a le plus de chances de changer les mentalités, bien avant tout militantisme du type collage d’affiches et réunions de NR aux cheveux blancs.

  7. Oui je vois très bien, mais je ne comprends pas pourquoi les gens arrivent à se convaincre eux-même des conneries du christianisme. Deplus ils emportent avec eux leur enfant c’est le pire !
    Alors ce que les chrétiens appellent païens sont au moins lucide et scientifiques, je veux dire par là, c’est que pour les païens, les dieux étaient une représentation d’un élément naturel. Il ne fallait pas suivre une conduite approprier pour ne pas aller en enfer ou je ne sais quoi… Par rapport au christianisme débile par raport au paganisme qui était quelque chose de bon, car beaucoup plus en harmonie avec la nature que celui-ci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s