Guerre raciale et religieuse, néo-féodalisme et milices : ce qui nous attend

Les bons articles critiques des délires souverainistes sont assez rares pour être soulignés. Cet article est très lucide sur les raisons de l’effondrement des pays blancs (la décadence de l’État et de la Nation précède la décadence de l’Europe et pas l’inverse) et sur les solutions à apporter (décrédibiliser l’État et le gouvernement en place et construire en parallèle un nouveau pouvoir). Tout est dit.

“Qu’est-ce qui nous attend ?” Voilà une question que beaucoup se pose, au point de tourmenter une solide majorité d’Européens mais aussi de nord-américains de race blanche.

Implosion des sociétés

Chacun constate que les structures publiques et les gouvernements se désintègrent progressivement en Europe de l’Ouest. A ce sujet, une erreur d’appréciation demeure très répandue. Comme aiment à le clamer les “souverainistes” de tous bords, la crise que traverse l’Union Européenne aurait pour origine les manquements de sa direction politique.Non, la crise de l’Union Européenne n’est que le résultat de l’effondrement préalable des états et sociétés dont elle procède, pas l’inverse. Il n’y a pas une UE incompétente, aveugle et bornée d’une part et des états bienveillants et avisés de l’autre.C’est parce que l’Europe de l’Ouest s’effondre sous le poids de l’invasion afro-musulmane que cela génère une réaction de survie de la part des véritables Européens que sont les Européens du Centre et de l’Est. L’UE, comme structure, n’est que le vecteur continental de la dégénérescence déjà présente au sein des pays ouest-européens qui dominent cette institution. Dégénérescence qui suscite en retour des réponses variées des acteurs en présence.La fable répandue par le Front National ou l’UKIP britannique selon laquelle une fois l’UE disparue, tous les problèmes trouveraient enfin leur solution, est une escroquerie de premier ordre. Il s’agit pour ces partis de faire croire à la plèbe que le processus d’implosion en cours serait circonscrit à l’échelon supérieur, i.e. Bruxelles, pour mieux légitimer leur prise de pouvoir à l’échelon régional.Nul ne doit se tromper sur une froide réalité : les politiciens professionnels sont tous de même nature, qu’importe leurs appartenance nominale. Peu importe l’échelon, régional ou européen, pour eux la seule question qui importe est de s’emparer du pouvoir d’état et de le conserver. La plèbe n’a pas sa place dans ce processus, si ce n’est pour valider a posteriori les décisions prises.

Lire la suite sur Breiz Atao : Guerre raciale et religieuse, néo-féodalisme et milices : ce qui nous attend (Éditorial) | BREIZ ATAO – Journal de l’Etat National Breton

Publicités

2 commentaires sur “Guerre raciale et religieuse, néo-féodalisme et milices : ce qui nous attend

  1. Excellent article effectivement ; une vision pragmatique et des fulgurances réalistes.
    Merci d’avoir partagé.

    En revanche j’ai été déstabilisé par l’emploi contre-intuitif (imho) des notions de verticalité et horizontalité, personnellement j’aurai fait l’inverse.

    Un développement intéressant serait la place des TIC dans la formation et le maintien de ces nouvelles instances régaliennes, je vois plus un morcellement en réseau que des blocs géographiques concomitants (bon après c’est des raffinements spéculatifs hein).

    • Pour les TIC, c’est tout à fait ça et vous faites bien de le mentionner.
      Internet a déjà profondément modifié le fonctionnement de l’information, des gouvernements, de l’économie et de l’Humanité entière.

      Il s’agit exactement du modèle suivi par Internet : d’abord centralisé puis décentralisé et (bientôt) distribué :

      L’autorité (centralisation) disparaît au profit d’un fonctionnement en réseau (distribué). Le monde physique et le monde virtualisé/informationnel s’atténue toujours. Les deux finissent par s’imbriquer. C’est pour cela que les États-Nations sont à terme condamnés. La centralisation, c’est la Nation et la distribution, c’est la Race.

      Pour qu’un réseau distribué fonctionne, il doit utiliser un protocole de communication unique entre tous ses membres. Appliqué au monde physique, il est clair que les différentes races possèdent une essence/une âme différentes et incompatibles entre elles d’où une incapacité à former un réseau commun, donc une société commune.
      Une aggravation des tensions raciales semble alors inévitable, d’où la RAHOWA.

      Et face au réseau centralisé, le réseau distribué à la faculté de s’imposer totalement, sur le modèle du tout ou rien. Qui utilise Google+ quand il existe Facebook ? Qui utilise Bing ou Yahoo quand il existe Google ? Qui utilise Sourceforge quand il existe Github ?
      Assurons-nous simplement de prendre cette place dominante et écrasante qui revient de droit à la Race Blanche en tant qu’élite de la Nature. J’écris justement un article sur l’uberisation, j’espère en dire davantage sur ce sujet.

      Il existait un excellent site qui abordait toutes les questions de synchronicité entre Race et Technologie : aryanlegacy.net
      Quelques archives sont visibles ici : https://web.archive.org/web/*/aryanlegacy.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s