Comment devenir Créateur en 2018(44AC) ?

Je reçois un nombre conséquent de courriels me demandant comment rejoindre l’Église du Créateur, comment adhérer, qui contacter, comment organiser une section, comment  imprimer des t-shirts, etc, etc, etc…

Ces questions, même si elles sont parfaitement légitimes, relèvent d’un vieux fantasme de l’extrême-droite française : le fantasme de l’organisation-mère, du parti tout puissant hiérarchisé selon le modèle chef national, chef local, militant de base… En somme, le militant de base attend les ordres de son chef de section qui attend lui-même les ordres du grand chef à la tête de l’organisation.
Le problème est que nous n’avons plus de leader assez puissant, assez intelligent ou assez respecté pour qu’une organisation quelle qu’elle soit puisse encore tenir debout. Après tout, qui a envie d’obéir aux ordres d’un sous-chef local à moitié crétin ou ravagé par les excès de l’alcool (l’un s’accompagnant généralement de l’autre) ? Personne, évidemment. Et comme les derniers groupuscul-issim-es faf français sont généralement dirigés par des débris humains, l’organisation finit invariablement par imploser d’elle-même, emportée dans les relents intestinaux et les inévitables querelles géopolitiques, et ce sans même que n’importe quel sous-fifre du ZOG n’ait à lever le petit doigt.

Ce que je souhaite le moins au monde, ce serait que la Créativité suive la même voie et finisse par disparaître bel et bien dans un abîme de souvenirs envolés et de désillusions sinistres.
De toute manière, en France, le constat est simple : il n’y a actuellement qu’un embryon d’Église du Créateur, et si nous avons pu nous réunir à cinq en décembre, c’est bien le bout du monde. Mais qu’importe, c’est le mérite des Créateurs qui prévaut et non leur nombre.

Sous la direction de Matt Hale, l’Église du Créateur a glissé du coté du nombre plutôt que de la qualité et le résultat 15 ans après n’est pas probant : Matt Hale est emprisonné jusqu’en 2037 et l’Église du Créateur s’est divisée entre Creativity Movement et Creativity Alliance, en plus des nombreuses chamailleries internes. Alors certes, Matt Hale est un homme intelligent, et l’Église n’aurait pas pu survivre sans lui après le suicide de Ben Klassen et c’est sous son mandat de Pontifex que les juifs et l’establishment ont réellement craint notre religion au point d’infiltrer des agents du FBI, d’imaginer un complot, de créer de fausses preuves et de truquer un procès pour pouvoir faire taire Matt Hale.
La même chose est arrivée à la National Action, un groupe néo-nazi anglais, où des drapeaux représentant l’emblème de la Créativité, le W orné d’une couronne, étaient fréquemment déployés lors des manifestations publiques. Ce groupe, bien que dirigé par des étudiants aussi intelligents que déterminés, a voulu se développer trop vite et trop fort. Résultat : arrestations, fabrications de preuves et dissolution sous prétexte de terrorisme.

Ce que je veux dire, c’est qu’il est inutile actuellement de chercher à construire le mouvement militant le plus solide possible puisqu’il suffit au pouvoir de lever un petit doigt pour lancer des procédures judiciaires, interdits bancaires, amendes, etc. On ne peut pas lutter contre le système en jouant avec ses propres cartes et en respectant ses propres règles. Se déclarer officiellement comme Créateur revient évidemment à un suicide dans la France soviétique de 2018.
Et même si nous décidions de nous lancer dans un militantisme classique, qui réunirions-nous si ce n’est quelques gros bras prenant la pose devant l’objectif à côté de l’emblème Créateur ? Nous finirions immanquablement par nous retrouver dans la situation du groupuscule Blood&Honor/Combat 18 France qui après quelques photos d’hommes en arme et quelques tags champêtres a rapidement terminé sa course en prison à respirer les effluves nauséabondes de la faune multiculturelle y résidant. Idem pour les militants de l’Aryan Brotherhood et de tant d’autres groupuscules, disparus dans la nature. Que reste-t-il de tout cela ? Rien, si ce n’est quelques photos sur les sites antifascistes. Bien piètre résultat pour des Blancs qui, tout motivés qu’ils soient, ont complètement raté l’objectif qu’ils s’étaient donné : faire survivre et prospérer la Race Blanche.
En France, c’est malheureusement sur le même modèle que s’est structurée l’Église du Créateur au début des années 2000, sur un militantisme aventurier comme je l’expliquais dans un précédent article. L’objectif n’a pas été atteint et l’Église a presque totalement disparu, comme ce fut le cas aux États-Unis et dans le reste du monde.

Nous sommes maintenant en 2018 et il y a clairement une résurgence des idées phares portées par la Créativité depuis 1973 : défense raciale blanche au delà des frontières, dénonciation du problème juif/chrétien/islamique, théories eugénistes, rejet du cosmopolitisme, ethno-différencialisme assumé, etc. Les Blancs ont démontré leur réveil en élisant Donald Trump comme président des États-Unis. La nouveauté, c’est que le discours du Nationalisme Blanc est aujourd’hui très diffus, porté par des pans entiers de la société. Sans véritables leaders, sans chefs, sans partis, sans doctrine, les idées racialistes s’imposent en Occident.
Et comment ne pourraient-elles pas s’imposer au vu de l’état déplorables de nos pays, ravagés par l’immigration, la corruption, la lâcheté, la traîtrise, la soumission, la censure, le métissage et la barbarie ? Alors évidemment, personne ne se réclame de la Créativité, personne ne défend les idées de la Créativité ou même n’en n’a même pris connaissance. Et il n’y a aucun mal a cela. Notre objectif à nous Créateurs, c’est la survie de la Race Blanche, pas la gloriole d’être le dernier carré de résistants en psalmodiant des «Je vous l’avais bien dit»… Et si la Créativité doit rester en retrait pour que nos idées triomphent, je ne vois aucun mal à cela.

En 2017, un nouveau Pontifex a été élu à la tête de la Créativité en la personne de James Costello. C’est un homme intelligent et déterminé qui fait tout pour propager les idées racialistes et nationalistes blanches, même si ce n’est pas forcément sous l’étiquette «Créativité».
Un article allant dans ce sens a d’ailleurs été récemment publié sur le site officiel. Dans cet article, l’auteur explique que promouvoir la Créativité de manière ouverte peut heurter certaines personnes qui, même si elles pensent comme nous, peuvent avoir une réaction négative face à une propagande utilisant les symboles de la Créativité ou son discours brut de décoffrage. L’auteur enjoint les Créateurs à faire preuve de plus de subtilité dans la diffusion du message de l’Église, notamment en utilisant ou en créant des médias de réinformation. Il s’agit de diffuser un message conforme à la Créativité mais par tous types de moyens détournés sans se dévoiler et donner du grain à moudre aux médias juifs dominants en leur permettant de dénoncer les «méchants nazis» et «leurs idées nauséabondes». Évidemment, cela demande de mettre son ego de côté au service d’une propagation plus importante des idées. Mais comme je l’ai dit plus tôt, l’objectif est la survie et non la gloire d’avoir eu raison avant tout le monde.

Que répondre alors aux personnes me demandant comment rejoindre la Créativité ? Je peux leur enjoindre de s’affranchir des institutions, oubliez les partis et les adhésions, créez vos propres réseaux de blancs non reniés, vivez la Créativité au jour le jour, individuellement plutôt qu’à travers une adhésion. Soyez originaux, transmettez un message racial de manière détournée, drôle et intelligente. Soyez créatifs, c’est le cas de le dire !
Vous n’avez pas besoin de devenir membre de l’Église pour vivre en accord avec ses principes. Vous pouvez faire beaucoup de chose, comme cesser de suivre le football négrifié à la télévision, défendre un blanc lorsqu’il est agressé, aider financièrement ou moralement un blanc en difficulté, manger sainement, entretenir son corps et son esprit, couper vos relations ou celles de votre entourage avec les sous-races, ne fréquenter que des blancs, ne pas acheter aux commerçants non-blancs, réussir votre vie, trouver une femme blanche et faire des enfants blancs, être heureux, effacer définitivement de votre esprit la prison mentale qu’est le christianisme… Tout cela ne dépend au final que de vous-même, et ne dépend en aucun cas de votre adhésion ou non à la Créativité.
N’attendez pas l’ordre d’une hiérarchie partitaire pour commencer à agir ! Vous êtes des Blancs et vous savez comment agir pour le bien de votre race ! Sortez de la marginalité dans laquelle les groupuscules et les politiques vous ont parqué depuis des décennies  ! Soyons l’avant-garde révolutionnaire guidant la masse immobile !
La Créativité se vit au jour le jour, à tout instant, et vos moindres pensées, vos moindres choix, vos moindres actions, vos moindres vies se divisent selon un modèle binaire : soit cela est favorable à la Race Blanche, soit cela est défavorable à la Race Blanche. Il n’y a pas d’entre-deux, soit vous êtes un traître racial, soit vous êtes un loyaliste racial, et cela n’a rien à voir avec être Créateur ou non, encarté ou non.

Pour faire triompher nos idées, nous devons être des exemples pour ceux de notre Race. Nous devons individuellement respecter les 16 Commandements pour collectivement élever notre Race. Chaque acte et chaque pensée produit un effet. Si vous agissez et pensez bien alors vous ferez le bien de votre Race, c’est aussi simple que cela.

L’heure est à la décentralisation, au fonctionnement en réseau. Nous n’avons plus de grands chefs parce que nous ne les méritons plus; trop individualistes, trop malades dans notre esprit et dans notre corps que nous sommes. La solution consiste à travailler en réseau, à accumuler et à assembler toutes les volontés pour influencer l’inconscient collectif de la société et pour effectivement élever le niveau de notre Race et sa conscience raciale.
Le travail de réseau est lent, monotone et fastidieux, mais c’est le seul qui permette encore d’obtenir des résultats. Ce qu’il faut bien que les fafs d’extrême-droite se mettent en tête, c’est qu’il n’y aura jamais de Grand Soir révolutionnaire où nous pourrons enfin descendre dans les rues en portant sur des piques les têtes coupées de nos ennemis, tout comme il n’y aura jamais de guerre civile, de manifestants reversant le pouvoir ou de victoire électorale, ou n’importe quel autre mythe de ce type.

Les juifs ont-ils jamais eu besoin de descendre dans les rues, de manifester, de fonder un parti juif ou de se présenter à des élections pour réussir à contrôler les banques, les médias, Hollywood ou la Silicon Valley ? Non, puisqu’ils s’organisent en réseau pour arriver à leurs fins, qui — faut-il le rappeler ? — consiste en la destruction de la Race Blanche et l’annihilation de toute forme de beauté sur cette planète.
De l’autre côté, l’extrême-droite vit encore avec des réflexes du XIXème siècle, qui, dès qu’elle obtient quelques succès, cherche à obtenir des postes, des avantages, des élus, des financements publics, etc… Comment ne pas citer ici La Manif Pour Tous, Égalité&Réconciliation, les Identitaires, les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, Civitas, Troisième Voie, le Parti Nationaliste Français, le Bastion Social et tant d’autres qui passent leur temps à se compter, à compter les autres, à capitaliser au maximum sur les réseaux sociaux du moindre collage d’affiche, de la moindre conférence, de la moindre action militante.
Cela ne marche plus, ça n’attire plus de nouvelles personnes, de nouveaux défenseurs de la Race Blanche. Le milieu de l’extrême-droite est un cloaque qui fonctionne en vase clos, sans renouvellement, où untel passe dans tel groupuscule tandis que tel autre est expulsé d’un autre en raison de différents absurdes. L’extrême-droite est naturellement repliée sur elle-même, sans prise sur le réel. Trop sectaire, trop soporifique, trop chiante, elle repousse plutôt qu’elle n’attire. Cela entraîne inévitablement la guerre de chapelles, la perte d’intérêt, la démobilisation, la crainte de l’infiltration et au final la disparition.

À mon sens, la seule initiative intelligente et utile ces derniers temps est la création de Suavelos qui veut rendre aux Blancs leurs pays par la création de réseaux d’entraide locaux et européens, sans chefs, sans directives, sans militantisme. Il s’agit simplement de se rencontrer, d’apprendre à se connaitre, de se soutenir dans nos projets, dans nos difficultés, tant financièrement que moralement. Cela peut paraître improductif et négligeable pour certains mais Suavelos permet à des Blancs de se resocialiser avec les leurs et de recréer cet esprit communautaire et tribal que nous avons perdu et dont nos ennemis profitent.
Si vous souhaitez vous engager pour votre Race, créez ou rejoignez un réseau d’entraide pro-Blanc, usez de votre intelligence, gagnez de l’argent et de l’influence, répandez le message et les idées de Ben Klassen autour de vous, voilà comment devenir Créateur en 2018. Si toutefois vous avez la volonté de rejoindre officiellement la Créativité, vous pouvez contacter le Révérend Devalez, le représentant de notre religion en France depuis plus de dix ans à l’adresse suivante : RevDevalez@aol.com

RAHOWA/SAGUERRA !

Publicités

Yule et Festum Album

Bougies de Yule
Les sept bougies du Festum Album

En 2002, Matt Hale qui était alors Pontifex Maximus de l’Église du Créateur instaura le Festum Album comme une célébration annuelle de la Race Blanche.

L’idée de départ est très simple : toutes les communautés raciales aux États-Unis bénéficiaient d’une période de fêtes célébrant leur unité et leur fierté d’appartenance. Toutes les communautés sauf la communauté Blanche. C’est ainsi que Matt Hale décida de créer le Festum Album, le festival Blanc qui corrigeait ce manque et comblait un vide. La date n’a évidemment pas été choisie au hasard et correspond au calendrier des anciennes fêtes païennes, plus tard copiées et corrompues par le christianisme. Le Festum Album est un moyen de montrer sa fierté ethnique blanche et de se retrouver avec sa famille et ses amis autour dune célébration commune.

Dans la vision de Matt Hale, cette fête avait pour objectif de devenir la plus importante célébrée au niveau mondial dans les communautés blanches et devait contrebalancer les fêtes juives (Hanukkah) et nègres (Kwanza) auxquels des élus participent souvent aux États-Unis et qui donnent lieu à des manifestations populaires sur la voie publique. Bien entendu, il existe la période de Noël qui peut être considérée comme une fête pour les Blancs, mais en tant que Créateurs, il n’est pas question pour nous de commémorer la soi-disant naissance de Jésus-Christ et de la religion chrétienne puisque c’est cette religion qui nous a divisé durant des siècles entre sectateurs de différentes branches (catholiques, luthériens, évangéliques, anglicans, mormons, etc…) et ayant été la cause de plusieurs guerres et massacres. Le christianisme est devenu une véritable usine à négrophilie, si bien qu’aujourd’hui Noël est devenu une célébration comme une autre du multi-culturalisme si cher à nos élites. Les Créateurs ont besoin de leur propre période de fête, qui marque la fierté raciale et l’appartenance à la l’Église du Créateur.

Yule est le nom de la fête païenne qui était célébrée partout en Europe sous diverses formes avant l’implantation du christianisme et, comme chacun sait, de l’imposition de la Nativité de Jésus-Christ pour remplacer les anciennes croyances. Il est laissé au choix du Créateur de célébrer ou non Yule.

Le Festum Album quant à lui est organisé sur 7 jours du 26 décembre au 1er Janvier et chaque jour à sa propre signification et symbolisme.

Les jours de célébration sont répartis comme suit :

  • Premier Jour (I), l’Histoire où l’on se souvient de notre Histoire glorieuse depuis l’Égypte Antique en passant par l’Empire Romain, la Renaissance et notre expansion territoriale au XIXème siècle.
  • Deuxième Jour (II), le Destin où l’on considère le futur glorieux qui attend notre Race, qui représente l’élite de la création naturelle.
  • Troisième Jour (III), l’Unité où l’on transcende les divisions linguistiques et culturelles pour ne former plus qu’un seul peuple de Race Blanche.
  • Quatrième Jour (IV), l’Ingéniosité où l’on rend hommage à notre Créativité et à nos grands hommes, bâtisseurs, explorateurs, scientifiques, philosophes, penseurs, artistes.
  • Cinquième Jour (V), la Commémoration où l’on rend hommage aux grands noms qui ont défendu par les armes l’avancement et le territoire de notre peuple.
  • Sixième Jour (VI), la Loi où l’on reconnaît la justesse des Lois Éternelles de la Nature qui donna sa raison d’être à notre religion, la Créativité.
  • Septième Jour (VII), la Pureté où l’on affirme notre volonté de garder pur notre sang, la source de notre force créatrice et où l’on remercie nos ancêtres d’avoir su préserver pure notre lignée et notre divinité.
Ordre d'allumage des bougies
Ordre d’allumage des bougies

On utilise un candélabre et sept bougies pour symboliser chacune des sept nuitées du Festum Album. Trois couleurs sont utilisées pour les bougies : rouge, blanche et noire.

La couleur rouge est réservée au dernier Jour, le VII représentant la Pureté, comme symbole du sang sacré. La bougie est deux fois plus grande que les autres et placée au centre pour signifier l’accomplissement ultime du Festum Album.

La couleur blanche correspond aux Jours III, IV, V et VI, soit l’ensemble des jours consacrés à la créativité et aux valeurs de notre peuple

Enfin, la couleur noire correspond aux Jours I et II, soit les jours consacrés à la grandeur de notre combat pour la  préservation de notre culture et de nos valeurs.

Au Jour I, à la nuit tombée, seule la première bougie à gauche est allumée pour environ une heure. Au deuxième jour, on rallume tout d’abord la première bougie, puis la bougie du Jour II et ainsi de suite jusqu’au Jour VII où toutes les bougies sont allumées dans l’ordre jusqu’à extinction.

Pendant l’heure où la bougie se consume, on médite seul ou en famille sur le thème du Jour. Voici quelques pistes de réflexion possibles :

  • Histoire : l’Égypte Antique, l’expansion aryenne d’Europe jusque dans le sous-continent Indien, la civilisation Celte, les conquêtes napoléoniennes, la Révolution Industrielle, le Troisième Reich, …
  • Destin : l’avancement des idées pro-blanches, le territoire ethnique, l’eugénisme, la conscience raciale, la guerre psychologique à mener, …
  • Unité : la division de la Race Blanche amenée par les courants nationalistes, les combattants de différentes nationalités de la Waffen S.S. combattant sous une même bannière, la joie de se retrouver entre Blancs, …
  • Ingéniosité : la vie et l’œuvre de nos grands hommes de sciences, de lettres, d’arts, …
  • Commémoration : Charles Martel, Le Cid, les désastres de la guerre de sécession ou des deux guerres mondiales, les millions de morts causés par les goulags de l’URSS, Dresde, …
  • Loi : les cinq croyances fondamentales et les seize commandements de la Créativité, les lois de la Nature, la liberté d’expression, le droit à la propriété privée, …
  • Pureté : le mouvement eugéniste au XXème siècle, la position de la Race Blanche au sommet de la hiérarchie naturelle, les recherches du professeur Cattell, …

festum-album-creativity

Yule et le Festum Album ont donc vocation à remplacer la période des fêtes du christianisme et d’affirmer notre satisfaction d’être Blancs et de vouloir le rester. Cependant, nous ne sommes pas dogmatiques, et ce billet blog ne sert que de trame directrice à cette période de festivité. Arrangez à votre goût l’organisation du Festum Album et de Yule selon vos convenances (soyez créatifs !)  ce qui compte avant tout, c’est la volonté de participer et votre volonté de faire le bien de notre peuple à travers l’Univers.

Alors joyeuse Yule et bon Festum Album, chers amis Blancs !

RAHOWA !

 

 

 

 

 

Daniel Conversano, Vive l’Europe et la Créativité

Dans son émission Vive l’Europe du mois de septembre, Daniel Conversano invitait Zeiger qui participe à l’excellent webzine Blancheurope.com, webzine d’ailleurs plus proche des thèses du Nationalisme Blanc que du nationalisme français grincheux, un peu lost in transition entre le guignolesque Ploncard d’Assac et l’archétypale caricature Yvan Benedetti; excellent site donc, que tout Créateur peut parcourir sans risquer de se morfondre d’ennui.

Nous savons que Daniel Conversano est assez réceptif à l’idée selon laquelle l’Homme Blanc a besoin d’une religion raciale qui lui soit propre. Il s’est souvent exprimé sur le Christ Aryen, la mystique chrétienne Blanche et le besoin de la religion chrétienne pour réveiller spirituellement notre peuple — éléments qui nous laissent les Créateurs relativement insensibles, étant donné que nous considérons le christianisme comme un Cheval de Troie juif destiné à détruire le peuple Blanc, objectif qu’il a quasiment atteint (Vatican II n’étant que la partie émergée de l’iceberg, n’en déplaise à certains).
Quoi qu’il en soit, que Daniel Conversano trouve un intérêt à la Créativité est un excellent signe puisque nous voyons cette religion comme la seule capable de nous sortir du caniveau moral, spirituel et matériel dans lequel nous nous trouvons.

Le passage qui nous intéresse débute à 1:34:55 :

Il est dommage de voir que Zeiger, malgré sa lecture de la Bible de l’Homme Blanc se trompe sur la nature de Créativité. Reprenons les deux points négatifs évoqués par Zeiger :

  • la Créativité n’est pas religion car elle est athée
  • les conseils diététiques donnés par Ben Klassen dans ses livres sont douteux

Si Zeiger considère qu’une religion digne de ce nom se doit de croire en une divinité, lui rendre un culte et suivre ses recommandations alors la Créativité n’est effectivement pas une religion. Nous n’avons pas de culte, pas de rituel, pas de dogme ni de livre saint. Notre religion est très terre-à-terre et opérative : si nous suivons les lois de la Nature nous survivrons en tant que peuple; si nous ne les suivons pas nous disparaîtrons. La fidélité aux lois de la Nature passe par une reconnexion spirituelle à l’âme véritable de notre peuple, à sa splendeur et à l’état de Joie innée qui l’habite. Nous considérons que nous sommes nos propres Dieux et que nous n’avons pas besoin d’intermédiaires pour développer notre vie spirituelle.
No nonsense pourrait être l’un des slogans de la Créativité, c’est à dire ne rien faire qui dès le premier abord semble dénué de fondement logique. Il s’agit de refuser les inepties et les absurdités manifestes comme tous les cultes en ont (interdits alimentaires et vestimentaires, prières, génuflexions, encadrement moral, etc…) et au contraire de baser sa religion sur le réel, le physique, le tangible définis par la rationalité, la logique et la science. Ainsi, nous Créateurs, nous ne prions pas Dieu de nous donner l’amour et la joie pour notre prochain, nous l’appliquons directement à nos frères de Race Blanche, car il est logique et rationnel de préserver l’existence de notre peuple et l’avenir des enfants blancs.

Ensuite, concernant les conseils diététiques de Ben Klassen, il est bien expliqué qu’il s’agit de recommandations et d’un idéal à long terme et qu’il n’est pas question d’imposer tel ou tel régime aux Créateurs. En avance de 30 ans sur l’actuelle mode du véganisme, Ben Klassen considérait qu’une alimentation d’origine végétale permettrait d’éliminer les toxiques de nos corps pour retrouver un corps sain, la bonne santé de celui-ci entraînant un esprit sain dans un environnement sain puis une société saine. Chaque Créateur est évidemment libre de suivre son propre régime alimentaire.

Début Novembre, c’était au tour de Claude Salverola de passer dans l’émission Vive l’Europe. Raciste, suprémaciste, en bonne forme physique, globe-trotteur viril, contre le nationalisme, contre le christianisme, contre la décadence, contre le business de l’extrême-droite, il a tout pour plaire et incarne à merveille le slogan « This Planet Is All Ours » de Ben Klassen popularisé par le titre éponyme du livre de 1987. Voici la vidéo :

Plusieurs excellents passages sont à relever sur la joie et la bonté naturelle de l’Homme Blanc, le Foyer Blanc, le christianisme, le mépris teinté d’indifférence à l’égard des sous-races, etc …

Plusieurs bémols cependant :

  • quitter la France n’est pas forcément la solution miracle, notre religion nous demande de nettoyer l’esprit de l’Homme Blanc et de toujours croire à sa capacité à se relever, quel que soit son niveau de conscience raciale.
  • une certaine incitation aux relations sexuelles avec diverses sous-races répugnantes.
  • Les pouvoirs médiumniques des Aryens, les forces des ténèbres, la Terre plate…
  • L’alcool n’a pas aidé à garder l’esprit clair…

Les pouvoirs médiumniques, la Terre plate, les puissances du bien et du mal, tout cela reste de l’ordre du possible mais s’avancer ainsi sans preuves tangibles, sans relations de cause à effet, en somme sans démonstration scientifique est un pas que les Créateurs ne franchissent pas.

Vive l’Europe devient donc une chaîne de réinformation raciale intéressante, drôle et très suivie. Merci à Daniel pour son travail continu. Souhaitons simplement qu’il finisse par rejoindre l’Église du Créateur !

Pour la Race Blanche, RAHOWA !

 

Quel stratégie pour la Race Blanche ?

Une fusée à trois étages :

– Le premier étage était la démonstration du rôle des Juifs dans la tentative de destruction de la Race Blanche. Les antisémites ont fait sur ce point un travail remarquable. La récente condamnation d’Hervé Ryssen à un an de prison ferme le prouve amplement : http://www.20minutes.fr/societe/1920531-20160907-militant-extreme-droite-condamne-an-ferme-messages-antisemites-reseaux-sociaux

Cette peine d’emprisonnement vaut toutes les légions d’honneur. Ses livres sur la question juive nous ont mis en garde contre un danger, que la génération précédente n’a pas eu le courage d’aborder. Qu’ Hervé Ryssen soit remercié pour toutes ses années de lutte contre la bête cosmopolite.

– Le second étage de notre envol vers un futur radieux pour la Race Blanche est le racisme. La question raciale dominera ce siècle et les siècles prochains (tant qu’il restera des Blancs). La survie de la Race Blanche est le sujet qu’il faut aborder dès maintenant. Certains l’ont compris, mais nous sommes encore trop peu nombreux. Ce qui a été fait pour l’antisémitisme doit être fait pour le racisme. Il n’y a pas de plus noble cause que la défense de la Race Blanche. Tout le reste est accessoire, secondaire.

– Le troisième étage de notre fusée est religieux – une religion pour la Race Blanche. Cette religion raciale existe, elle a été fondée en 1973 par Ben Klassen. Celui-ci avait au moins 50 ans d’avance sur son époque. Les Blancs d’aujourd’hui ne sont toujours pas en mesure d’apprécier ses bonnes paroles pour la Race Blanche (c’est dire le niveau d’enjuivement de notre race) !

Ben Klassen avait trop d’avance sur son temps, il faudra encore attendre quelques décennies avant que ses écrits deviennent une évidence pour tous les Blancs. En attendant, nous sommes quelques privilégiés à avoir reconnu la véracité de son message :

Nous, Créateurs, nous basant sur les Lois Éternelles de la Nature, de l’Histoire, de la Logique et du Bon Sens :
I. NOUS CROYONS que notre Race est notre Religion.
II. NOUS CROYONS que la Race Blanche est la Chef-d’OEuvre de la Nature.
III. NOUS CROYONS que la loyauté raciale est le plus grand de tous les honneurs et la trahison raciale le pire de tous les crimes.
IV. NOUS CROYONS que ce qui est bon pour la Race Blanche est la plus haute vertu et que ce qui est mauvais pour la Race Blanche est le péché ultime.
V. NOUS CROYONS que la seule et unique, véritable et révolutionnaire Religion Raciale Blanche – la Créativité – est le seul salut pour la Race Blanche.

Nous, Créateurs, vouons éternellement
nos Vies, notre Ferveur Religieuse
et notre Honneur Sacré
à l’accomplissement
de ces Croyances Religieuses.
 
RaHoWa!

Construire un autre futur et gagner

Depuis trop longtemps, les blancs sont entraînés toujours plus profond dans un océan de désespoir. Il y a un véritable culte de l’échec qui s’est mit en place à partir de 1945. Les patriotards et les nationaux-catholiques n’ont jamais été les derniers à promouvoir une vision défaitiste du monde.
C’est bien simple, dès qu’une cause est décrédibilisée, abandonnée, démentie, on trouve inévitablement une ribambelle de nationaux pour défendre cette cause… Nous avons perdu l’Algérie ? Formons l’OAS ! De Gaulle quitte le pouvoir ? Formons un mouvement anti-gaulliste ! En 1981, le socialisme prend le pouvoir ? Le FN est ultra-libéral ! 30 ans plus tard, l’ultra-libéralisme est en place ? Le FN est socialiste ! Israël écrase les pays arabes pendant la guerre des Six-Jours ? Soutenons la Palestine ! Des drapeaux bandéristes et nazis sont dressés en Ukraine ? Défendons le Donbass ! Le dollar perd de sa valeur ? Soutenons le yuan chinois ! Les africains envahissent l’Europe par centaines de milliers ? Dénonçons l’impérialisme occidental ! Les manifestants veulent faire tomber Hollande ? Soutenons les policiers ! La science permet de déceler des malformations ou des maladies sur un fœtus ? Militons contre l’IVG !

La liste pourrait encore être longue. S’ajoute à cela toute une pelletée d’improbables géopoliticiens qui, ayant abandonné toute forme d’action concrète, s’amusent à déplacer des pions sur leurs cartes en ânonnant sans fin sur la souveraineté des uns et l’impérialisme des autres.

Se forger une mentalité de gagnant
Se forger une mentalité de gagnant

Le dernier oripeau à la mode chez les patriotards et les cocuservateurs est cette fascination abjecte pour la décroissance et l’écologie radicale. La technologie progresse, les GAFAM (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) investissent massivement dans le génie militaire, la robotique, la surveillance électronique, les intelligences artificielles, la génétique, etc … Réponse des intéressés : non aux centrales nucléaires, non au Progrès, cultivons notre jardin, «contre le monde moderne». Non seulement tout le monde sait que ce genre de discours est voué à l’échec et n’empêchera en rien des entreprises aux objectifs anti-blancs comme Google de prendre de plus en plus de pouvoir, mais en plus il nous ôte des mains les moyens de combattre ce totalitarisme technocratique en nous refusant les armes adéquates. Il est évidemment impossible de combattre un complexe techno-industriel armés de bêches et de piques… De tous temps, le rejet du progrès technologique a échoué, mais  certains dans nos rangs aiment trop la défaite pour s’en apercevoir.

Il y a un tel amour de l’échec dans nos rangs, un tel culte nietzschéen, prométhéen, de la cause perdue qu’il n’est guère étonnant qu’effectivement nous perdions tout. être à «contre-courant» de tout et n’importe quoi n’a jamais mené à quoi que ce soit. Alors on attend, on fait comme si on «résistait» ou qu’on luttait encore par défaitisme ou par habitude, en espérant la venue d’un mythique Chevalier Blanc qui enfin nous sauverait de l’anéantissement final. C’est un fait courant de fantasmer l’arrivée d’une aide providentielle extérieure. Elle est malheureusement bien illusoire. Ce ne sont ni la Russie, ni l’Iran, ni le Venezuela, ni je ne sais quel autre «axe de la résistance» qui vendront nous sauver par enchantement. Tous ces gens ont déjà perdu, parce qu’ils n’y croient plus, parce qu’ils aiment perdre.
Il est plus que nécessaire d’abandonner certaines habitudes et de changer complètement de point de vue. Pour survivre nous ne devons compter que sur nos propres forces, aussi faibles soit-elles. Et les forces de notre Race sont immenses pour peu qu’on prenne la peine de les réveiller. La Nature ne fait pas de cadeaux à ceux qui faiblissent et ne luttent plus. Nous devons cesser d’être contre et anti-pour enfin trouver des pour et des pro- à imposer au reste du monde. Il nous faut résister à l’envie d’être sots et mettre en œuvre la formidable capacité de notre Race à dominer, à avancer fanatiquement sur la voie que nous savons être la bonne et qui a été tracée pour nous par la Nature elle-même.

Bâtissons un futur à notre mesure
Bâtissons un futur à notre image

En tant que Créateurs, il n’y a pour nous qu’une seule façon de penser : ce qui est bon pour la Race Blanche est la plus haute vertu et que ce qui est mauvais pour la Race Blanche est le péché ultime. Nous devons nettoyer notre esprit de chaque trace de défaitisme et de haine de soi que le christianisme a implanté dans notre inconscient à travers 2000 ans de domination. Nous ne devons pas rejeter ce monde pour en attendre un meilleur après notre mort. Nous ne devons pas croire que tous les hommes et toutes les Races se valent. Nous ne devons pas croire qu’une divinité omnisciente surveille à chaque instant nos actions. Nous ne devons pas croire que nous naissions naturellement mauvais.
Au contraire, nous devons partager un amour et une solidarité de tous les instants avec nos frères de Race. Nous devons corréler nos actes et synchroniser nos pensées avec nos frères pour continuer à avancer et à construire le futur auquel nous avons droit. Nous devons protéger nos territoires et en expulser les ennemis, les traîtres et les lâches. Nous devons préserver l’existence de notre peuple et l’avenir des enfants blancs.

Il nous faut reconstruire un volontarisme actif, une joie nouvelle, un bonheur irrépressible, un Soleil dans les yeux. Pour cela, nous avons besoin d’une mentalité de fer, un goût du risque et une envie de gagner. Les juifs haineux veulent nous briser et nous anéantir, nous vaincrons par les armes qui ont toujours été celles de notre peuple : la joie, la foi et la droiture. C’est un projet très peu envisagé chez nous, cette idée de se retrouver, de se reconnaître, de recréer ensemble un nouveau dessein commun au peuple blanc.

Le futur plein les yeux
Le futur plein les yeux

Nous devons retrouver d’anciens instincts très profondément enfouis à l’intérieur de nous-mêmes. Il y a une très faible flamme qui brûle toujours au fond du cœur de chaque Femme et chaque Homme Blanc. Il s’agit de la sauvegarder comme notre bien le plus précieux. Il faut l’alimenter, la nourrir, l’aider à grandir jusqu’elle devienne un feu ardent que rien n’arrêtera et qui rallumera d’autres braises autour d’elle. Pour cela, il faut aimer tout entier chaque Homme et Femme, chaque famille, chaque enfant Blanc, comprendre, connaître et apprécier chaque parcelle de son être et de sa personnalité. Il faut nous réunir, nous parler, élaborer des projets et des plans aussi infimes soit-ils. Notre religion, la Créativité, dépasse de loin tout projet bassement politique, économique ou matériel. Il s’agit de la religion qui révolutionnera pour l’éternité l’âme et le cœur de l’Homme Blanc.

Le Monde, l’Univers, l’Histoire, ont un sens, une direction définie. Plutôt que de prendre systématiquement le contre-pied de tout événement, de toute évolution, de tout projet, il faut enfin oser se saisir du gouvernail et diriger notre navire à travers les flots en gardant le cap sur notre destinée et suivre la voie du Sang. Après tout, nous sommes dans notre bon droit.

Entretien avec le Révérend Devalez

1°) Bonjour Révérend Devalez, pouvez-vous commencer par expliquer ce qu’est la Créativité pour vous ?
    Comme le dit la Cinquième Croyance Fondamentale de la Créativité (telle qu’elle apparaît aussi bien dans le Credo du Créateur, le Petit Livre Blanc ou les écrits de notre Fondateur, Ben Klassen) : la Créativité est la seule et unique, véritable et révolutionnaire religion raciale Blanche et le seul salut pour la Race Blanche.
    On ne peut vraiment définir la Créativité si l’on n’a pas lu les ouvrages principaux de Ben Klassen que sont La Religion Éternelle de la Nature et La Bible de l’Homme Blanc, qui définissent en plusieurs centaines de pages ce qu’est la Créativité. Mais, pour simplifier, en plus de renvoyer aux Cinq Croyances Fondamentales de la Créativité et au Petit Livre Blanc, je me contenterais de citer ce que Ben Klassen voulait créer pour l’Homme Blanc, « un esprit sain, dans un corps sain, dans une société saine, dans un environnement sain ». Si l’on est d’accord avec cela et que c’est vers cela que l’on aspire, alors on est un Créateur !
 
2°) Quel est votre parcours militant et comment êtes-vous devenu Créateur ? Quel est votre rang et votre rôle au sein de l’Église du Créateur ?
    Je suis devenu politiquement actif à partir d’octobre 7 AC (1980), tout d’abord au sein des Faisceaux Nationalistes Européens (ex-FANE), puis de différents autres groupes dont le but principal est ou était la survie de la Race Blanche. Je me suis directement occupé de plusieurs projets (aide aux prisonniers et survivalisme, notamment) qui m’ont permis d’entrer en contact avec des individus et des groupes dans le monde entier, dont l’Église du Créateur à l’époque de Ben Klassen, avec qui j’étais en contact en 17 ou 18 AC (1990-91) par l’intermédiaire de Ron MacVan, alors numéro 2 de l’Église. Puis j’ai perdu le contact avec eux suite à mon exil forcé à l’étranger, Ben Klassen est mort en 20 AC (1993), un an après le départ de Ron MacVan et l’Église est entrée en hibernation pendant trois ans. Puis, en 26 AC, alors que je discutais de la misère spirituelle qui était la règle pour la majorité de la jeunesse Blanche avec mon ami Richard Scutari, Brüder Schweigen et Gothi de l’Asatru/Odinisme, il m’avait recommandé deux églises américaines qui proposaient une révolution spirituelle sans revenir aux anciennes croyances de nos pères, dépassées : l’une d’elles était l’Église Mondiale du Créateur, que Matt Hale dirigeait depuis 23 AC (1996), et qui se voulait la continuité de l’Église du Créateur, n’ayant changé de nom que pour éviter de devoir payer des taxes dues par cette dernière du temps de Ben Klassen et après son décès. J’ai dont contacté le Pontifex Maximus Matt Hale et ai adhéré à l’Église après m’être assuré qu’elle était bien ce qu’elle prétendait être, c’est-à-dire le seul salut pour la Race Blanche.
    Je suis Ministre Ordonné (Révérend) de l’Église et membre du dernier Comité des Gardiens de la Foi en activité avant l’incarcération du PM Hale, qui m’avait fait l’honneur de m’y nommer avec onze autres Révérends de l’Église, comme Ben Klassen l’avait demandé avant de passer la main à la tête de l’Église moins d’une décennie plus tôt.
 
3°) Comment fait-on pour passer du KKK à l’Église du Créateur ? Les deux idéologies assez éloignées.
    Mais les buts sont les mêmes : la préservation de la Race Blanche à l’échelle mondiale. Comme le reconnaissent la plupart des Klansmen, « Notre Race est notre Religion » et certains d’entre eux utilisent même notre RAHOWA comme cri de ralliement !
 
4°) Pouvez-vous raconter votre visite des États-Unis et votre rencontre avec Matt Hale ?
    J’avais passé par écrit l’Examen du Ministre Ordonné (Révérend) de l’Église, mais le PM Hale avait demandé à me rencontrer personnellement afin que nous puissions directement discuter de la situation en France et de ce que l’Église pouvait y apporter en limitant les risques d’interception. Je me suis donc rendu à East Peoria, où se trouvait le siège mondial de l’Église et j’ai passé une dizaine de jours là-bas à discuter avec Matt Hale et d’autres Créateurs américains de l’avenir de notre Église dans le monde, ainsi que de l’état de celui-ci. Rien ne remplace un contact personnel, quand il est possible, pour « sonder le cœur et les reins », comme disaient nos ancêtres, de son ou ses interlocuteurs !
    Pendant ce séjour, le PM Hale a revu avec moi mes réponses à l’Examen et m’a ordonné Ministre Ordonné de l’Église du Créateur. Et il m’a ramené ensuite à Chicago, d’où je prenais l’avion pour la France. Encore une occasion de discuter sans oreilles indiscrètes, car le Mid-West, c’est vraiment monotone !
 
5°) Comment avez-vous introduit l’Église du Créateur en France ? Quels étaient vos objectifs prioritaires à l’époque ?
   Les Créateurs américains disposaient déjà d’un site Internet en français, hébergé à l’époque sur le serveur de Front14, je n’ai eu donc qu’à publier deux lettres d’information et à sortir un bulletin d’information mensuel sur Internet.
    Les objectifs étaient simples : faire connaître l’Église et notre Credo, dont pratiquement personne n’avait entendu parler à l’époque. Ainsi que traduire autant de notre littérature que possible : il existe des versions sur papier en français du Manuel du Créateur et du Festum Album  et une version électronique du Petit Livre Blanc. La Bible de l’Homme Blanc était aussi en cours de traduction (à l’ancienne, car les versions en ligne traduites par BabelFish ou Google Translator sont lamentables).

6°) Concernant Matt Hale, pouvez-vous détailler l’affaire et les charges à son encontre ?
    C’est assez compliqué, mais il suffit de savoir que juste après l’affaire Ben Smith, le FBI d’abord et ensuite la Homeland Security avaient juré d’avoir la peau de Matt Hale, surtout après qu’il n’ait pas ajouté sa voix au concert des lamentations suite au 911 (il avait déclaré que l’Amérique l’avait bien cherché). Ils ont donc infiltré un « indicateur » à eux (payé 50 000 $ par an) et pendant plus de cinq ans, Tony Evola (c’était son pseudo) n’a eu qu’une mission : être admis dans le cercle rapproché des amis de Matt Hale (ce qu’il a réussi, puisqu’il a fini chef de sa sécurité) et le faire tomber en le mouillant dans une affaire de niveau fédéral.
    Cette affaire, c’était le dossier TE-TA-MA concernant le nom de notre Église, revendiqué par les deux entités, mais déposé à la fin des années 80 par la première, sans que personne ne le sache vraiment. Une juge fédérale, Joan Lefkow, après avoir statué en faveur de l’Église Mondiale du Créateur, avait ensuite inversé son jugement après que TE-TA-MA, soutenu par les avocats de l’ADL of the B’nai B’rith, ait gagné en appel. Pendant deux ans, portant un micro caché lors de chacune de leurs entrevues, Tony Evola a incité Matt Hale à prendre des « mesures extrêmes » envers Joan Lefkow, ce que le PM avait toujours refusé, car un juge fédéral, ça se remplace et que cela ne changerait rien au problème. Et ce n’est que lors d’une de leurs dernières entrevues, quand Evola a dit qu’il avait déjà mis « des gens » sur l’affaire que Matt Hale lui a répondu de « faire ce qu’il voulait ». Ce qui lui a valu d’être arrêté en janvier 30 AC (2003), d’être condamné à 40 ans de pénitencier fédéral et de se trouver depuis lors dans l’unité ADMAX du pénitencier fédéral de Florence, Colorado, « l’Alcatraz des Rocheuses ». Et 40 ans aux États-Unis, c’est 40 ans.
 
7°) À quel moment avez-vous appris l’arrestation de Matt Hale ? Était-ce prévisible ou une surprise ? Quelles ont été les réactions en France et dans le monde ?
    Presque le jour-même, car j’avais des contacts quotidiens avec les autres membres du GFC (Guardians of the Faith Committee). Matt Hale a été arrêté au tribunal de Chicago alors qu’il se rendait justement à une convocation de Joan Lefkow. Au début, nous avons cru que c’était simplement dû à l’affaire TE-TA-MA, donc pas trop grave. Puis, lors de sa première comparaison devant un juge chargé de statuer sur son sort, Tony Evola a été identifié comme un agent fédéral et là, c’était beaucoup plus grave.
    Vint ensuite le procès, avec un avocat de la défense pourtant renommé mais dépassé par les enjeux, plus deux ou trois témoins choisis par l’accusation pour présenter l’Église comme une sorte de syndicat du crime aux ordres de Matt Hale. Comme le choix des jurés par l’avocat de la défense n’avait en plus pas été très judicieux, Matt Hale a été reconnu coupable par 5 jurés sur 9 et a donc pris le maximum.
    Que le JOG s’en prenne au Pontifex Maximus, c’était prévisible, car c’était à une époque où la Homeland Security essayait de faire tomber tous les chefs de la résistance Blanche (David Duke a été condamné et emprisonné la même année que Matt Hale, et quelques années plus tard Ed Steele, qui y est mort). Mais il est dommage que les Créateurs n’aient pas su réagir à l’arrestation et à la condamnation de Matt Hale autrement qu’en le critiquant et en se tirant dans les pattes les uns les autres. On voudrait y voir la main du FBI ou de la HMS que les choses ne se seraient pas passées autrement…
 
8°) Comment a évolué l’Église du Créateur depuis cette arrestation ? Quel est votre ressenti sur ce qui s’est passé dans l’Église depuis ?
    Voir plus haut. Au lieu de serrer les rangs et de rester unis derrière Matt Hale, pas mal de Créateurs ont soit voulu voler de leurs propres ailes et devenir calife à la place du calife, soit n’ont pas été capables d’assumer la perte de notre dirigeant historique. Beaucoup ont adopté un profil bas, mais encore plus ont été dégoûtés par les magouilles et les trahisons qui ont suivi et sont allés voir ailleurs si l’air y était moins vicié. Je sais cependant qu’ils sont restés des Créateurs, au moins dans leur cœur et leur âme, telle qu’elle est définie par Ben Klassen.

9°) Parlez-nous de l’état d’esprit actuel de Matt Hale et de ses derniers livres ?
    Matt Hale, avec qui je suis toujours en contact, a gardé un esprit combatif qui devrait faire honte à pas mal de gens. Bien qu’il soit en isolement depuis 13 ans dans la prison fédérale la mieux gardée des Etats-Unis, où il se retrouve avec tous les accusés encore vivants du 911, les chefs des gangs de rue et du crime organisé – l’ADMAX regroupant les 400 à 500 détenus considérés comme les plus dangereux des États-Unis (https://fr.wikipedia.org/wiki/ADX_Florence) -, il se bat encore bec et ongles contre le JOG, notamment pour faire reconnaître son statut de prisonnier politique et avoir accès à un régime alimentaire en accord avec Une Vie Saine, le livre co-écrit par Ben Klassen et qui est la base de l’hygiène de vie des Créateurs.
    Il vient également de publier deux ouvrages, Mettons Fin à l’Esclavage des Blancs (Ending White Slavery) et le Manifeste du Loyaliste Racial (Racial Loyalist Manifesto), tous deux disponibles en anglais chez Amazon en format papier ou Kindle. A commander et lire pour le soutenir dans son combat contre l’administration pénitentiaire et le JOG.
 
10°) Quels sont vos projets concernant la Créativité ?
    Faire admettre que Matt Hale est et reste notre Pontifex Maximus tant qu’il se trouve dans les geôles du Système (ce n’est pas au JOG de nous dicter qui doit être notre dirigeant et quand il doit être désigné), remettre en place un GFC regroupant 12 Ministres Ordonnés provenant de pays où l’Église est encore présente (et non plus une structure fantôme sans identité et sans but), désigner un Hasta Primus chargé de l’administration de l’Église et si possible basé dans un pays où existe encore une véritable liberté d’expression et de pensée, donc pas en Europe.
    Mais pour cela, il faut que les Créateurs mettent leur ego et leur hubris de côté et acceptent de remettre tout à plat, ce qui n’est pas gagné.
 
11°)  Voyez-vous des signes d’espoirs pour la Race Blanche en France ou en Europe ?

    Bien sûr, sinon je ne répondrais pas à cette interview et serais planqué dans un bunker au fin fond des Appalaches ! Tant qu’il restera une goutte de sang dans un Blanc persuadé que sa Race est le Chef d’Œuvre de la Nature, il y aura de l’espoir ! Reste à en persuader aussi un maximum de nos Frères et Sœurs de Race…

Foundation Day — 43 A.C.

Ben Klassen -55PC / 20AC
Ben Klassen -55PC / 20AC

C’est aujourd’hui le Foundation Day, le jour où les Créateurs du monde entier célèbrent la naissance de leur religion avec la publication de Nature’s Eternal Religion, le premier livre de Ben Klassen.
Le 21 février 1973 étant considéré comme l’Année Zéro, la Créativité entre donc dans sa 43ème année d’existence. Avec tous les dangers qui menacent actuellement la Race Blanche, nul doute que notre religion à la fois simple et puissante attirera de plus en plus de personnes décidées à ne pas disparaître. La philosophie religieuse de Ben Klassen n’a pas encore été comprise à son juste niveau. À nous de répandre cette religion salvatrice !