Matt Hale

J’exposerai ici une brève biographie de Matt Hale et de son travail au service de la Créativité, la religion de la race blanche.

Matt Hale
Matt Hale, le regard dur

Matt Hale est né dans l’Illinois en 1971, dernier fils d’une fratrie de quatre. Son père était fonctionnaire de police et sa mère femme au foyer. Selon ses propres mots, c’est à l’age de 11 ans qu’il prend conscience de la supériorité de la race blanche sur les autres races et de son apport majeur dans la naissance de la civilisation. À 12 ans, après avoir lu Mein Kampf d’Adolf Hitler, il devient national-socialiste. Dès ce moment, il devient un leader étudiant de la défense raciale contre les sous-races et pour la préservation de la pureté raciale. C’est en 1990 que les médias nationaux parlent pour la première fois de Matt Hale, alors qu’il distribuait un magazine scolaire contenant un encart pour une conférence White Nationalist. C’est à ce moment-là qu’il entend parler de la Créativité et de la Church Of The Creator (COTC) de Ben Klassen pour la première fois, par un de ses amis. En lisant les trois principaux livres de Ben Klassen, Nature’s Eternal Religion, White Man’s Bible et Salubrious Living, qu’il comprend le potentiel incroyable que cette nouvelle religion raciale peut apporter. Pour lui, c’est une religion qui englobe et dépasse les idées de Nietzsche et du national-socialisme.

Les premiers ennuis de Matt Hale avec la justice datent des années 1991-1992, lorsqu’il est accusé d’avoir pointé un pistolet sur un vigile de supermarché et d’obstruction à la justice, ce qui se solde par une peine de 6 mois d emprisonnement.

Parallèlement, trente-trois numéros de la revue The Struggle (Le Combat) sont publiés entre 1992 et 1995 par le National Socialist White American’s Party, l’organisation dont Matt Hale est le chef. Après un résultat de 14% aux élections du Conseil local de l’East Illinois, il prit conscience d’un problème plus grave que le problème politique : le problème spirituel et l’influence néfaste du christianisme sur l’Homme Blanc. Il prit alors contact avec la COTC et finalement, quatre ans après la mort de Ben Klassen en 1992, en 1996, Matt Hale fut élu Pontifex Maximus de l’église de la Creativite, c’est-à-dire chef suprême de l’Église.

Matt Hale
Matt Hale, Salut au Fürher

L’organisation souffrait alors d’un manque de leadership et de motivation depuis la disparition de son chef historique et du proces intenté à Rick McCarthy, le second Pontifex Maximus. Matt Hale releva rapidement l’Église grâce à son énergie, sa volonté et son charisme. Il hérita de la philosophie claire et saine exposée par Ben Klassen et attira rapidement l’attention des médias, grâce a sa bonne élocution, son intelligence et son dévouement à la cause. Des lors l’Église attira un nombre considérable de nationalistes blancs à travers toute l’Amérique et le nombre de membres d’adhérents crut rapidement a tel point que l’Église fut renomée World Church of The Creator (WCOTC) et devint le deuxième groupe nationaliste le plus influent après le National Socialist Movement (NSM).

Le 30 juin 1998, alors qu’il a brillamment passé ses examens de Droit, la licence lui permettant d’exercer le métier d’avocat lui est refusé pour des motifs religieux et politiques. Deux jours après le refus de l’académie d’enregistrer Matt Hale comme titulaire d’une licence de droit, Benjamin Smith, un ex-membre de l’Église, refuse la politique de non-violence adoptée par Hale et envoie une lettre de démission à Hale avant de tuer deux personnes et de se suicider.

Le 2 Juillet, à bord de sa voiture, Smith tire au hasard sur des minorités ethniques et religieuses. Il blesse six juifs orthodoxes devant une synagogue avant d’abattre un ancien coach de basketball noir. Le lendemain, il blesse un missionnaire noir et le 4 juillet, Smith abat un élève de doctorat coréen. Repéré par la police, il fuit sur l’autoroute avant de se suicider d’une balle dans le cœur.

Il est immédiatement considéré par la WCOTC comme un martyr de la cause blanche et un guerrier de la Sainte Guerre Raciale (Racial Holy War, ou RaHoWa). Mais la police essaie d’incriminer Matt Hale, prétextant qu’il était au courant du massacre qui allait se perpétrer et de l’avoir encouragé pour se venger de n’avoir pas reçu sa licence de Droit.

Matt Hale au bureau
Matt Hale au bureau

Finalement blanchie de ces accusations, la WCOTC sortit renforcée et médiatisée à travers tout le pays. Le nombre de membres cru exponentiellement. Parallèlement, Matt Hale développa la propagande de l’Église sur internet afin de toucher encore plus de monde. Matt Hale et d’autres créateurs passent régulièrement dans des émissions télévisées à l’audience importante. Des groupes de sympathisants commencent à se monter en dehors des États-Unis, en Europe, en Australie ou en Afrique du Sud. Matt Hale tracte aussi régulièrement devant les campus universitaires a la recherche de la jeunesse blanche frustrée du système politique américain. Le discours de Matt Hale était rodé et convaincant pour toucher la majorité des blancs américains, à tel point que le système s’est senti en danger et a décidé de contre-attaquer.

Matt Hale White Man's Bible
Matt Hale White Man’s Bible

En 2000, une association antiraciste intente un procès contre l’Église pour utilisation frauduleuse du terme Church of the Creator, qui leur appartiendrait selon eux. En 2002, la juge Lefkow, chargée de l’affaire, donne raison à cette association et l’Église ne peut désormais plus se faire appeler World Chrurch of the Creator. Hale la renomme donc Creativity Movement. Selon la justice, Matt Hale aurait alors entrepris de faire tuer la juge Lefkow par un des membres de l’Église afin de se venger du résultat du jugement, alors qu’il a toujours prôné un combat politique et non-violent. Matt Hale est arrêté en 2003 pour tentative de meurtre alors qu’il se rendait au tribunal pour contester la décision du juge à propos du nom de l’Église.

En 2004, il est condamné a 40 ans de prison lors d’un jugement expéditif. Il est théoriquement libérable en 2037. Depuis lors, Matt Hale se bat contre la justice américaine pour obtenir l’annulation de sa condamnation et sa libération immédiate. Il se revendique toujours Créateur et publie régulièrement des articles en faveur de la défense raciale. L’ensemble des documents de justice et d’appels sont disponible sur le site Free Matt Hale ! En 2015, Matt Hale publie Ending White Slavery (disponible ici) écrit comme un manuel de libération mentale pour l’Homme Blanc. En 2016 est publié The Racial Loyalist Manifesto (disponible ici).

Après l’emprisonnement de son chef, l’Église a rapidement perdu de sa puissance et s’est divisée en plusieurs groupes antagonistes, certains reprochant a Hale sa non-violence, d’autres le fait d’avoir recruté dans les milieux skinheads et d’avoir transformé l’Église en « gang de rue ». En 2007 se forme la Creativity Alliance, un réseau de Créateurs indépendants, dirigé par l’Australien Cailen Cambeul et qui est aujourd’hui le mouvement Créateur le plus actif.

Au début du mois de juin 2016, Matt Hale, qui était emprisonné dans la prison de sécurité maximale ADX Florence et maintenu à l’isolement complet 23 heures par jour, est transféré au pénitencier de Terre Haute, un pénitencier de sécurité moyenne. Il n’est plus maintenu à l’isolement et a dès lors des contacts avec d’autres prisonniers raciaux blancs.