Il n’y a plus d’ailleurs. L’Antarctique fait de la résistance !

Je suis définitivement tombé dans l’extase. L’import massif d’extra-européens dans nos bonnes terres de France tue toute notion d’étranger et de terres inconnues, d’ailleurs. Toutes les couleurs, toutes les idées, toutes les coutumes se retrouvent dans la même boîte, on ferme, on secoue, et on en ressort la même soupe grise, qu’on pourra aisément assaisonner de culture de masse, saler de tolérance et poivrer de droits de l’homme. Mais d’autres sites vous parleront mieux du sujet que Moi.

Nous ne vivons plus en démocratie. On peut tenter de se forger son petit monde intérieur, sa micronation virtuelle, tel le Sieur Shumule, enfermé dans sa tour d’ivoire et reçevant à domicile une certaine jeunesse bretonne aristocratique aux influences National-Breizhourion, avide de conquêtes aux accents nietzschéens, à savoir l’accomplissement humain et égoïste dans la folie. Initiative de suicide collectif par ailleurs fort respectable dans ces derniers jours de désespoir dont l’âme même ne rencontre pas de fond. Mais impossible pour moi de suivre cette voie-là, puisqu’il semble rationnel qu’un objet coulant dans un sens resurgira sans doutes permis de l’autre coté la tête on ne peut plus droite.

Un refrain solitaire m’entraîne plutôt dans ce fou besoin de la terre sous mes mains, malléable et glissante entre les doigts, humide, sèche, froide ou disciplinée. L’Antarctique, la terre Marie-Byrd, n’ayant pas d’histoire, c’est un endroit parfait, un jardin fertile dans un désert glacé pour la droite-ultra Antarctique dernière Nation ! Antarctique dernière volonté d’un peuple asphyxié ! Mon ultime réveil approche, et je veux passer devant le juge de l’Éternité avec bonne conscience, et pour cause : j’ai vaincu la Mort ! Merde, je vis cloitré entre quatre murs, merde, j’ai pas à m’excuser, merde j’ai allumé un feu, alors quoi ! ENCORE ? Mais je ne parle plus depuis des années, quoi dire alors?                                                                                          L’homme masqué

Nouveautés nouvelles

Mes chers compatriotes,

L’anniversaire de l’AN I de l’ère Snowbaienne a été dignement fêté ! (voir message suivant)

Notre calendrier indique en effet le passage dans l’ère du CHAMO. Mais qu’est-ce qu’un CHAMO ?

Selon nos prêtres du Panthéon, qui, jours et nuits retranscrivent les écrits anciens, le CHÂMO est une créature mythologique se rapprochant d’un dromadaire mais de couleur blanche et particulièrement adapté aux contrées arides de notre cher Snowbay.

Mis a part sa grande sagesse et son érudition proche de l’infini, le CHÂMO est est à l’origine de la survie du continent Antarctique.

En effet, on raconte qu’il y a 5239 années solaires, un « Géant des Glaces », monstrueuse verrue terrestre s’abattit sur terre afin de se réchauffer au cœur de notre planète, près du noyau en fusion constante. Le Géant commença donc à s’enfoncer sous son poids dans la croute terrestre, ce qui a commencé à produire un dangereux refroidissement du noyau et donc de la surface, menaçant toute forme de vie sur la TERRE. Ainsi, la moitié du troupeau mondial de CHÂMO décida de se sacrifier en se glissant sous le monstre pour stopper son avancée mortelle en prenant appuis de leurs pieds sur le noyau et en retenant le monstre avec leur dos. L’autre moitié des CHÂMO a marché durant des millénaires sur la partie extérieure (le dos) du monstre afin de polir sa surface et de rendre ce terrain habitable pour eux, et plus, tard pour leurs amis Snowbaiens.

Bien sur les enfants, les braves et courageux CHÂMO du dessous sont morts de froid mais l’ignoble bête, elle, vit toujours et est depuis ce temps torturée par les chatouilles que lui provoquent le contact du poil ras des CHÂMO sur son ventre.

Cette histoire, contée en 12 TOMES par le troubadour ELL-SITYN-METT est la première entièrement traduite par les prêtres du Royaume, ce qui après l’anniversaire du Snowbay est une exellente nouvelle pour nous. Elle démontre le droit absolu du peuple snowbaien à s’installer sur les terres prévues pour eux par les CHÂMO, envers et contre tous règlements et autres Traités de l’Antarctique.
Voici deux CHÂMO forts heureux de la visite de leurs frères Snowbaiens dans leur réserve ( voyez ces sourires et gestes de pattes accueillants ) :

Notez que CHÂMO ne s’accorde jamais au pluriel

MERCI LES CHÂMO !

 

 

 

Précision sur Arno Brecker

On me demande quelques fois pourquoi il se trouve une référence à Arno Breker dans la page  » La Civilisation Nouvelle »
Le télégramme est arrivé!

Que l’on soie tout de suite très clair : Arno Breker est considérer comme un demi-dieu du Panthéon Snowbaien, et nulle injure à son encontre ne pourra s’installer dans les cœurs Snowbaiens.

Arno Brecker incarne dans ses sculptures un idéal humain, un homme nouveau, sûr et fier.
Qui a lu le Matin des Magiciens comprend l’immense espoir de changement, de recherche de l’extraordinaire et de sacré dans l’homme et au-delà de ce génie à part. C’est donc ce qui l’a poussé à se rapprocher d’Adolf Hitler, certainement pas pour ces misérables crimes et guerres, mais bien plus pour le formidable gouffre d’ouverture sur l’inconnu entrainé par la fuite en avant de la machine l’idéologique nazie.

Voila pourquoi Arno Brecker, par sa recherhe d’espaces vierges à son entière place au sein du Panthéon Snowbaien.
Nos meilleurs théologues travaillent d’ailleurs d’arrache-pied afin de découvrirent les dernières divinités inconnues cachées sur les Terres Antarctiques. Un petit livre de prière sera édité lorsqu’enfin nous aurons pu mettre un nom sur tous ces démons.