Yule et Festum Album

Bougies de Yule
Les sept bougies du Festum Album

En 2002, Matt Hale qui était alors Pontifex Maximus de l’Église du Créateur instaura le Festum Album comme une célébration annuelle de la Race Blanche.

L’idée de départ est très simple : toutes les communautés raciales aux États-Unis bénéficiaient d’une période de fêtes célébrant leur unité et leur fierté d’appartenance. Toutes les communautés sauf la communauté Blanche. C’est ainsi que Matt Hale décida de créer le Festum Album, le festival Blanc qui corrigeait ce manque et comblait un vide. La date n’a évidemment pas été choisie au hasard et correspond au calendrier des anciennes fêtes païennes, plus tard copiées et corrompues par le christianisme. Le Festum Album est un moyen de montrer sa fierté ethnique blanche et de se retrouver avec sa famille et ses amis autour dune célébration commune.

Dans la vision de Matt Hale, cette fête avait pour objectif de devenir la plus importante célébrée au niveau mondial dans les communautés blanches et devait contrebalancer les fêtes juives (Hanukkah) et nègres (Kwanza) auxquels des élus participent souvent aux États-Unis et qui donnent lieu à des manifestations populaires sur la voie publique. Bien entendu, il existe la période de Noël qui peut être considérée comme une fête pour les Blancs, mais en tant que Créateurs, il n’est pas question pour nous de commémorer la soi-disant naissance de Jésus-Christ et de la religion chrétienne puisque c’est cette religion qui nous a divisé durant des siècles entre sectateurs de différentes branches (catholiques, luthériens, évangéliques, anglicans, mormons, etc…) et ayant été la cause de plusieurs guerres et massacres. Le christianisme est devenu une véritable usine à négrophilie, si bien qu’aujourd’hui Noël est devenu une célébration comme une autre du multi-culturalisme si cher à nos élites. Les Créateurs ont besoin de leur propre période de fête, qui marque la fierté raciale et l’appartenance à la l’Église du Créateur.

Yule est le nom de la fête païenne qui était célébrée partout en Europe sous diverses formes avant l’implantation du christianisme et, comme chacun sait, de l’imposition de la Nativité de Jésus-Christ pour remplacer les anciennes croyances. Il est laissé au choix du Créateur de célébrer ou non Yule.

Le Festum Album quant à lui est organisé sur 7 jours du 26 décembre au 1er Janvier et chaque jour à sa propre signification et symbolisme.

Les jours de célébration sont répartis comme suit :

  • Premier Jour (I), l’Histoire où l’on se souvient de notre Histoire glorieuse depuis l’Égypte Antique en passant par l’Empire Romain, la Renaissance et notre expansion territoriale au XIXème siècle.
  • Deuxième Jour (II), le Destin où l’on considère le futur glorieux qui attend notre Race, qui représente l’élite de la création naturelle.
  • Troisième Jour (III), l’Unité où l’on transcende les divisions linguistiques et culturelles pour ne former plus qu’un seul peuple de Race Blanche.
  • Quatrième Jour (IV), l’Ingéniosité où l’on rend hommage à notre Créativité et à nos grands hommes, bâtisseurs, explorateurs, scientifiques, philosophes, penseurs, artistes.
  • Cinquième Jour (V), la Commémoration où l’on rend hommage aux grands noms qui ont défendu par les armes l’avancement et le territoire de notre peuple.
  • Sixième Jour (VI), la Loi où l’on reconnaît la justesse des Lois Éternelles de la Nature qui donna sa raison d’être à notre religion, la Créativité.
  • Septième Jour (VII), la Pureté où l’on affirme notre volonté de garder pur notre sang, la source de notre force créatrice et où l’on remercie nos ancêtres d’avoir su préserver pure notre lignée et notre divinité.
Ordre d'allumage des bougies
Ordre d’allumage des bougies

On utilise un candélabre et sept bougies pour symboliser chacune des sept nuitées du Festum Album. Trois couleurs sont utilisées pour les bougies : rouge, blanche et noire.

La couleur rouge est réservée au dernier Jour, le VII représentant la Pureté, comme symbole du sang sacré. La bougie est deux fois plus grande que les autres et placée au centre pour signifier l’accomplissement ultime du Festum Album.

La couleur blanche correspond aux Jours III, IV, V et VI, soit l’ensemble des jours consacrés à la créativité et aux valeurs de notre peuple

Enfin, la couleur noire correspond aux Jours I et II, soit les jours consacrés à la grandeur de notre combat pour la  préservation de notre culture et de nos valeurs.

Au Jour I, à la nuit tombée, seule la première bougie à gauche est allumée pour environ une heure. Au deuxième jour, on rallume tout d’abord la première bougie, puis la bougie du Jour II et ainsi de suite jusqu’au Jour VII où toutes les bougies sont allumées dans l’ordre jusqu’à extinction.

Pendant l’heure où la bougie se consume, on médite seul ou en famille sur le thème du Jour. Voici quelques pistes de réflexion possibles :

  • Histoire : l’Égypte Antique, l’expansion aryenne d’Europe jusque dans le sous-continent Indien, la civilisation Celte, les conquêtes napoléoniennes, la Révolution Industrielle, le Troisième Reich, …
  • Destin : l’avancement des idées pro-blanches, le territoire ethnique, l’eugénisme, la conscience raciale, la guerre psychologique à mener, …
  • Unité : la division de la Race Blanche amenée par les courants nationalistes, les combattants de différentes nationalités de la Waffen S.S. combattant sous une même bannière, la joie de se retrouver entre Blancs, …
  • Ingéniosité : la vie et l’œuvre de nos grands hommes de sciences, de lettres, d’arts, …
  • Commémoration : Charles Martel, Le Cid, les désastres de la guerre de sécession ou des deux guerres mondiales, les millions de morts causés par les goulags de l’URSS, Dresde, …
  • Loi : les cinq croyances fondamentales et les seize commandements de la Créativité, les lois de la Nature, la liberté d’expression, le droit à la propriété privée, …
  • Pureté : le mouvement eugéniste au XXème siècle, la position de la Race Blanche au sommet de la hiérarchie naturelle, les recherches du professeur Cattell, …

festum-album-creativity

Yule et le Festum Album ont donc vocation à remplacer la période des fêtes du christianisme et d’affirmer notre satisfaction d’être Blancs et de vouloir le rester. Cependant, nous ne sommes pas dogmatiques, et ce billet blog ne sert que de trame directrice à cette période de festivité. Arrangez à votre goût l’organisation du Festum Album et de Yule selon vos convenances (soyez créatifs !)  ce qui compte avant tout, c’est la volonté de participer et votre volonté de faire le bien de notre peuple à travers l’Univers.

Alors joyeuse Yule et bon Festum Album, chers amis Blancs !

RAHOWA !

 

 

 

 

 

Publicités

Un chrétien découvre : « C’est racial ! »

 Ce témoignage a été initialement publié sur le site suavelos.eu, puis supprimé, probablement sous la pression de lecteurs chrétiens et finalement republié sur le blog rahowa73.blogspot.fr. Il est navrant de voir que suavelos ait choisi de dépublier (surtout pas de vagues, unité militante, etc) plutôt que de confronter les chrétiens à la triste réalité qui est la leur. Remercions cet auteur, Aurel, pour sa franchise et son honnêteté qui exprime avec des mots simples sa vision de la prison mentale sémitique qu’est le christianisme. Aurel, tu es le bienvenu au sein de l’Église du Créateur !
 Les chrétiens se prosternent devant un youtre !
Les chrétiens se prosternent devant un youtre !

Quand j’étais chrétien, l’histoire de France me semblait grandie par le catholicisme.
Imprégné de lectures spirituelles, de vidéos dissidentes ou tout simplement conditionné par le catéchisme de mon enfance, il me semblait que le Christ était le point de convergence des diseurs de vérités et des penseurs sérieux :
Le Chemin, la Vérité et la Vie.

Il me semblait qu’il mettait d’accord les justes de ce monde, les personnes à la fois cultivées et humbles, une alchimie délicate, la quintessence du génie français.

J’étais d’autant plus conforté dans ma foi en constatant la violence qui s’exerce contre les chrétiens.
Les tenants du cirque politico-médiatique sont explicitement en guerre contre le Christ et contre la tradition en général (la vraie cible). Si nos ennemis sont des satanistes d’une laideur morale incroyable, c’est qu’il y’a un truc, ça ne peut pas être complètement le fruit du hasard, pensais-je !

Et en jugeant l’arbre à son fruit je m’émouvais de notre noble passé, de nos victoires, de la France éternelle, fille aînée de l’Eglise, des martyres, de Jeanne d’Arc… Tout le roman national dont nous avons été privés à l’école et que nous exhumons sur internet. La France catholique, même pour un esprit agnostique ouvert, c’est le son d’un clocher d’église dans une campagne. C’est rassurant et c’est beau. (Peut être pour le rappel que nous ne sommes pas encore en terre d’Islam.)

Les fruits de la France chrétienne sont d’une excellence sans comparaison avec la France de 2016.
Mais quand un truc semble excellent parce-qu’on le compare à du fumier, il y’a peut-être comme un problème.
Les débats inter-religieux avec des musulmans en sont l’exemple flagrant, même la secte du temple solaire leur mettrait une cartouche ! L’Islam est indéfendable et clos sur lui même, par nature.

J’ai été chrétien toute ma jeunesse et ma jeune vie d’adulte, je suis passé par toute sorte de périodes.
Ma croyance en Christ était une démarche intellectuelle, très ER-ienne, mais sincère.
L’édifice de ma foi me semblait solide, basé sur de l’intuition, des arguments théologiques et historiques.
J’étais de ces déçus du catholicisme qui se réapproprient leur religion.
Morgan Priest, Soral, l’abbé Pagès… Tout m’intéressait.
Puis, patatra ! Le château de carte s’est écroulé du jour au lendemain.
Il a suffit qu’un petit malin sur Youtube résume toute la chiasse actuelle en une formule choc :
» C’est racial ! «

Une vidéo de Daniel Conversano a fait sauter un verrou en moi,
un truc qui coinçait depuis toujours.
Des paroles que j’aurais dû entendre 10 ans plus tôt.
Je n’aurais pas eu la même vie.

Oui, les gauchistes nous ont volé nos vies et notre crise est raciale.
» C’est racial « , faites en un t-shirt bordel, c’est 1000 fois plus pertinent que Soral a raison !
En voyant les choses sous cet angle, j’ai compris que ce qu’on nous a volé,
nous avons le droit de le reprendre, par tous les moyens possibles et imaginables…
J’ai compris que l’Amour, c’est nous, les européens.
Le miracle a eu lieu parce que c’était nous.

A la lumière de la question raciale, l’édifice idéologique chrétien s’écroule à mes yeux.
Il s’avère même être un corps étranger nocif sur le long terme,
comme la petite écharde incrustée sous la peau, et qu’on a oublié de retirer.

Les Blancs doivent se doter d'une religion conforme à leurs intérêts raciaux.
Les Blancs doivent se doter d’une religion conforme à leurs intérêts raciaux.

L’idéologie chrétienne, surtout dans la sphère dissidente, nous désarme psychologiquement, sous-entend que nous ne sommes pas les maîtres de nos destins, que nous n’avons pas le droit de recourir à la violence. Que nous sommes coupable par nature (pêché originel) et que nous ne devons plus exister par nous même, mais en Christ… Tous égaux en Christ ! Cette idéologie nous impose de co-exister avec nos pires ennemis, de les aimer et d’en faire nos égaux, de mettre en avant nos défauts et jamais les leurs, tout le logiciel universaliste est contenu ici !

Une société universelle où les plus forts entretiennent les plus misérables, sans distinctions ethniques, tiens ça me rappelle quelque chose: Le pays où je vis !
Il suffit de prendre un peu de hauteur.

Tout est accompli ! Tendez l’autre joue, priez pour ceux qui vous persécutent, donnez sans mesure !
En fait Hollande nous fait vivre l’accomplissement du projet chrétien sur terre,
c’est pour ça qu’il s’exprime comme un curé de campagne.
Un gauchiste est un chrétien mental qui a remplacé le Christ par l’utopie libertaire du métissage.
Rétablissez le christianisme originel et vous ne changerez pas le problème de fond :
Vous obtiendrez une France moins libertaire, métissée et chrétienne.
L’universalisme des lumières et de la République ne sont que les rejetons du christianisme, obsédés par lui d’ailleurs.
C’est notre matrice, la source de notre fatalisme et de nos schizophrénies.
Le verrou à faire sauter collectivement si nous ne voulons pas rester un peuple éteint et résigné.

Le gauchisme vient historiquement des chrétiens, la France n’a pas attendu la révolution pour commencer à se négrifier, nos rois chrétiens assimilaient déjà des territoires d’outre-mer avant 1789, tandis que l’Eglise, opposée à l’esclavage , envoyait ses missionnaires aux 4 coins du globe et déclarait les hommes égaux devant Dieu !
Le processus est amorcé depuis longtemps.

Si notre objectif est la réconciliation par la conversion des musulmans, alors nous nous les coltinerons Ad vitam aeternam, pourquoi repartiraient-ils après une telle concession ? Nos filles seront voilées, que nous convertissions assez de musulmans ou pas. Le voile sert à protéger la femme des prédateurs sexuels (souvent maghrébins, il est vrai). Cause immédiate: Les françaises ont une féminité moins ostentatoire… Elles accèdent à de meilleurs salaires, renversent le jeu et considèrent de plus en plus que c’est aux minets de souffrir en salle de sport pour être beaux…
Un mécanisme de défense insidieux contre les harceleurs !

Les françaises savaient mettre en valeur leur féminité, ce qu’elles peuvent de moins en moins se permettre.
Elles qui étaient mondialement reconnues pour être à la pointe de la mode, elles apprennent à être fiers de leurs rondeurs aujourd’hui. Comme quoi, Islamisés ou arabisés, c’est pareil, on se gâche la vie.

L’idéologie chrétienne véhicule aussi l’idée que tout est vanité, que le combat est perdu d’avance,
que le Prince de ce monde, Satan, a déjà gagné dans cette vie et qu’aucun serviteur n’est plus grand que son maître… que l’on est jamais plus malin que le Malin. Et que si on se branle, on va en enfer…
Bref, cette vaste entreprise de démoralisation a été un outil de castration pour contrôler des peuples aux coeurs sensibles à la gentillesse, à l’abstraction, à l’humilité et l’auto-critique, c’est à dire, nous, les blancs.

Les japonais, en leur temps, ont crucifié les missionnaires chrétiens.
Et sans vouloir déraper, ils étaient sans doute poussés par un instinct de préservation tout à fait compréhensible.
(Le prochain Scorcese, « Silence », en parlera, j’en profite pour mettre une option sur un » Ciné Melon » !) Cessons une minute de défendre l’Europe au nom de l’idéologie qui l’a trahie.

Mon niveau d’endoctrinement a été tel que je pensais que le pape était un mauvais pape.
Qu’il était égaré, qu’il ne faisait pas le boulot…

Grossière erreur. A la manière de ceux qui disent » C’est pas ça l’Islam » après chaque attentat, j’étais semblable aux gauchistes qui veulent défendre une religion qu’ils croient connaître. Quand le souverain pontife baisait les pieds des migrants, je me disais en mon fort intérieur: »C’est pas ça le christianisme ! » Il a pas compris en fait.
Alors que c’est le Pape le mec, la plus haute autorité chrétienne sur la terre !

Les papes ont mis 200 ans à autoriser les croisades, qui étaient des guerres défensives,
imaginez un peu la force d’inertie
(dans un monde où la moyenne d’âge pour mourir est d’environ 40 ans) !

Quand j’étais chrétien, je reprochais à juste titre à l’Islam son pillage matériel et culturel des peuples soumis par l’épée.
Il est facile de se construire une légende quand on a réduit en esclavage les meilleurs artistes et ingénieurs de Constantinople. Le vainqueur a toujours raison et peut s’autoproclamer terreau spirituel, grande civilisation islamique…
Mais je regardais le christianisme avec les yeux de l’amour, je ne voulais pas voir la spoliation du génie européen par le christianisme… Que de mauvaise foi. On ne doit pas la basilique Saint Pierre à Saint Pierre… On la doit aux romains.

La mascarade est la même : avant le christianisme, l’Europe était déjà belle, noble et vouée à prospérer.
Après le christianisme, le moyen-orient et l’Afrique sont restés les cloaques qu’ils ont toujours été.

Jugez l’arabe à son fruit. Les ethnies engendrent des religions qui leurs sont spécifiques.

Quand vous entendez dire qu’un juif né d’une vierge a fait des miracles et qu’il est le fils de Dieu ressuscité…
Exigez des preuves avant de baigner vos enfants dans ce bain, c’est le minimum.
Et souvenez-vous de ce que l’on dit sur les plus grands escrocs du monde, je ne vous la ferai pas !
C’est l’Europe qui a fait le christianisme, pas le christianisme qui a fait l’Europe !
Amen

Aurel.

Daniel Conversano, Vive l’Europe et la Créativité

Dans son émission Vive l’Europe du mois de septembre, Daniel Conversano invitait Zeiger qui participe à l’excellent webzine Blancheurope.com, webzine d’ailleurs plus proche des thèses du Nationalisme Blanc que du nationalisme français grincheux, un peu lost in transition entre le guignolesque Ploncard d’Assac et l’archétypale caricature Yvan Benedetti; excellent site donc, que tout Créateur peut parcourir sans risquer de se morfondre d’ennui.

Nous savons que Daniel Conversano est assez réceptif à l’idée selon laquelle l’Homme Blanc a besoin d’une religion raciale qui lui soit propre. Il s’est souvent exprimé sur le Christ Aryen, la mystique chrétienne Blanche et le besoin de la religion chrétienne pour réveiller spirituellement notre peuple — éléments qui nous laissent les Créateurs relativement insensibles, étant donné que nous considérons le christianisme comme un Cheval de Troie juif destiné à détruire le peuple Blanc, objectif qu’il a quasiment atteint (Vatican II n’étant que la partie émergée de l’iceberg, n’en déplaise à certains).
Quoi qu’il en soit, que Daniel Conversano trouve un intérêt à la Créativité est un excellent signe puisque nous voyons cette religion comme la seule capable de nous sortir du caniveau moral, spirituel et matériel dans lequel nous nous trouvons.

Le passage qui nous intéresse débute à 1:34:55 :

Il est dommage de voir que Zeiger, malgré sa lecture de la Bible de l’Homme Blanc se trompe sur la nature de Créativité. Reprenons les deux points négatifs évoqués par Zeiger :

  • la Créativité n’est pas religion car elle est athée
  • les conseils diététiques donnés par Ben Klassen dans ses livres sont douteux

Si Zeiger considère qu’une religion digne de ce nom se doit de croire en une divinité, lui rendre un culte et suivre ses recommandations alors la Créativité n’est effectivement pas une religion. Nous n’avons pas de culte, pas de rituel, pas de dogme ni de livre saint. Notre religion est très terre-à-terre et opérative : si nous suivons les lois de la Nature nous survivrons en tant que peuple; si nous ne les suivons pas nous disparaîtrons. La fidélité aux lois de la Nature passe par une reconnexion spirituelle à l’âme véritable de notre peuple, à sa splendeur et à l’état de Joie innée qui l’habite. Nous considérons que nous sommes nos propres Dieux et que nous n’avons pas besoin d’intermédiaires pour développer notre vie spirituelle.
No nonsense pourrait être l’un des slogans de la Créativité, c’est à dire ne rien faire qui dès le premier abord semble dénué de fondement logique. Il s’agit de refuser les inepties et les absurdités manifestes comme tous les cultes en ont (interdits alimentaires et vestimentaires, prières, génuflexions, encadrement moral, etc…) et au contraire de baser sa religion sur le réel, le physique, le tangible définis par la rationalité, la logique et la science. Ainsi, nous Créateurs, nous ne prions pas Dieu de nous donner l’amour et la joie pour notre prochain, nous l’appliquons directement à nos frères de Race Blanche, car il est logique et rationnel de préserver l’existence de notre peuple et l’avenir des enfants blancs.

Ensuite, concernant les conseils diététiques de Ben Klassen, il est bien expliqué qu’il s’agit de recommandations et d’un idéal à long terme et qu’il n’est pas question d’imposer tel ou tel régime aux Créateurs. En avance de 30 ans sur l’actuelle mode du véganisme, Ben Klassen considérait qu’une alimentation d’origine végétale permettrait d’éliminer les toxiques de nos corps pour retrouver un corps sain, la bonne santé de celui-ci entraînant un esprit sain dans un environnement sain puis une société saine. Chaque Créateur est évidemment libre de suivre son propre régime alimentaire.

Début Novembre, c’était au tour de Claude Salverola de passer dans l’émission Vive l’Europe. Raciste, suprémaciste, en bonne forme physique, globe-trotteur viril, contre le nationalisme, contre le christianisme, contre la décadence, contre le business de l’extrême-droite, il a tout pour plaire et incarne à merveille le slogan « This Planet Is All Ours » de Ben Klassen popularisé par le titre éponyme du livre de 1987. Voici la vidéo :

Plusieurs excellents passages sont à relever sur la joie et la bonté naturelle de l’Homme Blanc, le Foyer Blanc, le christianisme, le mépris teinté d’indifférence à l’égard des sous-races, etc …

Plusieurs bémols cependant :

  • quitter la France n’est pas forcément la solution miracle, notre religion nous demande de nettoyer l’esprit de l’Homme Blanc et de toujours croire à sa capacité à se relever, quel que soit son niveau de conscience raciale.
  • une certaine incitation aux relations sexuelles avec diverses sous-races répugnantes.
  • Les pouvoirs médiumniques des Aryens, les forces des ténèbres, la Terre plate…
  • L’alcool n’a pas aidé à garder l’esprit clair…

Les pouvoirs médiumniques, la Terre plate, les puissances du bien et du mal, tout cela reste de l’ordre du possible mais s’avancer ainsi sans preuves tangibles, sans relations de cause à effet, en somme sans démonstration scientifique est un pas que les Créateurs ne franchissent pas.

Vive l’Europe devient donc une chaîne de réinformation raciale intéressante, drôle et très suivie. Merci à Daniel pour son travail continu. Souhaitons simplement qu’il finisse par rejoindre l’Église du Créateur !

Pour la Race Blanche, RAHOWA !

 

Fin de l’humanitaire

Le porc Kouchner en pleine opération de propagande humanitaire.
Le porc Kouchner en pleine opération de propagande humanitaire.

Ouragans, inondations, séismes, crues, tsunamis, famines, sécheresses, émeutes de la faim, épidémies, guerres, migrants noyés,… Autant de catastrophes naturelles et d’événements traités sans fin dans les médias occidentaux et sur les chaînes d’informations depuis des dizaines d’années. La méthode est toujours la même : on expose quelques négrillons faméliques devant les caméras et les appareils photos pour faire pleurer l’Occidental au grand cœur, Blanc et riche, en n’oubliant pas les incessants appel aux dons « pour lutter contre la misère», «pour améliorer les conditions de vie», pour sauver des «vies après cette catastrophe».

Des années 70 aux années 2000 l’humanitaire a longtemps été considéré comme un homme noble, altruiste et désintéressé. Celui dont on pouvait être fier. Un héros des temps moderne si humain et charismatique qu’il force le respect et l’admiration. C’est ainsi qu’ils ont étés vendus dans les médias sous domination juive.

Pourtant les dernières situations de catastrophes naturelles n’ont pas attiré réellement l’attention médiatique au-delà de quelques jours. Le tremblent de terre d’Haïti ? Alep sous les bombes ? Les Fidji ravagé par un ouragan ? Coulées de boues toxiques au Brésil ? Autant d’événements qui disparaissent bien vite du radar médiatique. Et pour cause, tout le monde s’en fout.

Le fait est que, les décennies passant, même le niais occidental, donateur à toutes les associations d’aide humanitaire possible, commence à se dire que tout cela est sans fin. Autant il y a un millénaire que dans un millénaire, les nègres, les jaunes et les autres sous-races subiront toujours les aléas de la Nature, pour le simple fait qu’il sont absolument incapables de s’y préparer, impuissants qu’ils sont à créer autre chose que des cases de boues putride sans aide de l’Homme Blanc. Il est loin le temps des vagues de solidarité internationales comme pour le Darfour en 2003 ou le tsunami de 2004 en Indonésie.

Sans compter que le tiers-monde n’est à présent plus uniquement installé en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud, mais il s’exporte de plus en plus massivement dans nos pays Blancs.

La magie de l’immigration-invasion est qu’enfin même les plus gauchistes, les humanistes les plus forcenés, se rendent compte du fossé qui existe entre lui, éduqué et instruit, et la vermine nègre ou bougnoule qui traîne dans sa rue et sous ses fenêtres, peu importe les efforts d’intégration ou d’éducation qu’on veuille bien lui accorder. Déjà, les volontés d’accueil de la misère, d’aide à son prochain et autres foutaises reculent et se dérobent devant le réel et l’idéologie droitdelhommesque et mortifère de l’UNICEF ou de l’ONU. Le dégoût et le rejet de tout ce qui ne lui ressemble pas prennent la place de la charité et de l’entraide même dans les têtes des occidentaux les plus mous du cerveau. Il était temps !

Les traîtres raciaux du secours populaire français
Les traîtres raciaux du Secours Populaire Français

Le migrant de sous-race arrivé en Europe à la suite d’une guerre ou d’une catastrophe naturelle  n’est en soi même pas un problème. Ce sont des animaux, du bétail imbécile qu’il suffira de mener à l’abattoir le moment venu. Ils ne pensent pas par eux-même, et c’est bien pourquoi le ZOG arrive à s’en servir pour tenter de détruire la Race Blanche. Le problème est ce poison mental, humaniste et métisse, qui annihile toute volonté à l’Homme Blanc en le transformer en porc occidental avachi. Le tout sous contrôle du judaïsme à travers le communisme social et la religion chrétienne.

Sous un certain angle, on peut même voir l’invasion migratoire tiers-mondiste comme une obligation à évoluer. Un vaccin en rappel pour l’Homme Blanc, qui depuis la chute de l’Empire Ottoman n’a jamais eu à subir la présence de sous-races sur son territoire. La massive présence allogène sur nos terres fait se rassembler les Blancs entre eux. Nous retrouvons des formes de solidarité, d’entraide et d’amour pour notre race que nous avions perdu depuis bien longtemps, entre révolution industrielle, urbanisation et compétition capitaliste. La solidarité raciale entre Blancs est de plus en plus visible à tous les points de vue.  Nous avançons collectivement vers un futur meilleur et nous faisons avancer notre race sur le chemin de l’évolution grâce à la racaille nègre et bougnoule.
Hitler lui même n’a-t-il pas énoncé que la Race Aryenne originelle avait évolué précisément au contact de sous-humains moins avancés ? De fait, au contact de la racaille nègre et bougnoule, ne peut-on pas dire que la jeunesse blanche se montre plus joyeuse, sympathique et enthousiaste lorsqu’elle se retrouve entre elle dans les rares espaces qui lui sont laissé à son seul bénéfice ? N’est-elle pas triste, maussade et fataliste lorsqu’elle a à subir la proximité de la sous-race ? La jeunesse blanche n’est-elle pas plus soignée, plus innocente, plus magnifique et plus vertueuse au fil de la transformation de quartiers entiers en ghettos immigrés ? Un lien spirituel, quasi cosmique nous relit entre nous, Blancs, et notre religion, la Créativité, existe pour nous permettre de renforcer ce lien, envers et contre tout, pour avancer sur le chemin de l’évolution à la recherche de notre destin universel.

Remercions la Nature de réguler la vermine miséreuse
Remercions la Nature de réguler la vermine miséreuse

Nul doute dès lors que l’intérêt pour les catastrophes naturelles tendent à devenir de plus en plus invisible à nos sociétés, nos émotions se déplaçant vers nos frères de race.
La seule opinion saine d’un Blanc à propos de tel ou tel ouragan ou séisme dont les victimes se comptent par dizaines de milliers est donc à rapprocher d’un clignements d’yeux : «Que voulez-vous, mon bon monsieur, ce sont des nègres…».
Le Blanc non renié hait le nègre lorsque celui-ci vit à ses côtés. Mais en tant que tel, il n’y a pas de haine particulière à éprouver à l’encontre des sous-races lorsque celles-ci vivent dans leur milieu naturel, c’est à dire en train de gratter la terre à la recherche de quelques grains de manioc. Le nègre vit à l’état de nature là où le Blanc vit (ou devrait vivre) en harmonie avec elle. Incompatibilité entre eux et nous est inné, biologique, indiscutable. De tout notre être émane des rayons de soleil tout autour de nous là où ils ne sont que des trous noirs sans fond.

Cheminer vers son destin
Cheminer vers son destin

Sur cette planète, seul le Blanc est en mesure de comprendre la Nature et entrer en harmonie avec elle pour le bien des générations futures et avancer sur le chemin de sa destinée. La rupture complète avec les autres races est inévitable, ce n’est qu’une question de temps. Plus tôt elle se produira, plus tôt nous retrouverons le souffle divin qui nous anime collectivement. La haine du Créateur, si’il doit s’en forger une, est celle qui doit lui permettre de se libérer du judaïsme et de son excrément chrétien; la Nature est avec lui à chaque instant et, mathématiquement, il triomphera de tous les obstacles. A l’aube de l’ère numérique qui s’annonce, nous devons relever le défi de l’évolution, ce n’est pas un choix, c’est une obligation, c’est un impératif.

Quel stratégie pour la Race Blanche ?

Une fusée à trois étages :

– Le premier étage était la démonstration du rôle des Juifs dans la tentative de destruction de la Race Blanche. Les antisémites ont fait sur ce point un travail remarquable. La récente condamnation d’Hervé Ryssen à un an de prison ferme le prouve amplement : http://www.20minutes.fr/societe/1920531-20160907-militant-extreme-droite-condamne-an-ferme-messages-antisemites-reseaux-sociaux

Cette peine d’emprisonnement vaut toutes les légions d’honneur. Ses livres sur la question juive nous ont mis en garde contre un danger, que la génération précédente n’a pas eu le courage d’aborder. Qu’ Hervé Ryssen soit remercié pour toutes ses années de lutte contre la bête cosmopolite.

– Le second étage de notre envol vers un futur radieux pour la Race Blanche est le racisme. La question raciale dominera ce siècle et les siècles prochains (tant qu’il restera des Blancs). La survie de la Race Blanche est le sujet qu’il faut aborder dès maintenant. Certains l’ont compris, mais nous sommes encore trop peu nombreux. Ce qui a été fait pour l’antisémitisme doit être fait pour le racisme. Il n’y a pas de plus noble cause que la défense de la Race Blanche. Tout le reste est accessoire, secondaire.

– Le troisième étage de notre fusée est religieux – une religion pour la Race Blanche. Cette religion raciale existe, elle a été fondée en 1973 par Ben Klassen. Celui-ci avait au moins 50 ans d’avance sur son époque. Les Blancs d’aujourd’hui ne sont toujours pas en mesure d’apprécier ses bonnes paroles pour la Race Blanche (c’est dire le niveau d’enjuivement de notre race) !

Ben Klassen avait trop d’avance sur son temps, il faudra encore attendre quelques décennies avant que ses écrits deviennent une évidence pour tous les Blancs. En attendant, nous sommes quelques privilégiés à avoir reconnu la véracité de son message :

Nous, Créateurs, nous basant sur les Lois Éternelles de la Nature, de l’Histoire, de la Logique et du Bon Sens :
I. NOUS CROYONS que notre Race est notre Religion.
II. NOUS CROYONS que la Race Blanche est la Chef-d’OEuvre de la Nature.
III. NOUS CROYONS que la loyauté raciale est le plus grand de tous les honneurs et la trahison raciale le pire de tous les crimes.
IV. NOUS CROYONS que ce qui est bon pour la Race Blanche est la plus haute vertu et que ce qui est mauvais pour la Race Blanche est le péché ultime.
V. NOUS CROYONS que la seule et unique, véritable et révolutionnaire Religion Raciale Blanche – la Créativité – est le seul salut pour la Race Blanche.

Nous, Créateurs, vouons éternellement
nos Vies, notre Ferveur Religieuse
et notre Honneur Sacré
à l’accomplissement
de ces Croyances Religieuses.
 
RaHoWa!

Kozel Day

kozelNous fêtons aujourd’hui les 26 ans de la mort du martyr Brian Kozel, un valeureux défenseur de la Race Blanche tombé sous les balles d’infects immigrés mexicains alors qu’il défendait son quartier, sa ville, son territoire et son honneur de Blanc.

Brian Kozel est mort à 18 ans, le 15 septembre 1990 (17AC). Il faisait partie des Bérets Blancs, le groupe d’autodéfense de l’Église du Créateur crée par Ben Klassen.

En compagnie d’un ami, il est invectivé par un groupe de mexicains haineux. Une bagarre a lieu et les mexicains fuient sous les poings d’acier des deux Bérets Blancs. C’est au moment ou Brian retournait chez lui qu’un des mexicains humilié a sorti un revolver et lui a tiré à bout portant dans le dos, le tuant instantanément.

Nous nous remémorons aujourd’hui son courage et son sacrifice au service d’un idéal qui le dépassait de loin. La Créativité est une religion au service de tous les Blancs et chacun a son rôle a jouer dans le succès de cette entreprise. Brian Kozel nous a montré que cette cause peut valoir jusqu’au don de sa propre vie.

Retrouver la voie du Progrès

Historiquement, le mythe du Progrès est né avec les penseurs du Siècle des Lumières. Il a ensuite été repris par la Révolution Française puis au XIXème siècle par les partis progressistes, tour à tour socialistes, sociaux-démocrates et communistes. Avec la naissance de l’URSS en 1917, on assiste véritablement à la mise en place d’un culte du Progrès, tant scientifique et technologique que social, où pour la première fois l’État affirme (au moins théoriquement) diriger le pays en fonction des principes du socialisme scientifique et du Progrès. Tout au long du XXème siècle, cette vision du Progrès à été portée par l’URSS tout d’abord puis par les partis socialistes et communistes tout autour de la planète. Les États-Unis et l’Europe capitalistes ont suivi la même tendance pour ne pas se laisser distancer et la période de la Guerre Froide est une course au progrès scientifique, technologique et militaire. On rend un culte au Progrès, à la technique, qui améliore la vie de l’Homme et l’aide à comprendre la planète sur laquelle il vit.

Découvrir de nouveaux mondes
Découvrir de nouveaux mondes

À la chute de l’URSS en 1991, la Guerre Froide s’est terminée et le besoin de supériorité technologique d’un bloc sur l’autre s’est fortement amenuisé. Aujourd’hui, 25 ans plus tard, le mythe du Progrès a été largement corrompu par les restes moribonds des partis sociaux-démocrates et communistes. Lorsqu’on parle de Progrès, il ne s’agit plus dans leur esprit que de promouvoir un soi-disant progressisme social, c’est à dire une destruction des pays Blancs par un métissage répugnant ou une importation pure et simple du tiers-monde dans une logique de remplacement du prolétaire blanc et contestataire par un prolétaire nègre ou bougnoule trop heureux de sa mise en esclavage au service du capitalisme mondialisé.

Alors que le Progrès technique et scientifique entraîne également un progrès social, le progressisme social est une construction purement gauchiste au service de la destruction du monde Blanc. En soi, le Progrès strictement scientifique a complètement disparu : les budgets des universités et des laboratoires de recherche fondamentale ont fondu partout dans le monde occidental comme de la neige sous le soleil gabonnais. Le succès des partis d’extrême-gauche a été de réussir à trahir le Progrès tout en laissant l’extrême-droite continuer à s’émousser sur le « monde moderne ».

La répugnante oligarchie droitdel’hommesque craint véritablement la Science et ses avancées. En effet, la Science est basée sur l’étude de la Nature et nous savons, nous Créateurs, que toute découverte nouvelle infirme à chaque fois davantage la vision égalitariste et multiculturelle de cette caste oligarchique qui a fait de la trahison raciale son fond de commerce.
À noter également l’apparition et la montée en puissance d’Internet depuis le début des années 1990, issu des recherches du CERN,  et qui expose dorénavant au grand jour les agissements de cette petite caste de traîtres. Il est dès lors aisé d’imaginer pourquoi plus aucune direction sérieuse n’est donnée à la recherche et aux laboratoires : le progrès scientifique bat en  brèche la bonne parole de ces traîtres raciaux. Ce qu’on appelle Progrès aujourd’hui et qui est dans toutes les bouches de l’extrême-gauche à la droite molle est en réalité un « progressisme social » délirant (typiquement le discours d’Angela Merkel ou de François Hollande) visant à élever le nègre au niveau du Blanc, voire à lui donner la première place. Le progressisme gauchisant a remplacé le véritable Progrès chez ces gens-là. Ainsi, les gouvernements traîtres préfèrent couper à vif dans les budgets de la recherche (voir ici ou ) pour pouvoir continuer à financer l’invasion de l’Europe par une sous-humanité nègre. Après tout, la Science est une affaire de Blancs à haut Q.I.; il est préférable de remplir le ventre de quelques nègres pour espérer une réélection…

Hypothéquer son propre avenir pour en offrir un à la sous-race du tiers-monde ?
Hypothéquer son propre avenir pour en offrir un à la sous-race du tiers-monde ?

De son côté, l’extrême-droite a de tous temps été radicalement contre le progressisme et contre l’idée même du Progrès quel qu’il soit. Royalistes, patriotes, nationalistes, colonialistes, anti-mondialistes, racialistes, etc; tous ont en commun une puissante haine du monde moderne et de la technique, vus comme les fossoyeurs des pays Blancs et des valeurs de l’Occident chrétien, traditionnel, culturel et enraciné. C’est bien simple, depuis la Révolution Française, l’extrême-droite n’a jamais porté la moindre valeur de Progrès, qu’il soit culturel, scientifique ou social. On voit le résultat aujourd’hui : l’extrême-droite est perçue comme un système de pensée arriéré, de rejet systématique, de repli sur soi, d’immobilisme, de bigoterie chrétienne, de haine de toute forme de changement ou de nouveauté et d’anti-intellectualisme se complaisant dans une imbécillité crasse.

Savoir infini
Savoir infini

Malheureusement, tout cela est vrai : l’extrême-droite, à l’exception du national-socialisme et du fascisme italien ne porte en elle qu’une forme de conservatisme béat (cocuservateurs), de contestation de l’existant pour une idéalisation de temps passés qui ne reviendront par définition jamais. L’extrême-droite et la Race Blanche perdent tous leurs combats car le retour en arrière est la seule proposition, et ce dans tous les domaines. Et puisqu’elle perd tous ses combats, elle finit forcément par accepter et se rallier à l’inacceptable, ce qui explique le succès infect de la ligne Égalité & Réconciliation : accepter, fraterniser et rendre « fronçais » les pires spécimens des sous-races sémitiques ou nègres.

Pour quelle raison ? La raison est toujours la même : un attachement morbide et inconsidéré au christianisme comme religion de l’Homme Blanc et à la révélation d’un fantasmagorique Être omniscient appelé « Dieu ». Or nous savons depuis Darwin que la Nature est faite de telle manière qu’elle est en évolution constante et exige des changements et des adaptations fréquents. L’animal ou l’homme qui refuse d’évoluer et de se battre pour survivre est condamné à disparaître. Cela n’est pas une révélation divine, cela n’a pas été écrit dans un livre déclaré « Saint », c’est un simple constat basé sur l’étude scientifique et rationnelle de la Nature qui entoure l’Homme. Les recherches de Darwin ont eu un impact considérable sur l’étude des lois de la Nature, sur la classification des espèces, sur la généalogie, sur le principe de l’hérédité, sur la compréhension de la biosphère terrestre.

Darwin était un scientifique et ses travaux ont directement mené à la création de nombreux instituts de recherche sur l’eugénisme et l’amélioration de l’Homme par quelques moyens simples qui ont été mis en œuvre dans l’Allemagne nationale-socialiste jusqu’en 1945 et dans les pays scandinaves jusque dans les années 1970. L’eugénisme est une pratique sociale qui découle directement de la science et du progrès technique, au même titre que la vaccination ou la contraception. C’est bien la preuve que c’est le Progrès qui agit socialement sur la vie de l’Homme et non pas une idéologie (le progressisme) qui agirait sur l’Homme.

L'eugénisme, une application concrète de la science
L’eugénisme, une application concrète de la science

L’eugénisme est l’un des plus importants succès alliant racisme et science pour la transformation de l’Homme en un Surhomme. Or qui craint le Surhomme et l’amélioration de la Race Blanche ? La gauche pseudo-progressiste et métissolâtre ainsi que la droite traditionaliste et catholique, refusant l’amélioration de la Race au nom de quelques principes chrétiens-sémites. C’est pour cela qu’il faut rejeter tant les uns que les autres.

Le but de cet article est donc de signaler le fait que le mythe du Progrès est aujourd’hui orphelin. La gauche s’en réclame mais le combat dans les faits tandis que la droite l’a toujours haï. Aujourd’hui dans le monde occidental, les principes scientifiques sont délaissés, méprisés ou niés. Ses promoteurs historiques de gauche l’ont dorénavant remisé dans un coin tandis que ses adversaires de droite préfèrent jacasser sans fin sur une contre-révolution fantasmée qui ramènera l’Ordre Ancien. Il n’y a plus guère d’enthousiasme ni de confiance dans l’avenir aujourd’hui. Nous n’avons plus de héros de la Science de nos jours; plus de Paul-Émile Victor, de Maurice Herzog, de Norbert Casteret ou d’Alain Bombard.

Paul-Émile Victor
Paul-Émile Victor

Il est temps de cesser d’assumer des valeurs datées du XIXème siècle. Parmi ceux qui ont le souci de la Race Blanche et de son avenir, seuls les Créateurs peuvent se réclamer sans crainte du Progrès et de la Science comme moyens de parvenir à un monde meilleur, plus beau et plus blanc ! C’est à nous Créateurs, fidèles au plus antique passé et tournés vers le plus lointain avenir, d’adopter le mythe du Progrès, son positivisme et son intelligence, et de montrer qu’il est le fidèle compagnon de route de la Race Blanche depuis la nuit des temps, esquissant la voie que prendra notre futur !