Entretien avec le Révérend Devalez

1°) Bonjour Révérend Devalez, pouvez-vous commencer par expliquer ce qu’est la Créativité pour vous ?
    Comme le dit la Cinquième Croyance Fondamentale de la Créativité (telle qu’elle apparaît aussi bien dans le Credo du Créateur, le Petit Livre Blanc ou les écrits de notre Fondateur, Ben Klassen) : la Créativité est la seule et unique, véritable et révolutionnaire religion raciale Blanche et le seul salut pour la Race Blanche.
    On ne peut vraiment définir la Créativité si l’on n’a pas lu les ouvrages principaux de Ben Klassen que sont La Religion Éternelle de la Nature et La Bible de l’Homme Blanc, qui définissent en plusieurs centaines de pages ce qu’est la Créativité. Mais, pour simplifier, en plus de renvoyer aux Cinq Croyances Fondamentales de la Créativité et au Petit Livre Blanc, je me contenterais de citer ce que Ben Klassen voulait créer pour l’Homme Blanc, « un esprit sain, dans un corps sain, dans une société saine, dans un environnement sain ». Si l’on est d’accord avec cela et que c’est vers cela que l’on aspire, alors on est un Créateur !
 
2°) Quel est votre parcours militant et comment êtes-vous devenu Créateur ? Quel est votre rang et votre rôle au sein de l’Église du Créateur ?
    Je suis devenu politiquement actif à partir d’octobre 7 AC (1980), tout d’abord au sein des Faisceaux Nationalistes Européens (ex-FANE), puis de différents autres groupes dont le but principal est ou était la survie de la Race Blanche. Je me suis directement occupé de plusieurs projets (aide aux prisonniers et survivalisme, notamment) qui m’ont permis d’entrer en contact avec des individus et des groupes dans le monde entier, dont l’Église du Créateur à l’époque de Ben Klassen, avec qui j’étais en contact en 17 ou 18 AC (1990-91) par l’intermédiaire de Ron MacVan, alors numéro 2 de l’Église. Puis j’ai perdu le contact avec eux suite à mon exil forcé à l’étranger, Ben Klassen est mort en 20 AC (1993), un an après le départ de Ron MacVan et l’Église est entrée en hibernation pendant trois ans. Puis, en 26 AC, alors que je discutais de la misère spirituelle qui était la règle pour la majorité de la jeunesse Blanche avec mon ami Richard Scutari, Brüder Schweigen et Gothi de l’Asatru/Odinisme, il m’avait recommandé deux églises américaines qui proposaient une révolution spirituelle sans revenir aux anciennes croyances de nos pères, dépassées : l’une d’elles était l’Église Mondiale du Créateur, que Matt Hale dirigeait depuis 23 AC (1996), et qui se voulait la continuité de l’Église du Créateur, n’ayant changé de nom que pour éviter de devoir payer des taxes dues par cette dernière du temps de Ben Klassen et après son décès. J’ai dont contacté le Pontifex Maximus Matt Hale et ai adhéré à l’Église après m’être assuré qu’elle était bien ce qu’elle prétendait être, c’est-à-dire le seul salut pour la Race Blanche.
    Je suis Ministre Ordonné (Révérend) de l’Église et membre du dernier Comité des Gardiens de la Foi en activité avant l’incarcération du PM Hale, qui m’avait fait l’honneur de m’y nommer avec onze autres Révérends de l’Église, comme Ben Klassen l’avait demandé avant de passer la main à la tête de l’Église moins d’une décennie plus tôt.
 
3°) Comment fait-on pour passer du KKK à l’Église du Créateur ? Les deux idéologies assez éloignées.
    Mais les buts sont les mêmes : la préservation de la Race Blanche à l’échelle mondiale. Comme le reconnaissent la plupart des Klansmen, « Notre Race est notre Religion » et certains d’entre eux utilisent même notre RAHOWA comme cri de ralliement !
 
4°) Pouvez-vous raconter votre visite des États-Unis et votre rencontre avec Matt Hale ?
    J’avais passé par écrit l’Examen du Ministre Ordonné (Révérend) de l’Église, mais le PM Hale avait demandé à me rencontrer personnellement afin que nous puissions directement discuter de la situation en France et de ce que l’Église pouvait y apporter en limitant les risques d’interception. Je me suis donc rendu à East Peoria, où se trouvait le siège mondial de l’Église et j’ai passé une dizaine de jours là-bas à discuter avec Matt Hale et d’autres Créateurs américains de l’avenir de notre Église dans le monde, ainsi que de l’état de celui-ci. Rien ne remplace un contact personnel, quand il est possible, pour « sonder le cœur et les reins », comme disaient nos ancêtres, de son ou ses interlocuteurs !
    Pendant ce séjour, le PM Hale a revu avec moi mes réponses à l’Examen et m’a ordonné Ministre Ordonné de l’Église du Créateur. Et il m’a ramené ensuite à Chicago, d’où je prenais l’avion pour la France. Encore une occasion de discuter sans oreilles indiscrètes, car le Mid-West, c’est vraiment monotone !
 
5°) Comment avez-vous introduit l’Église du Créateur en France ? Quels étaient vos objectifs prioritaires à l’époque ?
   Les Créateurs américains disposaient déjà d’un site Internet en français, hébergé à l’époque sur le serveur de Front14, je n’ai eu donc qu’à publier deux lettres d’information et à sortir un bulletin d’information mensuel sur Internet.
    Les objectifs étaient simples : faire connaître l’Église et notre Credo, dont pratiquement personne n’avait entendu parler à l’époque. Ainsi que traduire autant de notre littérature que possible : il existe des versions sur papier en français du Manuel du Créateur et du Festum Album  et une version électronique du Petit Livre Blanc. La Bible de l’Homme Blanc était aussi en cours de traduction (à l’ancienne, car les versions en ligne traduites par BabelFish ou Google Translator sont lamentables).

6°) Concernant Matt Hale, pouvez-vous détailler l’affaire et les charges à son encontre ?
    C’est assez compliqué, mais il suffit de savoir que juste après l’affaire Ben Smith, le FBI d’abord et ensuite la Homeland Security avaient juré d’avoir la peau de Matt Hale, surtout après qu’il n’ait pas ajouté sa voix au concert des lamentations suite au 911 (il avait déclaré que l’Amérique l’avait bien cherché). Ils ont donc infiltré un « indicateur » à eux (payé 50 000 $ par an) et pendant plus de cinq ans, Tony Evola (c’était son pseudo) n’a eu qu’une mission : être admis dans le cercle rapproché des amis de Matt Hale (ce qu’il a réussi, puisqu’il a fini chef de sa sécurité) et le faire tomber en le mouillant dans une affaire de niveau fédéral.
    Cette affaire, c’était le dossier TE-TA-MA concernant le nom de notre Église, revendiqué par les deux entités, mais déposé à la fin des années 80 par la première, sans que personne ne le sache vraiment. Une juge fédérale, Joan Lefkow, après avoir statué en faveur de l’Église Mondiale du Créateur, avait ensuite inversé son jugement après que TE-TA-MA, soutenu par les avocats de l’ADL of the B’nai B’rith, ait gagné en appel. Pendant deux ans, portant un micro caché lors de chacune de leurs entrevues, Tony Evola a incité Matt Hale à prendre des « mesures extrêmes » envers Joan Lefkow, ce que le PM avait toujours refusé, car un juge fédéral, ça se remplace et que cela ne changerait rien au problème. Et ce n’est que lors d’une de leurs dernières entrevues, quand Evola a dit qu’il avait déjà mis « des gens » sur l’affaire que Matt Hale lui a répondu de « faire ce qu’il voulait ». Ce qui lui a valu d’être arrêté en janvier 30 AC (2003), d’être condamné à 40 ans de pénitencier fédéral et de se trouver depuis lors dans l’unité ADMAX du pénitencier fédéral de Florence, Colorado, « l’Alcatraz des Rocheuses ». Et 40 ans aux États-Unis, c’est 40 ans.
 
7°) À quel moment avez-vous appris l’arrestation de Matt Hale ? Était-ce prévisible ou une surprise ? Quelles ont été les réactions en France et dans le monde ?
    Presque le jour-même, car j’avais des contacts quotidiens avec les autres membres du GFC (Guardians of the Faith Committee). Matt Hale a été arrêté au tribunal de Chicago alors qu’il se rendait justement à une convocation de Joan Lefkow. Au début, nous avons cru que c’était simplement dû à l’affaire TE-TA-MA, donc pas trop grave. Puis, lors de sa première comparaison devant un juge chargé de statuer sur son sort, Tony Evola a été identifié comme un agent fédéral et là, c’était beaucoup plus grave.
    Vint ensuite le procès, avec un avocat de la défense pourtant renommé mais dépassé par les enjeux, plus deux ou trois témoins choisis par l’accusation pour présenter l’Église comme une sorte de syndicat du crime aux ordres de Matt Hale. Comme le choix des jurés par l’avocat de la défense n’avait en plus pas été très judicieux, Matt Hale a été reconnu coupable par 5 jurés sur 9 et a donc pris le maximum.
    Que le JOG s’en prenne au Pontifex Maximus, c’était prévisible, car c’était à une époque où la Homeland Security essayait de faire tomber tous les chefs de la résistance Blanche (David Duke a été condamné et emprisonné la même année que Matt Hale, et quelques années plus tard Ed Steele, qui y est mort). Mais il est dommage que les Créateurs n’aient pas su réagir à l’arrestation et à la condamnation de Matt Hale autrement qu’en le critiquant et en se tirant dans les pattes les uns les autres. On voudrait y voir la main du FBI ou de la HMS que les choses ne se seraient pas passées autrement…
 
8°) Comment a évolué l’Église du Créateur depuis cette arrestation ? Quel est votre ressenti sur ce qui s’est passé dans l’Église depuis ?
    Voir plus haut. Au lieu de serrer les rangs et de rester unis derrière Matt Hale, pas mal de Créateurs ont soit voulu voler de leurs propres ailes et devenir calife à la place du calife, soit n’ont pas été capables d’assumer la perte de notre dirigeant historique. Beaucoup ont adopté un profil bas, mais encore plus ont été dégoûtés par les magouilles et les trahisons qui ont suivi et sont allés voir ailleurs si l’air y était moins vicié. Je sais cependant qu’ils sont restés des Créateurs, au moins dans leur cœur et leur âme, telle qu’elle est définie par Ben Klassen.

9°) Parlez-nous de l’état d’esprit actuel de Matt Hale et de ses derniers livres ?
    Matt Hale, avec qui je suis toujours en contact, a gardé un esprit combatif qui devrait faire honte à pas mal de gens. Bien qu’il soit en isolement depuis 13 ans dans la prison fédérale la mieux gardée des Etats-Unis, où il se retrouve avec tous les accusés encore vivants du 911, les chefs des gangs de rue et du crime organisé – l’ADMAX regroupant les 400 à 500 détenus considérés comme les plus dangereux des États-Unis (https://fr.wikipedia.org/wiki/ADX_Florence) -, il se bat encore bec et ongles contre le JOG, notamment pour faire reconnaître son statut de prisonnier politique et avoir accès à un régime alimentaire en accord avec Une Vie Saine, le livre co-écrit par Ben Klassen et qui est la base de l’hygiène de vie des Créateurs.
    Il vient également de publier deux ouvrages, Mettons Fin à l’Esclavage des Blancs (Ending White Slavery) et le Manifeste du Loyaliste Racial (Racial Loyalist Manifesto), tous deux disponibles en anglais chez Amazon en format papier ou Kindle. A commander et lire pour le soutenir dans son combat contre l’administration pénitentiaire et le JOG.
 
10°) Quels sont vos projets concernant la Créativité ?
    Faire admettre que Matt Hale est et reste notre Pontifex Maximus tant qu’il se trouve dans les geôles du Système (ce n’est pas au JOG de nous dicter qui doit être notre dirigeant et quand il doit être désigné), remettre en place un GFC regroupant 12 Ministres Ordonnés provenant de pays où l’Église est encore présente (et non plus une structure fantôme sans identité et sans but), désigner un Hasta Primus chargé de l’administration de l’Église et si possible basé dans un pays où existe encore une véritable liberté d’expression et de pensée, donc pas en Europe.
    Mais pour cela, il faut que les Créateurs mettent leur ego et leur hubris de côté et acceptent de remettre tout à plat, ce qui n’est pas gagné.
 
11°)  Voyez-vous des signes d’espoirs pour la Race Blanche en France ou en Europe ?

    Bien sûr, sinon je ne répondrais pas à cette interview et serais planqué dans un bunker au fin fond des Appalaches ! Tant qu’il restera une goutte de sang dans un Blanc persuadé que sa Race est le Chef d’Œuvre de la Nature, il y aura de l’espoir ! Reste à en persuader aussi un maximum de nos Frères et Sœurs de Race…

Le Haus der Kunst, un musée à la gloire de la Race Blanche

L’équinoxe de printemps — le Nouvel An des magiciens — est un moment particulièrement propice à la Culture. Le Haus der Kunst est un musée édifié sur l’ordre d’Adolf Hitler sous le Troisième Reich. Y étaient exposées, de 1937 à 1944, les œuvres d’artistes contemporains promouvant l’idée nationale-socialiste et la pureté raciale. L’ambition ici était de contribuer à la renaissance de l’âme européenne dans toute sa pureté originelle.

On y trouvait donc un art proche de l’art antique Grec et Romain, et de l’Art de la Renaissance Italienne, Flamande et Française, très représentatif, sans pudeur chrétienne, d’où les nombreux nus de la galerie suivante. L’inspiration est clairement antique, et pour cause, il s’agit de l’Art millénaire de la Race Blanche, celui qui lui correspond le plus intimement et qui fait naître les plus grandioses et délicates émotions dans le cœur des Femmes et des Hommes Blancs.
Ces œuvres établissent parfaitement toute la bonté , la justesse, la grandeur dont sont capables les membres de notre Race.

Le Haus der Kunst se propose de montrer l’Art Véritable contre cet «Art dégénéré» issu du XIXème et du XXème siècles — expressionnisme, impressionnisme, cubisme, futurisme — qui sont des arts flous, sans formes, disgracieux, abstraits, en recherche de vices, de laid, de conceptualisme post-moderne et d’existentialisme n’allant plus de soi; en somme une vision horrifique de l’intérieur d’un cerveau juif.

Tout rationnel et proportionné qu’il soit, l’art national-socialiste n’est pas exempt d’une certaine forme de romantisme et de fantaisie qui dépasse et transcende le simple individu. C’est particulièrement visible dans les sculptures d’artistes comme Arno Brecker, Josef Thorak ou Adolf Wamper qui semblent véritablement pouvoir emporter l’admirateur vers une autre dimension, très loin dans le futur. Ces sculptures semblent nous presser : «Regarde qui tu pourrais être, ce que tu pourrais accomplir, dans quel monde tu pourrais vivre ! Qu’attends-tu pour me rejoindre, pour t’élever au niveau du Surhomme, pour rendre ce monde possible ?».

L’Art national-socialiste n’est donc pas révolutionnaire, il n’est pas influencé par la modernité destructrice et déstructurante mais s’appuie sur des racines profondes et ancestrales afin d’accomplir son rôle : maintenir en vie la précieuse flamme qui brûle au fond du cœur pur de chaque Européen. Cette flamme, c’est celle qui nous fait espérer quand tout semble perdu, c’est celle qui nous fait encore croire que les aubes dorées succèdent aux crépuscules zébrant l’horizon de feu. Cette flamme sacrée qui illumine de joie notre vie, c’est celle que convoite le juif habité de haine et de jalousie. Le Haus der Kunst est alors bien plus qu’un musée, c’est le temple gardien de la Flamme Sacrée, l’endroit d’où le magicien — le Gothi — fait circuler la sève de Vie dans les veines de ses semblables.

GDK1939_21_A_03 GDK1939_22_A_01 GDK1939_25_01 GDK1940_02_01 GDK1940_27_02 GDK1941_02_01 GDK1941_08_01 GDK1942_08_03 GDK1942_21_01 GDK1943_02_04 GDK1943_21_01 019_03_205568 020_21_174262 088_01_178192 GDK1939_15_01 GDK1939_19_01 the-Ideological-Uses-of-Art-1937–1955

Raymond Cattell et le Beyondisme

Raymond Cattell
Raymond Cattell

Raymond Cattell est l’un de ces génie que la Race Blanche engendre régulièrement. Surdoué, il est diplômé du Collège Royal de Londres à l’âge de 15 ans. Il s’oriente alors vers la psychologie et devient l’un des spécialistes les plus éminents de la discipline, publiant plus de 500 articles scientifiques et 36 livres sur le sujet. En 1997, après une carrière de 70 ans entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, il s’apprête à recevoir une médaille de l’American Psychological Association pour l’ensemble de ses travaux, lorsque la gauche américaine déclenche une campagne de presse ignoble contre un homme de 92 ans. Les anti-racistes ont publiquement humilié Cattell, allant jusqu’à l’empêcher d’obtenir son prix et lui ordonnant de se renier. Il mourra à peine quelques mois plus tard, amenuisé et ébranlé. L’un des nombreux crimes des anti-racistes tolérants et pacifiques.

Cattell est principalement connu pour :

  • sa méthode du questionnaire 16PF consistant à décerner 16 traits de caractères chez un individu pour déterminer son comportement et sa personnalité;
  • ses travaux sur l’intelligence humaine et son analyse dans le but d’en comprendre les facteurs et l’améliorer en s’appuyant sur des méthodes de recherche éprouvées utilisées dans d’autres domaines de la science. Ses répercussions sur la psychanalyse, notamment la mise en cause de l’approche philosophique de Freud au profit de l’approche scientifique;
  • un modèle de classification hiérarchique de l’intelligence : le modèle de Cattell-Horn-Carroll utilisant le « facteur G » transmis de façon héréditaire, et qui entrerait pour moitié dans le calcul du QI d’un individu;
  • ses travaux sur la corrélation entre transmission héréditaire d’un patrimoine génétique et transmission héréditaire d’un trait psychologique et comportemental.

L’œuvre académique de Raymond Cattell est si énorme qu’elle mériterait en soi un article. Mais nous nous pencherons plutôt ici sur les intéressantes idées philosophiques, politiques et religieuses de l’homme et pourquoi il a été tant combattu par la racaille d’extrême-gauche.

On peut dire que Cattell est finalement assez proche de notre religion, la Créativité, et même qu’il la dépasse sur certains points.

Dans Nouvelle Ecole n°51
Dans Nouvelle École n°51

Tout d’abord, il a défendu sa vie durant l’eugénisme et son application à grande échelle par la sélection des individus les plus aptes à faire progresser l’humanité vers le haut. Ensuite, il a lui aussi fondé sa religion non-théiste : le Beyondism qu’on pourrait traduire littéralement par après-tisme ou au-delà-tisme. Ou plus simplement Beyondisme. Le Beyondisme est une philosophie religieuse assez pointue destinée à une élite éclairée. « A message for the very few » comme dirait Norman Lowell.
Le Beyondisme a principalement été exposé dans deux des livres de Cattell : A New Morality from Science: Beyondism (1972) et Beyondism: Religion from Science (1987).

L’eugénisme de Cattell est assez classique. Dans son livre The fight for our National Intelligence (1937), il explique qu’en moyenne, plus la classe sociale d’un couple est basse, plus son QI est bas et plus ce couple aura d’enfants. Avec les progrès de la médecine et de l’hygiène, les classes défavorisées décuplent numériquement et font baisser l’intelligence moyenne de la population d’un pays. Il faut donc mettre en place des politiques visant à favoriser les naissances d’enfants dans la classe sociale supérieure, ces enfants héritant non seulement du patrimoine génétique de leurs parents mais bénéficiant aussi d’un milieu favorisant la culture, la créativité et les facultés de l’esprit. En parallèle, il faut inciter les populations faiblement dotées à faire peu d’enfants, voire pas du tout dans les pires cas pour maintenir une intelligence moyenne le plus élevé possible.

En 1997, les journalistes se sont acharnés contre Cattell et l’ont décrit comme proche des idées du Troisème Reich qui avait ouvertement mit en place un programme de stérilisation des individus les plus dégénérés de la société. Même s’il était proche de certains principes eugénistes allemands, Cattell ne s’est jamais revendiqué du nazisme.

Concernant les juifs, la position de Cattell était claire : s’ils peuvent avoir des capacités intellectuelles égales aux Blancs, leur psychologie et leur façon de penser en font des êtres non-homogénéisables dans les nations blanches. Quand au mélange des races, c’est un bien évidemment un désastre tant au niveau culturel qu’intellectuel.
L’Humanitaire gauchisant d’après-guerre ne faisait d’après lui que prolonger inutilement une agonie d’espèces devenues inaptes à la survie dans leur milieu. Il avait compris que l’évolution et les lois naturelles étaient les force premières à régir l’Univers. S’opposer à l’inévitable loi de l’évolution, telles que découvertes par Charles Darwin, est un acte anti-naturel, contradictoire, et donc voué à l’échec à plus ou moins long terme.

Scientifique et père de famille
Scientifique et père de famille

Aucune des prises de positions de Cattell n’était le fruit d’une haine raciste obsessionnelle, comme l’ont affirmé les journalistes. Elles étaient au contraire étayées par des modèles mathématiques précis.  Et la religion qu’il souhaitait pour l’Humanité c’est celle du Progrès. En face, les gauchistes n’avaient à opposer que la lutte contre la Nature, la terreur et leur morale égalitariste forcenée, héritée du christianisme.

L’eugénisme de Cattell vient donc d’une simple déduction logique, confirmée par les résultats de ses travaux.

Comme n’importe qui avec un minimum de jugeote, Cattell rejette violemment le christianisme, qu’il voit comme une rationalité artificielle à destination du faible d’esprit. La peur subjective de la mort et/ou de l’enfer conduit les masses à une forme de rationalisme destructeur qui tend à devenir une réalité objective par la diffusion de ses peurs dans une société ou une civilisation. Ce rationalisme généralisé et destructeur correspondrait donc à la bien-pensance de la plupart des gens qui veulent la fin des guerres, de la pauvreté et de l’injustice par crainte d’une mauvaise mort et de l’enfer à perpétuité. Les religions abrahamiques représentent alors une forme de  rationalité « traditionnelle » et les Nations Unies, une forme « moderne » mais avec le même arrière-plan moralisant. La sélection naturelle qui devrait s’opérer est faussée par le christianisme et la bien-pensance sociétale qui en découle.

Raymond Cattel en couverture du numéro de Juin 1989 d'Instauration
Raymond Cattell en couverture du numéro de Juin 1989 d’Instauration

Le rationalisme pose des problèmes d’adaptation. Imaginons qu’une sécheresse s’abatte sur un village isolé. Le puit est presque à sec. Ses habitants seront incapables de discerner ce qui est moral de ce qu’il est immoral de faire. Qui peut obtenir de l’eau ? Qui ne peut pas ? Qui va mourir de déshydratation ? Qui va boire à sa soif ? La bien-pensance morale ambiante voudrait que toute l’eau soit partagée quand bien même les plus fragiles mourraient quand même et les plus forts en sortiraient affaiblis. Voilà un cas de rationalisme destructeur. Dans d’autres cas, cette rationalité impose de déclencher des guerres mondiales, des génocides ou un système de surveillance généralisée

Pour casser cette objectivité, il faut alors abandonner les systèmes éthiques et moraux qui sont des constructions humaines. Si l’Homme est, selon Darwin, le produit d’une suite de hasards, de mutations et de sélections naturelles, alors il faut remettre l’homme sur la voie correcte de son évolution en dehors de tout système éthique. Pour autant, il ne s’agit pas d’abandonner toute morale ou de tomber dans l’anarchisme. Le titre de son livre, A New Morality from Science est assez explicite à ce sujet.

Pour Cattell, la solution pour retrouver ce chemin évolutif consiste à isoler des groupes humains formés selon différents critères : éthique, religion, patrimoine génétique, niveau culturel, technologique, etc…  Et cela pour les comparer de manière scientifique et impartiale et pour prendre note de leurs développements différents. Ceux de ces groupes qui survivent et prospèrent suivent la voie de l’évolution. Les autres groupes moribonds ou stagnants, ayant choisi une voie sans issue sur l’échelle de l’évolution, acceptent sur la base de l’eugénisme volontaire de disparaître peu à peu au profit des autres groupes.
Il décrit ce principe comme la genthanasia, formé des mots de génos « espèce » et euthanasia. Étymologiquement, euthanasie signifie la « bonne mort » c’est-à-dire la mort volontaire décidée sur un constat d’échec ou d’impuissance. Il est formé de eu- « bien » et de thanatos « mort ». La Genthanasia (qu’on pourrait franciser en « genthanasie ») s’oppose donc au génocide, étymologiquement génos « espèce » et -cide « massacre » qui consiste en une disparition non volontaire. La genthanasia est donc une forme d’eugénisme imaginant des groupes humains suffisamment mâtures pour mettre fin à leur genre volontairement sur le constat que l’évolution de leur groupe ne suit pas l’évolution naturelle optimale. Ou tout au moins que les groupes les plus évolués ne prolongent pas une agonie de toute évidence fatale. C’est en cela que Cattell s’opposait à toute aide humanitaire dans les pays sous-développés car une telle aide implique une lutte contre la loi de l’évolution.

Le questionnaire 16PF
Le questionnaire 16PF

En suivant sa théorie du développement séparé, il pensait qu’un des groupes humains au moins choisirait LE bon chemin tracé par la Nature pour l’Humanité. On peut rapprocher la Genthanasia de Cattell à la Biosphère du scientifique russe Vernadski exprimant l’idée de symbiose puis de synthèse des organismes vivants les plus adaptés, suivant ainsi l’inéluctable évolution de la vie et de la matière.

En un sens Cattell est ultra-nationaliste en ce qu’il voit la Nation comme un groupe homogène à protéger pour étudier son cheminement; même si la Nation n’est pas pour lui une fin en soi. Il voit en effet en chaque Nation un organisme vivant ayant une volonté propre et étant en compétition avec toutes les autres Nations sur le chemin de l’évolution. Chaque Nation doit s’isoler entièrement des autres groupes à tous les niveaux, tant génétiques que moraux et culturels pour avoir la chance de progresser de manière autonome.

Chaque Nation possède une personnalité propre, somme des  avec un comportement propre et mathématiquement classifiable que Cattell appelle la syntalité (syntality). Cette syntalité ( la forme cartésienne de la « psyché » de Freud ) est unique et se transmet de génération en génération en continuant de se perpétuer et de s’affiner dans un groupe fermé. Le mélange prolongé et le métissage entre différents groupes, tant culturel que génétique, casse cette dynamique. Une bonne connaissance de la syntalité d’un groupe humain (d’une nation) peut permettre de prévoir tel type de réaction à tel type d’événement.
Selon cette définition, on pourrait voir les patries charnelles européennes comme des syntalités en danger, sous les effets conjugués du nationalisme, de l’immigration, de la mixité sociale, de la baisse du niveau culturel et intellectuel, etc… Quant aux micronations, comme le Liberland ou le « zadistan » de Notre-Dame-des-Landes, on pourrait les voir comme de nouveaux laboratoires sociaux et syntalités émergeant sur les ruines de ceux qui meurent actuellement.
C’est aussi à cause de la syntalité des groupes que Cattell s’oppose à la présence des juifs aux postes de direction car leur psychologie exogène aux peuples qu’ils dirigent modifie la syntalité de ceux-ci et les empêchent de se développer de manière optimale.

La carte européennes des syntalités?
La carte européenne des syntalités?

Pour autant, dans la théorie de la syntalité, l’individu et ses évolutions ne sont pas niées et prennent même une importance capitale. En effet, l’individu est vu comme une subjectivité en lutte constante contre l’objectivisme des masses et apportant les matériaux nécessaires à l’évolution de la masse inerte. Le Beyondisme cherche le meilleur équilibre possible entre la voix de l’individu et la décision collective.

Dans la revue Instauration de Mai 1977, un adepte des idées de Cattell explique :

Le christianisme professe une doctrine de fraternité universelle. Dans le monde réel, plein de conflits et de populations turbulentes, cette fraternité contredit l’aspiration et la cohésion interne de la Majorité (NDT: majorité blanche aux Etats-Unis). Toute philosophie nationale doit par certains aspects être utile à elle-même, très égoïste, et en même temps être assez consciente et explicite pour mener la Majorité sur le bon chemin. Cette conscience est ce que la philosophie a de meilleur. Mais ce n’est pas tout.
Le christianisme ou une religion « païenne » ont certes une telle conscience avec des valeurs, un but et une mission.
Pourtant, et contrairement au christianisme, ces valeurs devraient conforter la Majorité comme un groupe privilégié. Si seulement la quête pour une philosophie propre à la Majorité pouvait se terminer avec l’abandon et la réfutation de toute forme de religion universelle ! Mais même ainsi, avec un point de vue séculier, de nouveaux problèmes risquent de nous tomber dessus en balançant nos vieilles valeurs par dessus bord.

Ce paragraphe illustre deux points : d’abord le fait qu’une moralité rationnelle inadaptée, même minoritaire, met le groupe tout entier en danger; et ensuite que Ben Klassen, avec la Créativité, a parfaitement répondu au besoin d’une religion porteuse de valeurs utiles à la survie d’un groupe, en l’occurrence le peuple Blanc.

Avec le beyondisme, le projet de Cattell est donc de créer de multiples laboratoires sociaux au sein d’une Race et de laisser l’évolution faire son œuvre. Le concept d’objectivité ou de moralité rationalisée est donc fortement combattu. La seule moralité acceptable doit être selon lui scientifique, c’est à dire basée sur la recherche empirique de traits comportementaux et génétiques les plus adaptés.

Evoluer ou disparaître, telle est la question.
Évoluer ou disparaître, telle est la question.

Le Beyondisme est donc avant tout une religion de la libre évolution. Le projet beyondiste est souvent mis en adéquation avec le concept d’Ethnoprovince (Ethnostate) de Wilmot Robertson, dont nous parlerons dans un futur article.

Extrait de A New Morality from Science (p.416) :

À partir de là, chaque nouveau mouvement avec un message radical tel que celui du Beyondisme, devrait se construire comme un mouvement évangélique à l’image des vieilles religions ou des Encyclopédistes Français et des idéalistes Marxistes. Mais aussi longtemps que nous  pourrons parler librement et démocratiquement et enseigner la science sans barrières Lyssenkistes ou Bryantistes, peut-être n’aurons-nous même pas besoin d’ « églises » pour défendre nos valeurs. Peut-être que l’inévitable chute des religions dogmatiques mènera à une forte recristallisation autour de concepts basés sur la Science ou le Beyondisme. Des gens comme Winborn et Jansen (en 1967) et Horn et Knott (en 1970) ont indéniablement fait preuve d’intelligence, d’idéalisme et d’esprit, secondé par cette rébellion pure propre aux mouvements réformateurs étudiants de cette décennie. Le temps est mûr pour un mouvement étudiant éclairé par une compréhension scientifique profonde des valeurs morales et d’une recherche scientifique équilibrée.

Cattell comme soutien de la démocratie et des réformes des années 60-70, on est là bien loin de la propagande gauchiste voulant faire passer Cattell pour un affreux nazi. En fait, Cattell n’est même pas raciste ou haineux, il a juste logiquement remarqué, comme nombre de ses collègues d’ailleurs, que les races non-européennes ou métissées étaient à terme condamnées car non-adaptées à la survie. Il n’est aucunement raciste d’affirmer que ces espèces ont choisi des voies ne suivant pas l’évolution naturelle.
Il est intéressant aussi de connaître sa conception de la religion : une croyance profonde en certaines valeurs de justice et de vérité doit prendre la forme d’une sorte de « religion fanatique » pour pouvoir triompher au sein d’un milieu hostile. C’est exactement sur ces bases que Ben Klassen et Matt Hale ont construit la Créativité.

D’ailleurs, une frange importante des défenseurs de la Race Blanche aux États-Unis à cette époque se basaient sur la vérité scientifique plutôt que sur la vérité chrétienne. Certains allant même jusqu’à affirmer en pleine Guerre Froide que le communisme de l’URSS, quoi qu’imparfait et trop rigide, était une meilleure réponse au défi de l’évolution que le libéralisme étatsunien ! L’éminente revue de défense de la Race Blanche Instauration est ainsi plus proche d’une revue scientifique que d’une revue de propagande d’extrême-droite.


Le fait que Raymond Cattell et d’autres scientifiques aient eu des contacts avec l’extrême-droite américaine prouve qu’à l’époque l’intérêt était grand pour de nouvelles idées, philosophies et religions sortant des sentiers battus. On avait parfaitement compris le besoin d’émancipation des vieilles idées dans le but de régénérer la Race Blanche et de la faire progresser. Le Beyondisme est, avec la Créativité et le Cosmothéisme, l’une de ces religions raciales qui misaient tout sur le futur. On n’avait pas peur de vouloir changer l’Homme à l’époque !
Aujourd’hui nous sommes coincés entre chrétiens et païens tous adeptes de la sacro-sainte Tradition ou de la Révolution Conservatrice. C’est un repli piteux, un pas en arrière honteux. Homme Blanc, rejoins l’Église du Créateur pour de nouveau apercevoir les matins radieux à travers les brèches de ta prison !

À propos de Cosmothéisme et de Créativité

Si le Cosmothéisme et la Creativite peuvent sembler assez proches de prime abord, un observateur attentif y trouvera des différences, certes pas fondamentales, mais des différences d approches et de moyens. Les deux mouvements sont considérés si proches qu’ils sont régulièrement abrégés par l’expression « C&C ». En tant que Créateur, cet article sera forcément partial de ma part. Je considère le Cosmotheisme plus comme une philosophie de combat, alors  que la Creativite est pour moi une véritable religion.

Le Cosmothéisme a été crée par le Docteur William Luther Pierce de la National Alliance. Il s’agit, à l’instar de l Hindouisme, d’une religion Aryenne non-théiste, dans le sens ou l’on choisit ses propres Dieux.  C’est aussi une religion Panthéiste, puisqu’on peut faire intervenir autant de Dieux que nécessaire.  Le Cosmotheisme a été crée pour servir de base a l’Homme Blanc moderne dans son combat pour la renaissance d une âme forte et saine.

Le cosmothéisme permet à ses membres d utiliser leurs croyances religieuses actuelles pour arriver à la conclusion qu’il n’existe ni Dieu, ni Dieux, ni Paradis, ni Enfer, ni esprits divins. En somme, le Cosmothéisme permet a l’Homme Blanc de se libérer de croyances primitives et infantilisantes : il n’y a pas plus de vie après la mort que de Dieu tout puissant. L’Homme est seul et face au destin qu’il se choisit. Spécifiquement, l’homme blanc a besoin de buts grandioses, poétiques et spirituels pour vivre pleinement sa vie. Et c est quelque chose que le Christianisme essaie de tuer en l’Homme Blanc, en lui rabachant depuis 2000 ans, qu’il n est qu’un insecte ne comprenant rien du monde et de la vie, lui faisant croire que Dieu domine entièrement sa Vie et a tracé son destin heureux ou malheureux avant même sa naissance.

De plus, le terme Cosmotheisme est apparu assez tard dans l’oeuvre du Docteur Pierce et n’est base que sur certains textes et enregistrements audio de conférences. La religion en tant que telle est apparue dans un groupe interne spécialement intéresse par le travail spirituel de la National Alliance. Ils ont forgé un esprit aristocratique et élitiste en reprenant le concept du divin enseigné par l’Hindouisme et le Bouddisme en l’adaptant a la conception de la Race et de la liberté telle qu’elle pouvait être conçue chez les Whites Nationalists américains des années 70 et 80.

Le principal problème du Cosmothéisme est la possibilité de croire en Dieu, le Dieu du christianisme par exemple, tout en ajoutant une surcouche de foi raciale, athée et spirituelle. Dans ce sens le Cosmothéisme agit à la façon des francs-macons , c’est à dire de manière détournée et indirecte pour atteindre un but ultime (ou que ses membres considèrent comme ultime).

Si l’Esprit du docteur Pierce était clair et limpide, on ne peut en dire autant de ses zélateurs. Pierce, en esprit éclaire, en serait arrive a la Créativité s’il n était pas décédé en 2002. Au contraire, la religion a été reprise par des personnes qui ont rajouté toute une cosmogonie de superstitions et un fatra vinshouiste de Dieu à plusieurs visages.

En vérité, tous les cosmothéistes sincères en sont arrivés à la conclusion que la Creativite était LA religion nécessaire spécifiquement imagine pour l Homme Blanc et son futur. Ils ont aujourd’hui rejoint les rangs de l’église de la Créativité et considèrent le Cosmotheisme comme le bac à sable de la révolution spirituelle nécessaire a la race Blanche.

La Créativité est presque « socialiste » car elle ne cultive aucun esprit élitiste. Au contraire, la Créativité considère que le futur de la race Blanche est entre les mains de tous ses représentants sur la planète, quel que soit leur niveau de conscience raciale. Une femme blanche se métissant avec un nègre en France est un drame pour l ensemble des blancs sur cette planète, d’Australie jusqu’en Afrique du Sud. La ou le Créateur considère cela comme un échec et un affaiblissement général pour la Race dans son âme et son coeur, le cosmothéiste dira tant pis, voyons ce que nous pouvons faire a un plus haut niveau avec ceux qui continuent de croire en un futur radieux.

La Créativité est très bien établie, ses buts sont connus, clairs et simplement exprimés dans les trois ouvrages majeurs de Ben Klassen : Natures’s Eternal Religion, White Man’s Bible et Salubrious Living. Ben Klassen a écrit pour être compris du plus grand nombre, a n’importe quel niveau de conscience raciale, du plus conscient au plus inconscient.  Il s’agit donc d’une oeuvre inaltérable, juste et définitive, contrairement aux propos relativement alambiqués de Pierce et ceux carrément crypto-bouddistes de ses suiveurs. Nul culte d’une avant-garde élitiste et pure chez Ben Klassen, la Race est l’enjeu de chacun de ses membres. Tous les blancs sont impliqués a chaque minute de leur existence dans l’affermissement ou l’amollissement de l’Esprit Racial par leurs actions et leurs pensées.

Evidemment, le Cosmothéisme est un pas dans la bonne direction. On est loin de l’esclavage imposé par le Christianisme sur l’ensemble de la planète. La primauté raciale blanche est diffusée  plus subtilement dans le Cosmothéisme, là ou la Créativité expose très clairement ses ambitions : « This planet is all ours » (Cette planète est tout entière à nous)

Le biocentrisme est un facteur important dans l’oeuvre de Ben Klassen même s il reste présent dans les écrits de William Pierce. Le fait que seul l’Homme Blanc soit capable de comprendre le Monde, la Nature et la Vie, et que donc, il est le seul à même de diriger, de sauvegarder et de s’intégrer à la complexité de l’Univers est une notion proéminente dans la Créativité. Cette notion, si elle est présente dans le Cosmotheisme, n’en reste pas moins alambiquée et écrasée sous des couches de considérations morales inutiles.

En somme, l’oeuvre de Ben Klassen est beaucoup plus limpide et compréhensible. L’état des choses est expliqué en phrases simples et cible directement le blanc dans sa conscience. A n’importe quel niveau de conscience raciale, le sujet abordé est immédiatement compris et assimilé par le lecteur, ce qui n’est pas le cas en lisant William Pierce.

La Créativité – une idée dont le temps est venu

Enfin une religion raciale utile, complète pour la race blanche.

Après 60 siècles de confusion tumultueuse, la race blanche aperçoit enfin la lumière au bout du tunnel. Après 60 siècles, les blancs ont, pour la première fois, une véritable religion raciale. Cette religion est la CRÉATIVITÉ et l’Église du Créateur est a la fois humble et fière de montrer la voie. Notre détermination résolue est de permettre a la race blanche de créer une armée puissante et consciente composée de partisans conscients du but a atteindre : survie, expansion et avancement de la race blanche. Nous sommes maintenant engagés, quand bien même le diable y serait, a construire un tel mouvement qui puisse écraser tel un puissant bélier tous les ennemis de la race qu’ils soient juifs, chrétien ou mulâtres. Organisés,  apte au combat et motivés, les blancs sont facilement dix fois plus puissant que tous leurs ennemis réunis.

Les seize commandements de la Créativité

  1. Chaque génération a le saint et nécéssaire devoir d’assurer et de péréniser pour toujours l’existence de la Race Blanche sur cette planete

  2. Soyez fécond et multipliez-vous. Faites votre part et peuplez le monde de votre espece. Notre but sacré est de peupler la planete exclusivement de Blancs.

  3. Souvenez-vous que les races colorées inférieures sont vos ennemis mortels, la plus dangeureuse étant la race juive.

  4. Le principe directeur qui guidera vos actions sera : Qu’y a-t-il de meilleur pour la race blanche?

  5. Vous devez garder votre race pure. Salir la race blanche est un crime odieux contre la Nature et votre propre race.

  6. Votre fidélité primordiale concernera la race blanche.

  7. En ce qui concerne les affaires, préférez les membres de votre propre race. Supprimez progressivement les juifs de toutes vos affaires. N’employez pas de negres ou d’autres colorés. Ne vous socialisez qu’avec des membres de votre famille raciale.

  8. Détruisez et bannissez toute idée et influence juive de la société. Travaillez sans relache pour l’accomplissement rapide d’un monde blanc.

  9. Le travail et la créativité sont notre génie. Le travail est une noble entreprise et un moyen pour aider notre race.

  10. Décidez dès votre plus jeune age de réaliser quelque chose de majeur pour la race au cours de votre vie.

  11. Faites respecter l’honneur de votre race à tout moment
  12. Votre devoir et votre privilege est de favoriser les plans de la Nature en luttant pour l’avancement et l’amélioration des futures générations.

  13. Ayez de l’honneur, protégez et vénérez le sanctuaire de l’unité familiale, et gardez-le sacré. C’est ce qui vous relie au long et glorieux héritage de la Race Blanche.
  14. Tout au long de votre vie, respectez fidelement les valeurs essentielles du Sang, du Sol et de l’Honeur. Patiquez cela avec application, car c’est le coeur de notre foi.
  15. En atnt que fier membre de la Race Blanche, pensez et agissez positivement, soyez courageux, sur de vous et agressif. Utilisez votre créativité de maniere constructive.
  16. Nous, combattants de la Race Blanche, sommes déterminés a regagner le controle complet et inconditionnel de notre propre destin.

                                « Pour la réalisation de convictions religieuses, nous, Créateurs, faisons la promesse de donner pour toujours nos vies, notre honeur sacré et notre zele religieux: RAHOWA ! »

La Bible de l’Homme Blanc – Chapitre 1

ben klassen.jpg
Ben Klassen

Construire un nouveau monde magnifique. Nous, les Créateurs, sommes des bâtisseurs. Nous nous dédions à l’idée de construire un monde beau, si différent et si supérieur à celui que nous connaissons. Nous sommes de cette génération de Créateurs dont l’Histoire se souviendra en tant que révolutionnaires ayant inauguré l’Age d’Or de l’Humanité.

Un esprit sain dans un corps sain dans une société saine dans un environnement sain. Cela résume en une phrase simple le cœur de notre programme. La Créativité est donc une religion a quatre dimensions, qu’on peut appeler quadridimensionnelle.

Une portée considérable. Alors que cela peut sembler simple, notre programme est si profond, si complet et si révolutionnaire qu’il ne sera pas compris de si tôt.

Bien que l’idée d’un esprit sain dans un corps sain ait déjà été pratiqué dans la philosophie de la Grèce antique, nous complétons cette idée de base en y incorporant l’idée d’une société saine, d’une race saine et d’ un environnement sain sur la Terre entière. La base de notre religion englobe la totalité de cette philosophie. De plus, nous pensons a l’échelle globale, a l’échelle de la planète Terre.

Notre règle d’or. Bien que nous soyons extrêmement fiers de tout ce que la race blanche a accompli au cours de l’histoire, nous avons honte de la lâcheté et de l’ absurdité de notre génération, elle-même susceptible de dégénérer. Néanmoins, la race blanche est l’ élite de la nature, la créature vivante la plus évoluée depuis la nuit des temps. En tant que Créateurs, nous faisons parti de cette élite, et nous sommes avant tout concernés par le bien-être et l’avenir de la race blanche. Nous voulons sauver la race blanche, non pas tant pour ce qu’elle est aujourd’hui, que pour son potentiel avenir brillant si elle parvient à mettre en œuvre un programme délibéré afin de s’éduquer elle-même et d’améliorer le monde dans lequel elle vit. Notre croyance et notre programme sont conçus pour promouvoir l’intérêt et le formidable potentiel de la race blanche, pour lui permettre d’accomplir son vrai destin. Le cœur de notre foi est donc le suivant : ce qui est bon pour la race blanche est la plus haute vertu, ce qui est mauvais pour la race blanche est le plus grave péché. C’est ce que nous appelons notre règle d’or, que nous avons mis en évidence plusieurs fois dans notre premier livre, la Religion éternelle de la nature.

La Bible de l'Homme Blanc
La Bible de l’Homme Blanc

Résurrection et la renaissance de la race blanche. L’homme blanc est extrêmement créatif. Il est le plus grand bâtisseur que le monde ait jamais connu. Il est le bâtisseur des civilisations et des empires partout dans le monde. Sans fers et sans entraves, solidaire et organisée, il est vraiment phénoménal et stupéfiant de voir ce que peut accomplir la race blanche. C’est le but de l’ Église Mondiale du Créateur d’ élaborer et de mettre en valeur cet énorme potentiel. Ce que nous entendons par résurrection et renaissance de la race blanche c’est mettre en valeur ce prodigieux potentiel. Notre but suprême est de promouvoir l’intérêt de la race blanche. Aucun prix n’est trop élevé, aucune bataille n’est trop dure. Nous paierons ce qu’il faut pour atteindre ce noble objectif, quel qu’en soit le prix.

Une révolution mondiale s’annonce. Que nous le voulions ou non (et nous le voulons), une révolution de grande envergure est en marche. Que nous le voulions ou non, un bouleversement complet est sur le point de s’abattre irrévocablement sur l’humanité. Le bouleversement qui s’annonce peut soit dégénérer l’humanité a son plus bas niveau, soit ouvrir la voie au Surhomme, a l’Age d’Or et a un futur radieux. A Nous, créateurs, de surfer sur la vague de ce futur possible. Anticipons, planifions et façonnons cet avenir que nous voulons, afin que nos enfants et les générations futures puisse regarder vers un monde défiant toute imagination, plus blanc et plus lumineux.

Le monde futur que nous voulons construire. En bref, voici quelques caractéristiques générales du monde meilleur que nous sommes déterminés à construire.

Un monde brillant de gens beaux et en bonne santé. Un monde sans cancer. Un monde sans maladies cardiaques. Un monde dans lequel il sera plus important de garder la santé plutôt que de guérir la maladie, et dans lequel une excellente santé sera la norme plutôt que l’ exception. Nous avons l’intention d’y parvenir grâce à un programme de vie saine. Il y aura plusieurs chapitres sur ce sujet. Nous prévoyons un monde futur dans lequel l’intelligence moyenne augmentera à chaque génération successive. Un monde sans asile de fous, sans idiots et sans crétins. Un monde propre dans lequel la pollution de l’environnement sera minime. Un monde presque exempt de crime, dans lequel chaque homme, femme ou enfant peut marcher dans les rues à tout moment du jour ou de la nuit sans crainte d’une agression; un monde d’ordre public, un monde sans pauvreté, un monde dans lequel chaque personne sera utilement et proprement employée, d’une manière ou d’une autre pour toute sa vie, une vie qui sera prolongée par rapport à celle du monde actuel. Cependant, permettez-moi de souligner rapidement que nous préférons améliorer la santé et la qualité de vie de chacun  plutôt que de chercher à prolonger la vie. Une vie plus longue résulte seulement d’une vie saine supérieure.

Résolution des problèmes raciaux. Le monde tel que nous l’imaginons, n’aura pas de problèmes raciaux, pas de barrières linguistiques et pas de guerres fratricides. Chacun mangera à sa faim, tout en prenant garde à éviter la surpopulation et l’entassement. De même, il n’y aura aucune pénurie de nourriture, d’énergie ou de ressources. Tout sera en suffisance pour tout le monde. Chacun aura droit a une vie heureuse, riche et harmonieuse.

Fin des superstitions. Nous prévoyons un monde où la superstition, la peur de l’ enfer et les « apparitions dans le ciel » seront enterrées avec les superstitions de nos ancêtres les barbares. La superstition ne sera plus exploitée dans un but lucratif par des escrocs afin de harceler et de dominer les esprits crédules. Nous évolueront vers un monde dans lequel un homme et une femme pourront former une famille, avec des enfants mignons, beaux, sains, intelligents, sans peur du besoin. Ils auront la garantie de voir leurs enfants grandir dans un monde sain, et qui leurs offre autant d’opportunités qu’a eux-meme.

Passer du rêve à la réalité. Voila le futur monde de la Créativité que nous envisageons. Une gageure, vous dites ? Fantaisiste ? Une utopie impossible pour rêveurs ? Peut-être. Mais nous ne faisons pas que prévoir, nous sommes déterminés à faire de notre mieux pour y arriver. Nous ne sommes pas seulement des rêveurs visionnaires, au contraire, nous avons des plans précis, des programmes réalistes et une philosophie militante pour y arriver. Vous faites partie de ce programme, mon cher camarade de race blanche. Avec votre aide nous pouvons non seulement y arriver, mais nous savons que nous devons y arriver et que nous y arriverons. C’est notre religion, notre foi, notre raison d’être. Lisez la Bible de l’Homme Blanc jusqu’à la dernière page et jusqu’au dernier mot et vous apprendrez comment et pourquoi nous devons arriver a notre but, et comment vous pouvez être un participant important de la plus intéressante création entreprise dans l’histoire.

Le monde d’aujourd’hui en pleine tourmente. Nous avons déjà dit qu’une révolution significative est en marche, sans que nous y soyons pour quelque chose. Historiquement, la plupart des révolutions ont été très destructrices et ont laissé un sillage de mort, de chaos et d’ anarchie. Les espoirs et les plans de l’ église du créateur ont évolué pour éviter qu’une telle catastrophe ne s’abatte sur vos enfants et leur descendance. C’est un programme religieux tel que la race blanche n’a même jamais pu l’imaginer, en 6000 ans d’histoire merveilleuse et tragique.

Un Monde malade. À voir le monde dans ce dernier quart de XXe siècle, on ne peut que remarquer à quel point il est malade. Il est malade physiquement, mentalement, spirituellement, socialement, racialement et économiquement. En plus de tout cela, il semble que la situation s’aggrave chaque année, sans qu’une solution claire ne soit en vue. C’est particulièrement vrai dans les pays « civilisés », qui se composent essentiellement de la race blanche.

Physiquement malade. Le cancer est maintenant le tueur numéro un non seulement chez les adultes, mais aussi les enfants. Les troubles cardiaques, le cancer et autres maladies dégénératives sont de plus en plus mortels et fréquents, et aucune solution n’est en vue. Les frais médicaux et hospitaliers sont en augmentation constante et cela ne semble pas près de s’arrêter.. Les gens consomment des milliards de pilules et prennent des médicaments toxiques à des fréquences jamais imaginées auparavant, et pourtant ils ne guérissent pas et leurs situations ne font que s’aggraver. Les hôpitaux psychiatriques et les asiles de fous sont surpeuplés et se construisent comme jamais auparavant. Les gens sont malades mentalement, de corps et d’esprit et la situation empire.

Échec de la science médicale. La doxa médicinale ne résout en rien le problème. En fait, comme nous le verrons plus tard, les médecins sont une composante aggravante du problème.

Mais ne désespérons pas. Nous avons dans l’ église du créateur, une solution globale et complète. Vous ne perdrez pas votre temps a l’entendre jusqu’au bout. Vous pourrez alors vous dédier à l’accomplissement de cet âge d’or mentionné plus tôt. Gardez l’esprit ouvert et pensez par vous-meme.

Une économie malade. Observons plus en avant. Nous avons dit que le monde est aussi malade sur le plan économique, et que cela empire. Jetons un coup d’ œil à l’ Amérique en particulier, qui est encore actuellement le pays le plus riche et le plus influent du monde, et un îlot de paradis pour tous les crasseux arriérés du monde. L’Amérique incarne non seulement l’espoir et l’envie de tous, mais par sa générosité stupide, elle subventionne plus de 120 autres pays et permet a) l’explosion démographique des races de couleur et (b) saborde son propre avenir en menant le pays à la faillite.

Mais l’ économie est malade et de plus en plus malade, en Amérique comme dans le reste du monde. Notre dette nationale va croître à des proportions astronomiques. Cette augmentation n’est pas stabilisée, mais au contraire s’accélère à une vitesse incroyable qui ne peut que signifier un effondrement de l’ économie et une monnaie sans valeur. Chômage et aides sociales augmentent à un rythme conséquent. Cela est encore aggravé par la traîtrise du gouvernement qui encourage les parasites et les poids morts à se multiplier et a croître en rendant cette multiplication économiquement avantageuse, surtout pour les noirs qui ne travaillent pas. Nos contraintes de carburant sont de plus en plus aiguës, et notre dépendance à l’ égard des importations en provenance de sources étrangères hostiles augmente considérablement chaque année. Les prix et l’inflation augmentent sans cesse.

Nous pourrions citer des tonnes de pages de statistiques, mais elles seraient déjà périmées avant même la sortie du livre. Notre but n’est pas de s’attarder la-dessus, mais de mettre en évidence la situation le plus brièvement possible. C’est une situation dont vous êtes certainement déjà pleinement conscient : l’économie de l’ Amérique et du reste du monde est malade – et la situation empire. En fait, un tiers de la population mondiale est déjà affamé, alors que la population continue d’exploser au-dela de 4 milliards et double dans des intervalles de temps de plus en plus courts. Ça ne peut pas durer. On voit déjà les prémisses du bouleversement global qui vient, et qui arrivera aussi sûrement que le soleil se lèvera à l’est demain matin.

Éducation malade. Pour ce qui est de l’éducation, jamais nos écoles, collèges et universités n’ont été dans un tel état de confusion, tels le sont aujourd’hui. La Cour suprême et notre gouvernement sous influence étrangère mettent en place un programme tyrannique allant du ramassage scolaire à la mixité raciale dans les classes. La totalité des enseignements est à revoir. Au lieu d’être un endroit tranquille où les enfants peuvent apprendre les plus belles choses de la vie et se préparer à un avenir meilleur, nos écoles sont devenues des lieux de conflits, de crimes, de trafics et de consommation de stupéfiants et en général, un composé de misère obligatoire a la fois pour les enseignants et les étudiants. Du point de vue des parents elles sont devenues des prisons dans lesquelles ils sont tenus d’envoyer leurs enfants, cinq jours par semaine, et cela a un prix de plus en plus élevé. Dans ces prisons contrôlées par l’ État, ils peuvent s’attendre a ce que leurs enfants apprennent très peu ce qui est bon ou utile, mais ils peuvent être sûr que leurs enfants seront confrontés à la criminalité, la drogue, le langage obscène et à une horde croissante de nègres et de sauvages hostiles.

Ben Klassen et ses tetes brulées
Ben Klassen et ses têtes brûlées

Le Collège est désastreux pour nos jeunes, coûteux pour les parents. Au cours du cursus collégial et universitaire, les parents peuvent s’attendre à se ruiner pendant quatre a huit ans pour un programme de propagande scolaire. A quelle sorte d’éducation faut-il s’attendre au collège? Dans un premier temps, leurs enfants seront soumis à un programme de pollution cérébrale sur les bienfaits du mélange des races. Il leur sera suggéré, encore et encore et de se mélanger et de se marier avec des nègres. Il leur sera dit que les nègres sont non seulement égaux aux blancs, mais qu’ils à bien des égards encore supérieurs. Leur fier et glorieux héritage blanc sera blâmé. En revanche, ils seront accablés par un terrible sentiment de culpabilité, la race blanche sera désignée comme responsable de tous les maux du monde. Les nègres et les colorés leur seront désignés comme les héros de demain. On leur enseignera la haine de leurs parents et de leur patrimoine et de leur race blanche. Il leur sera dit que les manières, les coutumes et les traditions de leurs parents et ancêtres sont dépassées, rétrogrades et dignes de mépris et de dérision. En bref, on leur enseignera à aimer les Juifs et les nègres et à détester leur précieuse race blanche.

Destruction des codes moraux. Mais ce n’est pas la fin des dommages auxquels les parents doivent s’attendre lorsque, avec un énorme sacrifice, ils enverront leur progéniture au Collège. Ils s’attendent a ce que des codes moraux soient inculqués à leurs enfants. Ils seront en fait maltraités si pas cassés et écartés complètement du système. Ils peuvent s’attendre à ce que leur personnalité et leur apparence dégénère vers celles de hippies aux cheveux longs. Ils peuvent s’attendre à ce que leur progéniture soit presque certainement initiée à l’utilisation de médicaments, avec une forte possibilité qu’ils versent dans la toxicomanie et qu’ils ruinent le reste de leur vie.

Un bon pourcentage de leurs enfants obtiendront leur diplôme du Collège sans même savoir lire, écrire ou parler correctement l’anglais.

Prix exorbitant. Pour ce résultat, les parents payent un prix énorme, et se font un sang d’encre pour leurs précieux enfants. En fait, de nos jours l’éducation est très nocive et cela ne fait que s’aggraver. Et même des approches plus traditionnelles de l’éductűation n’ont pas résolu le problème et l’ont même exacerbé.

Eugénisme et contre-eugénisme. Aussi alarmants que peuvent être les problèmes précédemment mentionnés, il en existe un plus terrible et permanent dans le domaine de la génétique de la race. Si la tendance actuelle se poursuit, la plus noble créature de la nature, la race blanche, sera anéantie et exterminée biologiquement, dans une ou deux générations. Nous avons déjà parlé plusieurs fois de la terrible explosion démographique. Mais le pire a été délibérément caché : tandis que les races colorées se multiplient a l’infini, la race blanche s’ amenuise rapidement et s’approche de l’ extinction. Pendant ce temps, noirs, mexicains, hindous, chinois, indonésiens, mulâtres d’ Amérique du Sud et des centaines d’autres races bâtardes se développent à une vitesse fantastique, jamais vue au cours de l’histoire.

Explosion des Races colorées. Pourquoi les races colorées explosent-elles si soudainement ? A cause de la politique bienveillante du blanc de fournir une aide alimentaire, médicale, industrielle et monétaire et tout cela au détriment de la race blanche. Comme nous le verrons plus tard, de telles politiques ineptes sont suicidaires pour la race blanche en permettant la prolifération des races sous-développées. Une telle politique suicidaire aura pour conséquence la chute de la civilisation, la famine mondiale, des sous-races agressives, le chaos et l’ anarchie. Les prémisses de ce monde sont déjà visible en de nombreux endroits du monde, il suffit d’ouvrir les yeux : voyez Haïti, l’ Inde ou l’ancien Congo belge, abandonné sur ordre de leur gouvernement juif. De manière générale, tout ce qui se trouve au nord de la Rhodésie et de l’Afrique du Sud commence a s’enfoncer dans l’anarchie, la famine et le métissage. meme é’Afrique du Sud et la Rhodésie sont destinées à s’ effondrer et à retourner dans la jungle, si cette tendance malsaine se poursuit. A l’heure actuelle, la Rhodésie, trahie de l’intérieur et abandonnée par l’Angleterre et les États-Unis, est déjà dominée par les nègres.

Régulière dégénérescence génétique. Il y a un autre facteur qui doit être mentionné dans la dégénérescence raciale de l’humanité entière et de la race blanche en particulier. Au sein même de la race blanche, il y a une constante attrition et dégénérescence de la santé génétique raciale. Même parmi ceux de la race blanche qui n’ont pas été contaminés par le métissage, le patrimoine génétique est en dégénérescence et en déclin. Pourquoi ? En raison des politiques folles que nous avons acceptées en médecine, en politique, en éducation et spécialement en religion.

Nous voila au cœur du problème. Le monde est mauvais dans tous les domaines principaux que nous avons mentionnés, essentiellement parce que nos idées étaient, et sont encore, malades . L’esprit de l’homme blanc est devenu très malsain, voire suicidaire.

Les esprits malades au coeur du problème. Faisons état d’un point central de ce livre que nous répéterons tout au long de ce livre : bons nombres de nos problèmes proviennent de notre façon de penser. Résoudre nos problèmes signifie changer notre manière de raisonner.

N’ oubliez pas que nous avons dit que notre objectif principal est : un esprit sain dans un corps sain dans une société saine dans un environnement sain. Nous devons nous attaquer au coeur du problème avant de résoudre les cas particuliers. Pour cela, nous, créateurs soutenons que nous devons commencer par l’esprit. Nous devons tout d’abord redresser notre façon de penser et nous attaquer aux domaines de la santé et de l’hygiene. Nous avons avant tout besoin de nettoyer les esprits de la pollution et de la contamination qui le paralysent et l’empeche de penser avec raison. C’est un fait nécessaire. Par exemple, avant Christophe Colomb, tout le monde pensait que la terre était plate, jusqu’à ce que cette idée erronée ne soit retirée de leur esprit. Un même cerveau ne peut pas être partager entre l’idée que le monde est rond et plat. Il y a eu peu de progrès en navigation, exploration, et découvertes jusqu’a ce que ne soit universellement acceptée l’idée que le monde soit rond. L’Homme Blanc a alors pu étendre ses horizons.

Drapeau de la Créativité
Drapeau de la Créativité

Un trop plein d’ idées suicidaires. Comme dans les domaines de la religion, de la race et de l’ eugénisme, tant que notre esprit reste encombré par un magma d’ idées malades et suicidaires, idées fondamentalement fausses, peu ou aucun progrès ne pourront être faits dans ces domaines de la plus haute importance pour la survie de la race blanche et de la civilisation. Encore une fois, mettons en évidence le fait que les soi-disant solutions raciales et religieuses communément professées n’ont pas résolu le problème. Au contraire, elles ont confondu et aggravé le problème, et en sont la cause.

Désintoxication de l’esprit de l’ Homme Blanc. L’ objecif principal de ce livre est de décontaminer l’Homme Blanc de tous les déchets, les bêtises et le poison qui se sont accumulés dans son esprit par la faute de la religion et de l’éducation malade qui ont endoctriné son esprit pendant des milliers d’années. Notre but est donc de remplacer ces idées-la par une pensée saine, constructive et créative, pour arriver a idées qui reposent sur la plus grande de toutes les vérités: les lois éternelles et immuables de la Nature.

Notre Religion a quatre dimensions. Nous avons déjà dit plus haut que notre objectif est la construction d’un monde lumineux et beau au moyen d’un esprit sain dans un corps sain dans une société saine dans un environnement sain. Nous avons également affirmé qu’il fallait commencer par s’occuper de l’esprit. Cependant, pour guérir l’esprit, nous allons emprunter une voie détournée et commencer par le milieu, c’est a dire obtenir un corps sain.

La « médecine » moderne et les médicaments toxiques. Nous voulons tous avoir un corps sain et en bonne santé. Nous voulons avoir un corps sans cancer, sans maladies cardiaques et sans les maladies dégénératives qui empoisonnent la civilisation « moderne ». Dans la première partie de cet ouvrage, nous verrons comment il est possible de se soigner sans utilisation de médicaments, de chirurgie et de radiothérapie. En bref sans leur doxa médicinale consistant en charcutage, désinfection et poison. Nous vous montrerons aussi comment l’American Medical Association (A.M.A.), la Food and Drug Administration (F.D.A), l’American Cancer Society (A.C.S.) utilisent les médias pour supprimer ou discréditer toutes les informations médicales réellement utiles et véritables.

Une vie saine, notre conception de la santé. Dans la première partie de ce livre, quelques chapitres concerneront le sujet de la santé, et un sujet qui lui est associé, un environnement propre et sain. Les deux vont de pair et font partie intégrante de notre philosophie de la survie, de la croissance et du progrès de la race blanche. Vivre sainement est notre conception de la santé de fer.

Mais avant de nous plonger dans les concepts de vie saine selon la Créativité, je veux consacrer les deux chapitres suivants à certains principes fondamentaux issus de la Nature concernant toute forme de vie. De nombreux autres principes découleront du cas que nous allons exposer maintenant.